Lille, une pelouse et ça repart ?

  • A
  • A
Lille, une pelouse et ça repart ?
Partagez sur :

Cette fois, c'est décidé ! Au lendemain du match nul concédé face à Lyon dimanche en clôture de la 25e journée de Ligue 1 (1-1), Lille a décidé de changer sa pelouse qui, depuis le début de l'année, était dans un très piteux état. Le nouveau gazon, qui coûtera 150.000 euros dans un premier temps, sera posé à partir de jeudi, au lendemain du quart de finale de la Coupe de France entre le LOSC et Lorient.

Cette fois, c'est décidé ! Au lendemain du match nul concédé face à Lyon dimanche en clôture de la 25e journée de Ligue 1 (1-1), Lille a décidé de changer sa pelouse qui, depuis le début de l'année, était dans un très piteux état. Le nouveau gazon, qui coûtera 150.000 euros dans un premier temps, sera posé à partir de jeudi, au lendemain du quart de finale de la Coupe de France entre le LOSC et Lorient. Le match de Lyon aura fait pencher la balance. Constatant le record de passes ratées côté lyonnais, les difficultés pour les Lillois d'imposer leur jeu de passes, les dirigeants du LOSC, qui, jusqu'ici naviguaient entre deux eaux, ont finalement pris la décision qui s'imposait: changer la pelouse du Stadium Nord de Villeneuve d'Ascq. Une décision confirmée lundi par Rudi Garcia, même si l'entraîneur de l'actuel leader de Ligue 1 refusait de mettre les derniers résultats du LOSC sur le compte de l'état du gazon: "On va effectivement changer la pelouse après Lorient. C'est une décision logique. Malgré tout, on a montré hier face à l'OL qu'on pouvait s'adapter au terrain et il faudra certainement le faire à nouveau mercredi soir (contre Lorient). Face à Lyon, cela ne nous a pas empêchés d'avoir des intentions de jeu. Après, il est vrai que sur certaines situations, ce fut handicapant. Mais on a déjà assez parlé de la pelouse." Pour en parler, c'est Frédéric Paquet, le directeur général adjoint du LOSC, qui est donc venu devant la presse lundi pour justifier le timing d'une opération que Rudi Garcia et ses joueurs réclamaient depuis quelques semaines: "Cela ne s'est pas fait avant uniquement pour des raisons de conditions climatiques. Vu celles qui sont annoncées - l'absence de pluie et du soleil -, nous interviendrons après Lorient. Le problème n'était pas la température mais bien l'humidité. À partir du moment où vous faites intervenir de grosses machines, si votre terrain est trop meuble, vous risquez d'abimer la planéité de la pelouse, ce qui est au final pire que le mal.""Il y aura un impact sur la fatigue des joueurs" L'opération se fera en deux fois, avec d'abord un «pansement d'urgence» qui coûtera 150.000 euros au LOSC, puis, l'été prochain, le gros du travail qui consistera à changer complètement la pelouse, soit environ 450.000 euros supplémentaires. "Dans un premier temps, il va falloir décaisser le terrain, le plaquer, c'est-à-dire enlever la couche d'herbe en surface avec les racines, confirme Frédéric Paquet. Lundi prochain aura lieu la pose des rouleaux. Plus tard, à partir de cet été, nous changerons complètement la pelouse, à savoir le substrat, de manière à ce qu'il soit plus élaboré pour mieux absorber l'eau. Concernant les frais de ces opérations, on les connaît depuis le début, le LOSC les prend en charge à 100%." Nouvelle pelouse, nouvel élan pour une équipe de Lille qui n'a pris que cinq points lors de ses quatre derniers matches ? Frédéric Paquet n'est pas loin de le penser, expliquant: "Cela aura deux effets: d'abord, l'équipe pourra développer son jeu, ensuite, il y aura un impact sur la fatigue des joueurs. Une pelouse en mauvais état peut bien sûr être source de blessures. C'est pour cela que nous voulions changer cette pelouse absolument, contrairement à ce qui a pu être dit. On pense que l'équipe que l'on a est bonifiée par le fait d'avoir un terrain en bon état." C'est Valenciennes qui aura le premier l'honneur de fouler ce nouveau gazon pour le dernier derby de la saison pour le LOSC le 12 mars prochain. En attendant, Lille devra surmonter l'état de sa pelouse pour prendre le dessus sur Lorient mercredi soir en quarts de finale de la Coupe de France, une équipe bretonne, battue 6-3 ici-même le 5 décembre dernier (sur une pelouse alors en bon état) dont le jeu de passes ne s'accommodera pas forcément de ce «gazon maudit»... C'est d'ailleurs pour cela que dans le Morbihan, elle a adopté le synthétique. Et si Lille en faisait de même ?