Lille, un point c'est tout

  • A
  • A
Lille, un point c'est tout
Partagez sur :

Contre l'adversaire supposé le plus faible du groupe C, Lille n'a pas réussi à ramener mieux que le point du nul (1-1) de son déplacement chez son voisin de La Gantoise jeudi lors de la deuxième journée de la Ligue Europa. Le prochain double rendez-vous contre les Bulgares du Levski Sofia, battus par le Sporting (5-0), sera déjà décisif pour les Dogues dans la course aux seizièmes de finale.

Contre l'adversaire supposé le plus faible du groupe C, Lille n'a pas réussi à ramener mieux que le point du nul (1-1) de son déplacement chez son voisin de La Gantoise jeudi lors de la deuxième journée de la Ligue Europa. Le prochain double rendez-vous contre les Bulgares du Levski Sofia, battus par le Sporting (5-0), sera déjà décisif pour les Dogues dans la course aux seizièmes de finale. Dans d'autres conditions, les Lillois auraient pu se satisfaire de ce point obtenu à l'extérieur. Mais après avoir chuté d'entrée sur sa pelouse contre le Sporting (1-2) et contre l'adversaire supposé le plus faible du groupe C, ce nul ramené jeudi de Gand (1-1) ne peut contenter des Nordistes, derniers de leur poule à l'issue de cette deuxième journée de la Ligue Europa avec déjà cinq longueurs de retard sur la formation portugaise qui n'a pas fait de détails face au Levski Sofia (5-0). Des Bulgares que les hommes de Rudi Garcia seront dans l'obligation de battre lors de la prochaine journée pour conserver une chance de voir les seizièmes de finale de la compétition en 2011. Contre une équipe belge "qui marquent beaucoup de buts mais qui en encaissent beaucoup aussi" comme l'avait justement remarqué l'entraîneur nordiste, le Losc avait la place pour obtenir mieux que ce match nul. Son tort aura notamment été d'avoir eu à courir après le score. Pas si longtemps puisque Pierre-Alain Frau prouve qu'il n'est pas rancunier. Si on ne lui donne rien à Lille, comme l'intéressé s'en plaignait dans un entretien accordé à L'Equipe, l'ancien Parisien, en fin de contrat dans le Nord à l'issue de la saison, reste toujours aussi généreux. Rapidement mené par la Gantoise, la faute à une saute de concentration qui a permis à De Smet de tromper Landreau (5e), l'attaquant lillois, aligné en pointe à Gand et soutenu sur les côtés par Hazard et Obraniak, a vite remis son équipe dans le match en égalisant d'une superbe frappe enroulée après s'être joué de son adversaire (21e). Landreau sauve les meubles Comme annoncé par Rudi Garcia, La Gantoise offre des espaces aux Dogues qui n'en profitent pas et s'exposent aux percées adverses, à l'image de ce service dans le dos de Chedjou pour El Ghanassy, lequel efface Landreau mais trouve le poteau (26e). Le match reste toujours aussi ouvert au retour des vestiaires mais Frau, idéalement lancé par Cabaye, rate l'occasion de donner l'avantage à son équipe (53e). Après une tête de Coulibaly, qui rappelle les errements défensifs de la défense lilloise (57e), les Dogues croient pouvoir faire la différence. Mais ni Frau, qui manque de rapidité d'exécution (68e), ni Gervinho qui bute sur l'aérien Jorgacevic (71e) avant de rater le cadre (80e), pas plus que Hazard, repris par Skarabot au moment d'armer sa frappe (79e), ne concrétisent la domination nordiste. A trop pousser, les Lillois se mettent en danger et Landreau est d'abord sauvé par son poteau sur une frappe de Ljubijankic (82e) avant de se détendre pour sortir une frappe d'Azofeifa (86e). Hazard, pas décisif pour son retour au pays, rate la balle de victoire dans les arrêts de jeu (93e). Les Dogues se contentent du nul. Qui ne suffit pas à effacer son faux-pas enregistré à domicile lors de la première journée...