Lille se met la pression

  • A
  • A
Lille se met la pression
Partagez sur :

Quelques heures avant le choc PSG-Lyon, une autre authentique affiche aura lieu, dimanche, au Stadium Nord Villeneuve d'Ascq. Lille, sixième, y accueille Rennes, cinquième, pour le compte de la 9e journée de Ligue 1. Une rencontre intéressante à plus d'un titre entre deux formations joueuses, que Lille ne semble déjà pas pouvoir se permettre de perdre.

Quelques heures avant le choc PSG-Lyon, une autre authentique affiche aura lieu, dimanche, au Stadium Nord Villeneuve d'Ascq. Lille, sixième, y accueille Rennes, cinquième, pour le compte de la 9e journée de Ligue 1. Une rencontre intéressante à plus d'un titre entre deux formations joueuses, que Lille ne semble déjà pas pouvoir se permettre de perdre. Bien sûr, le championnat est encore long. Suffisamment en tout cas pour ne pas donner un caractère décisif à cette rencontre comptant pour la 9e journée de Ligue 1. Mais tout de même, une nouvelle contre-performance lilloise, dimanche à domicile face à Rennes, pourrait d'ores et déjà peser dans les têtes nordistes. Si défaite il y avait, le Losc se retrouverait en effet à cinq points de son adversaire du jour. Pire, s'il venait à y avoir un vainqueur dans le choc PSG-Lyon qui clôturera cette neuvième levée, le club de Michel Seydoux se retrouverait à sept longueurs du leader. Un retard déjà conséquent, après un quart de compétition joué seulement, pour une formation qui entend se succéder à elle-même. Pour autant, le calme et la sérénité semblent régner chez les hommes de Rudi Garcia, comme si le discours résolument optimiste tenu depuis le début de saison par l'ancien technicien manceau avait contaminé ses joueurs. "On est dans le vrai", affirme ainsi Florent Balmont sur Losc TV, reprenant mot pour mot les déclarations de son entraîneur. Sur le plan du jeu, en effet, difficile d'aller à contre-sens du précieux milieu de terrain. Lille est resté fidèle à ses principes, se crée des occasions (certes moins qu'avant), mais ne gagne plus. Mardi soir, en concédant l'égalisation en fin de match à Trabzonspor en Ligue des champions (1-1), les Dogues ont enchaîné un cinquième match nul de rang, qui s'il ne les plombe pas complètement, les ralentit considérablement. L'Atletico a marqué Rennes Le fait est que Lille est moins efficace dans les deux surfaces, la sienne d'abord, où l'absence de Chedjou se fait davantage sentir que prévu, dans l'adverse surtout, où le manque de réussite de Sow notamment, comparé à la saison précédente, est criant. Les Lillois en sont conscients, mais semblent garder confiance en leur potentiel. Heureusement, car le moindre doute pourrait être puni dimanche par Rennes. Un Rennes, qui se découvre cette saison des vertus de jeu, emmené par ses recrues Pitroipa et Féret, techniciens inspirés. Surtout, l'équipe bretonne ne brille jamais plus qu'à l'extérieur, où les équipes se livrent davantage. Bilan: quatre déplacements, pour trois victoires, dont la dernière, acquise sur un score fleuve (6-2) à Sochaux. Mais Rennes, sur ses deux derniers matches, s'est également découvert des similitudes avec son adversaire dominical. Face à Saint-Etienne, dimanche dernier (1-1), puis contre l'Atletico Madrid (1-1), jeudi en Ligue Europa, les hommes de Frédéric Antonetti ont à chaque fois mené avant de subir l'égalisation. Ce dernier match, d'ailleurs, devrait peser dans les jambes bretonnes autant que dans les têtes.