Lille se complique la tâche

  • A
  • A
Lille se complique la tâche
Partagez sur :

Solide leader de Ligue 1, Lille peine à être aussi performant en Ligue Europa. Pour preuve, après avoir mené de deux buts jeudi au Stadium en seizièmes de finale aller de la Ligue Europa, les Dogues ont été rejoints au score en fin de match par le PSV Eindhoven, auteur de deux buts en deux minutes (2-2). Le match retour s'annonce particulièrement difficile à négocier pour les hommes de Rudi Garcia.

Solide leader de Ligue 1, Lille peine à être aussi performant en Ligue Europa. Pour preuve, après avoir mené de deux buts jeudi au Stadium en seizièmes de finale aller de la Ligue Europa, les Dogues ont été rejoints au score en fin de match par le PSV Eindhoven, auteur de deux buts en deux minutes (2-2). Le match retour s'annonce particulièrement difficile à négocier pour les hommes de Rudi Garcia. Lille peut-il jouer sur tous les tableaux ? Confortablement installé en tête du championnat de France et quart de finaliste de la Coupe de France, le Losc comptait également jouer le coup à fond en Ligue Europa. Opposés au PSV Eindhoven, jeudi au Stadium Lille Métropole à l'occasion des seizièmes de finale aller, les Dogues ont livré une solide prestation durant plus de 80 minutes avant de craquer en fin de match et d'encaisser deux buts qui pourraient compromettre leurs chances de qualification pour le tour suivant. Fidèle à son habitude dans cette compétition, Rudi Garcia avait décidé de faire tourner son effectif. Privé d'Adil Rami, touché à la cheville, l'entraîneur lillois avait en effet décidé de se passer des services du meilleur buteur de Ligue 1 Moussa Sow, resté en tribunes, alors que Béria, Balmont, Cabaye, Mavuba, Gervinho et Hazard prenaient place sur le banc. De quoi offrir du temps de jeu aux habituels remplaçants Rozehnal, Emerson, Dumont, Frau, De Melo, Obraniak, mais aussi à de jeunes joueurs tels qu'Idrissa Gueye, qui ne tarde pas à se mettre en évidence. Sur un corner dégagé dans l'axe par la défense néerlandaise, le jeune milieu sénégalais de 21 ans décoche une frappe puissante de 21 mètres qui laisse sans réaction le dernier rempart adverse (1-0, 5e). Deux buts en deux minutes Le PSV tente de réagir mais Chedjou est là pour dévier en corner une frappe de l'international hongrois Balazs Dzsudzsak (16e). Solide en défense, le Losc est aussi réaliste en attaque et sur une superbe ouverture du même Gueye, décidément inspiré, Debuchy contrôle sur la droite de la surface et centre devant le but pour la tête piquée de Tulio De Melo qui fait mouche (2-0, 31e). Sonnés, les hommes de Fred Rutten peinent à se montrer dangereux et lorsque c'est le cas, Mickaël Landreau est là pour s'interposer face à l'international Suédois Marcus Berg (41e). De retour des vestiaires, les Lillois sont toujours aussi sereins et il s'en faut de peu pour que Dumont inscrive le troisième but des siens. Mais sa frappe sans contrôle de l'entrée de la surface ne fait que frôler le cadre (50e). Maître de son sujet, le Losc semble se diriger vers une victoire logique vu la physionomie du match mais c'était sans compter sur la réaction d'orgueil du PSV. Sur un corner de Dzsudzsak, Le Suédois Ola Toivonen place une tête qui lobe Landreau et rebondit sur la transversale. Wilfried Bouma est à la réception pour pousser le cuir au fond des filets (2-1, 82e). Stupeur au Stadium qui n'est pas au bout de ses peines. Seulement deux minutes plus tard, Toivonen profite d'une erreur de Rozehnal pour doubler la mise d'une frappe croisée (2-2, 84e). Les supporters néerlandais, dont une partie s'était distinguée un peu plus tôt en semant la pagaille dans le centre-ville de Lille, pouvaient donner de la voix. Dominé durant la majeure partie de la rencontre, le PSV réalise pourtant une très bonne opération et part favori avant le match retour prévu jeudi prochain. De son côté, Lille, qui joue à Montpellier dimanche lors de la 24e journée de Ligue 1, devra s'arracher pour espérer se qualifier. Malgré la frustration du résultat, Ludovic Obraniak, qui s'est exprimé au micro de W9, préfère retenir les points positifs et ne perd pas espoir: "C'est dommage, car on avait réalisé une très bonne première période. On avait réussi à les prendre à leur jeu sur le plan physique. On a fait beaucoup d'efforts et, en dix minutes, on a tout gâché. On a quand même prouvé qu'on pouvait les mettre en difficulté". Il faudra faire encore plus au Philips Stadion pour continuer l'aventure.