Lille s'est fait peur

  • A
  • A
Lille s'est fait peur
Partagez sur :

C'est au bout d'une séance de tirs au but que Lille a éliminé Nantes (1-1, 3 t.a.b. 2), ce mercredi soir au Stadium Nord, en huitièmes de finale de la Coupe de France. Cruel pour les Canaris, qui ont ouvert le score grâce à Djordjevic et ont ensuite bien résisté après l'égalisation de Hazard. Mais pas immérité pour le Losc, qui cumule les objectifs pour cette fin de saison.

C'est au bout d'une séance de tirs au but que Lille a éliminé Nantes (1-1, 3 t.a.b. 2), ce mercredi soir au Stadium Nord, en huitièmes de finale de la Coupe de France. Cruel pour les Canaris, qui ont ouvert le score grâce à Djordjevic et ont ensuite bien résisté après l'égalisation de Hazard. Mais pas immérité pour le Losc, qui cumule les objectifs pour cette fin de saison. Retrouver Nantes est toujours un moment particulier pour Landreau, qui a fait les beaux jours des Canaris. Mais celui qui garde aujourd'hui la cage de Lille a mis ses sentiments de côté pour permettre aux Dogues de continuer leur route en Coupe de France et éviter la saignée dont ont été victimes bon nombre de clubs de Ligue 1 depuis le début de l'épreuve. En quarts de finale, il n'y en aura plus que quatre: Lorient, le PSG, Nice et donc le Losc, qualifié non sans mal au bout d'une séance de tirs au but (1-1, 3 t.a.b. 2). Un exercice dans lequel le portier lillois est toujours aussi à l'aise. Benzerga et Rodelin, qui ont buté sur lui, s'en sont aperçus ce mercredi soir au Stadium Nord, tandis que Sasso a manqué la cadre. "Arriver jusque-là, c'était difficile car on a eu énormément d'occasions, a réagi sur France 2 le gardien nordiste. Mais en Coupe, l'important c'est de se qualifier et on a passé une super soirée. C'était compliqué car ils ont fait un bon match, ils ont bien défendu et ils ont eu la réussite de marquer sur leur première grosse occasion." Lille a joué à se faire peur dans ce match. Largement dominateur en début de rencontre, le Losc s'est appuyé sur ses qualités de vitesse et de percussion pour multiplier les occasions devant le but de N'Dy Assembe. Mais ni De Melo, qui a trouvé la barre (3e) avant de manquer le cadre de la tête (15e), ni Obraniak, d'une frappe en pivot (7e), n'ont su faire la différence d'entrée. Des actions dangereuses à la pelle qui ont rendu cruelle l'ouverture du score de Nantes, sur sa première réelle incursion: suite à un bon dédoublement côté gauche, Darbion a alerté au centre Djordjevic, qui a sauté plus que Rozenhal et a lobé Landreau (1-0, 19e). Un but qui aurait pu en amener un second dans la foulée. N'Dy Assembe a retardé l'échéance Car l'attaquant serbe a manqué son face-à-face avec le gardien lillois (23e). Un frisson qui a eu le mérite de réveiller les Dogues et Hazard, après deux nouvelles tentatives vaines signées Balmont (37e) puis Cabaye (42e), est parvenu à égaliser en reprenant au second poteau un centre d'Obraniak dont personne n'a voulu (1-1, 43e). La mainmise des joueurs de Rudi Garcia ne s'est pas altérée après le repos, puisque Frau, sur un long ballon de Debuchy, a été tout proche de donner l'avantage aux siens d'un pointu retombé juste au-dessus de la barre. Pour redonner un second souffle à son équipe, alors que le match baissait en intensité, le coach nordiste a ensuite fait entrer Gervinho, qui s'est illustré aussitôt d'un tir excentré (70e). Mais les Nantais ont tenu bon, à l'image de Tixier qui a sauvé ses partenaires en revenant de nulle part pour contrarier De Melo dans les airs (71e). Solides en défense, les Canaris ont donc poussé les Dogues en prolongations, et Lille a repris sa domination avec De Melo, qui après la barre en première période a vu sa frappe heurter le poteau droit de N'Dy Assembe (92e), et Sow, contré par Vivian (94e). Mais rien n'y a fait, pas même cette nouvelle tête manquée par Rozenhal que De Melo n'a pu pousser au fond des filets (117e) ou cette dernière frappe d'Obraniak captée par le portier nantais (118e). Il a alors fallu une séance de tirs au but, et son côté aléatoire, pour départager ces deux équipes. Mais cette fois, ce n'est pas N'Dy Assembe qui a fait la différence...