Lille peut s'en vouloir

  • A
  • A
Lille peut s'en vouloir
Partagez sur :

Le Losc a débuté la Ligue des champions par un nul mercredi au Stadium Lille Métropole, face au CSKA Moscou (2-2). Un match qui laissera des traces puisque les Dogues ont mené 2-0 avant de se faire reprendre à la dernière minute... C'est d'autant plus rageant que dans ce groupe B, l'Inter a perdu devant Trabzonspor (0-1). Dans le même temps, Lyon a obtenu le partage des points à Amsterdam face à l'Ajax (0-0).

Le Losc a débuté la Ligue des champions par un nul mercredi au Stadium Lille Métropole, face au CSKA Moscou (2-2). Un match qui laissera des traces puisque les Dogues ont mené 2-0 avant de se faire reprendre à la dernière minute... C'est d'autant plus rageant que dans ce groupe B, l'Inter a perdu devant Trabzonspor (0-1). Dans le même temps, Lyon a obtenu le partage des points à Amsterdam face à l'Ajax (0-0). Rageant... Et même plus que ça. Lille avait toutes les cartes en mains pour enfin réussir son entrée en lice en Ligue des champions. Les Dogues ont en effet réussi à prendre la rencontre par le bon bout, ils ont réussi à faire la différence par Sow et Pedretti en dominant largement leur sujet. Mais à 2-0, au lieu d'enfoncer le clou, ils ont légèrement desserré leur étreinte et le CSKA Moscou s'est subitement mis à avancer et à revenir sur un doublé signé Doumbia (72e et 90e). Un couac qui fait vraiment mal puisqu'au-delà de la physionomie de la rencontre, sur le plan comptable, c'est terrible. On pourra toujours avancer l'argument du manque d'expérience si ce n'était déjà arrivé la saison dernière en huitième de finale aller de la Ligue Europa face à l'Ajax Amsterdam (2-2). Lille a manifestement encore beaucoup à apprendre car malgré un jeu alléchant, une vraie domination, ils partagent les points avec une équipe moscovite qui s'en tire extrêmement bien. La vue de la défaite de l'Inter Milan à domicile face à Trabzonspor (0-1), dans l'autre rencontre du groupe B, ne fera qu'attiser les regrets des Dogues. Car il aura fallu un gros quart d'heure aux Lillois pour digérer leur entrée en Ligue des champions. Le temps pour Hazard de se chauffer les crampons et à Basa de glisser le ballon à Sow à deux mètres mais dos au but, le meilleur buteur de Ligue 1 la saison dernière frappe au-dessus (19e). Une première grosse opportunité pour les Dogues qui va les faire entrer de plein pied dans ce duel. De fait, les actions se multiplient avec une frappe de Beria (22e), un coup franc d'Obraniak dégagé que Balmont reprend sans cadrer (23e). Une grosse période pour les hommes de Rudi Garcia qui, à une action personnelle de Doumbia près (29e), n'ont guère à défendre. Pedretti en feu Mieux, ils jouent de plus en plus haut, Balmont en profite pour remonter le ballon, les appels des attaquants lui ouvrent les portes et il peut placer une frappe puissante dégagée par Gabulov (33e). Le danger se rapproche mais ni Basa (37e) ni Debuchy (40e) ne parviennent à tromper le portier russe impeccable jusqu'à ce dégagement manqué juste devant Hazard (41e). Il s'en sort bien sur le coup. Ce ne sera pas longtemps le cas. Le Belge s'offre en effet un enchaînement petit pont-frappe que Gabulov détourne, dans la minute Beria donne à Pedretti qui frappe en angle fermé mais le gardien s'interpose (44e). Mais sur un ultime corner dans ce premier acte, Sow trouve le poteau, Rozehnal a suivi et le sert de nouveau, cette fois Sow marque d'une talonnade impeccable (1-0, 45e). Si les Nordistes redémarrent de la même manière avec une franche domination, les Russes manque de peu le contre meurtrier. Tout part de Vagner Love qui s'infiltre et donne à Tosic dont la frappe enroulée est détournée par le poteau de Landreau (54e) ! La réaction ne traîne pas avec Balmont qui tente un une-deux avec Obraniak avant de servir en retrait vers Pedretti dont la frappe enroulée fait mouche (2-0, 57e). L'avantage est certain mais la déconcentration aurait pu leur fait beaucoup plus mal si Vagner Love avait su cadrer après avoir échappé à la vigilance de la défense (58e). Doumbia assomme Lille Lille poursuit néanmoins son effort avec Pedretti qui sert Sow d'une louche, l'attaquant est presque surpris et un petit peu court (63e). Dans la foulée, Hazard, d'un coup franc, trouve Basa dont la frappe à bout portant est détournée par Gabulov (65e). Malgré ces opportunités, le Losc commence à reculer quelque peu. Une impression malheureusement confirmée immédiatement avec Doumbia qui élimine Rozehnal avant de tromper Landreau (2-1, 72e). la réaction du banc (Garcia suspendu est en tribunes) ne traîne pas avec la sortie de Pedretti (impeccable) et Obraniak, remplacés par Gueye et Cole très applaudi (76e). Un double changement qui semble porter ses fruits puisque le Losc semble se remettre dans le bon rythme. Ce n'est qu'une illusion car Moscou reste à l'affût de la moindre erreur. Et si Balmont lance Hazard qui centre vers Sow, l'attaquant est repris in extremis et ne peut cadrer (84e). Lille est moins sûr de son fait et moins percutant. Il va le payer très cher à la dernière minute de jeu lorsque Doumbia échappe à Mavuba, combine avec Dzagoev qui le sert d'une talonnade impeccable. L'Ivoirien ne laisse aucune chance à Landreau (2-2, 90e). Le silence qui suit l'égalisation est significatif. Le Losc a manqué une belle opportunité. Ce match nul fait mal.