Lille patiente sagement

  • A
  • A
Lille patiente sagement
Partagez sur :

Sauf cataclysme, le Losc devrait remporter le titre de champion de France après sa victoire face à Sochaux mercredi (1-0). Possédant six points d'avance et une différence de buts supérieure de 8 buts par rapport à leur poursuivant marseillais, les Lillois ne veulent pourtant pas encore entendre parler de couronne nationale. Prudence et langue de bois sont de rigueur...

Sauf cataclysme, le Losc devrait remporter le titre de champion de France après sa victoire face à Sochaux mercredi (1-0). Possédant six points d'avance et une différence de buts supérieure de 8 buts par rapport à leur poursuivant marseillais, les Lillois ne veulent pourtant pas encore entendre parler de couronne nationale. Prudence et langue de bois sont de rigueur... Attention chien méchant mais pas téméraire... Au petit jeu des statistiques, les Dogues ont rivalisé de prudence mercredi soir, quelques minutes après une victoire capitale et libératrice face à Sochaux (1-0) en match en retard de la 36e journée de Ligue 1. Alors qu'Adil Rmi reconnaissait devant les caméras d'Orange Sport que le titre était gagné à "98%", son jeune coéquipier Eden Hazard, assis à côté de lui, le corrigeait immédiatement: "90% Adil, 90%". Un peu plus tard, Mickaël Landreau donnait une autre version devant les journalistes présents en conférence de presse, sans pourcentage cette fois mais avec la même prudence: "Il reste encore un point à prendre. On n'a pas douté. On savait que Sochaux avait laissé de l'énergie. Si Marseille gagne 3-0 à Valenciennes, et nous on perd à Paris, on ne sait jamais. Ce n'est pas fini"... tempérait le champion de France 2001 avec Nantes, tout proche donc d'un nouveau sacre dix ans plus tard. Il faudra pour cela aller au moins chercher un point sur les deux derniers matches, le premier étant au Parc des Princes samedi. Une échéance proche, couplée à cette méfiance, presque un excès de pessimisme qui s'est traduit dans les vestiaires. Alors que le rituel de la pizza avait été institué après match depuis quelques journées, le champagne n'a ainsi pas été sorti du frigo. "J'espère qu'on pourra le déboucher à Paris", avouait Rudi Garcia. A Paris pour gagner Son défenseur, Aurélien Chedjou, confirmait que l'ambiance avait été sage. "Dans le vestiaire, il y avait de la joie et on était soulagé", décrit le Camerounais dans des propos relayés sur le site du Losc ce jeudi matin. "On est proche du titre mais il ne faut pas se prendre pour d'autres et continuer à faire les efforts tous ensemble sur les deux derniers matches qui arrivent pour aller chercher ce sacre. Dans le foot, on sait que tout va très vite et il serait trop bête d'échouer si près du but". Chedjou peut compter pour cela sur Rudi Garcia, déjà tourné vers le Parc des Princes. L'ancien entraîneur manceau a donné la marche à suivre à ses troupes. "On n'y est pas mathématiquement, mais on a six points d'avance et un goal-average favorable sur l'OM. On va récupérer pour le match au Parc. On va tout faire pour aller chercher la victoire là-bas." Gagner encore et toujours, à l'extérieur cette fois, après n'avoir perdu que trois de ses trente-sept derniers matches à domicile en Ligue 1. Tel est l'objectif de Dogues pas encore rassasiés malgré la fatigue et l'énergie déjà laissée au Stade de France samedi en finale de la Coupe de France (victoire 1-0). Ce deuxième acte rapproché face à Paris, Lille veut le gagner et non se contenter d'un nul pourtant suffisant, suivant le souhait de son président Michel Seydoux: "J'aimerais qu'on termine avec un peu de panache. Il reste deux belles équipes à rencontrer. Mais c'est vrai que ça ne sent pas mauvais. Les plats qui sentent bons en cuisine, en général on aime les déguster..." Et ce Lille là a tout du mets d'exception. Raison de plus pour ne pas le laisser refroidir une semaine de plus...