Lille, Paris et Lyon à grande vitesse

  • A
  • A
Lille, Paris et Lyon à grande vitesse
@ Montage Reuters
Partagez sur :

LA L1 EN UN CLIC - Lille, à l'arraché, le PSG, avec Nenê, et l'OL, motivé, mènent grand train.

Lisandro-Gomis, duo gagnant. Le choix de Claude Puel d'aligner ensemble sur le terrain ses deux avant-centres Bafétimibi Gomis et Lisandro Lopez s'est avéré une fois de plus payant. Décalé sur la gauche - et souvent très bas sur le terrain -, l'Argentin a été opportuniste sur le premier but, où il repoussa le ballon de la tête, puis décisif sur le deuxième où son ouverture trouva Gomis dans la profondeur. L'international tricolore fit alors admirer sa puissance face à Daniel Congré et son adresse devant Mathieu Valverde. Un sacré duo. A lire :OL, meilleure série de l'automne

Lille arrache la tête. Entre la lanterne rouge et le le leader, ce fut loin d'être un match à sens unique. Bien au contraire. Les joueurs d'Arles-Avignon ont tenu tête à la terreur de la L1, le LOSC, meilleure attaque. Et les Nordistes ont arraché la décision tout au bout du temps supplémentaire grâce à une tête de Tulio De Melo. A voir la joie immense du banc du LOSC sur ce but, on se dit que ces Lillois-là voient loin, très loin... Bas,, très bas, les Provençaux sont en colère. Fabien Laurenti, le capitaine de l'ACA, en a voulu à l'arbitre, M. Damien Ledentu. "Je ne sais pas ce qu'ils ont contre nous", a-t-il confié au micro de Canal+. "Mais il faut qu'ils arrêtent pour se prendre pour des autres, parce qu'ils sont bidons." A lire : Lille n'épargne pas l'ACA

Un énorme Nenê. Mais où s'arrêtera Nenê ? Le Brésilien a inscrit ses 10e et 11e buts de la saison et offert ainsi la victoire au PSG sur la pelouse de Valenciennes (2-1). L'ancien Monégasque avait ouvert le score sur un tir croisé du gauche dans le petit filet opposé. Et puis, deux minutes après l'égalisation de VA, Nenê redonna immédiatement l'avantage aux Rouge et Bleu sur une frappe enveloppée du gauche du coin de la surface de réparation. "J'ai essayé trois fois de frapper comme ça et à la troisième, j'ai réussi", a-t-il confié. Nenê s'était fixé une sorte de défi. Ce qui pourrait expliquer sa joie tout en retenue après avoir réalisé sa merveille. A lire : Nenê a encore frappé

La double peine avec délibération. 41e minute d'AJA-OM (1-1). Sur une magnifique ouverture de Valter Birsa, Julien Quercia est séché en pleine course par Stéphane Mbia. L'arbitre, M. Fautrel, n'hésite pas et siffle penalty alors que la faute a eu lieu quelques centimètres avant la surface de réparation... Mais ce n'était pas fini. Après consultation de son arbitre assistant, M. Fautrel a décidé d'exclure Mbia pour "anéantissement net d'une occasion de but". Sur le coup, et même si Mbia n'est le dernier défenseur que pour quelques centimètres là aussi, on ne peut que lui donner raison.

Un OM cassé. Après 25 minutes de jeu, Didier Deschamps avait déjà dû procéder à deux changements à l'Abbé-Deschamps. Edouard Cissé s'est blessé à un mollet après une mauvaise réception sur un duel aérien. Brandao, décisif sur le but de l'OM, a lui été touché sur un tacle d'Adama Coulibaly. Et un quart d'heure plus tard, Mbia recevait son carton rouge... Sa suspension vient s'ajouter à celle de Souleymane Diawara pour le match face à l'OL, dimanche prochain. A lire :L'OM sauve la mise

Un Gignac remonté. Entré en jeu à la place de Brandao avant la demi-heure de jeu, l'ancien Toulousain s'est montré particulièrement nerveux pour son retour. Il s'est d'abord frotté à Jean-Pascal Mignot avant de sécher Roy Contout et de défier "tête contre tête" Amadou Traoré. Mais c'est surtout son comportement, très limite, auprès de l'arbitre Freddy Fautrel qui aurait pu (dû ?) lui valoir un carton rouge en fin de première période. Il s'en est sorti grâce à l'intelligence de certains de ses coéquipiers, comme Steve Mandanda ou Gabriel Heinze, venus le calmer.

Zéro. C'est l'incroyable total de buts qu'il y avait à la mi-temps du multiplex de samedi, sur six matches. C'est aussi la note qu'on mettrait volontiers au pitoyable Bordeaux-Rennes de dimanche soir (0-0). A lire : Circulez, y'a rien à voir

Lens en perdition. 1-3 contre Lyon, 1-4 à Brest, 1-1 contre Auxerre et maintenant 0-3 à Lorient, le Racing club de Lens vient de vivre un mois cauchemardesque avec un point sur douze possibles. Conséquence directe : les Sang et Or occupent désormais la peu enviable avant-dernière place du championnat. Et ça ne plaît évidemment pas aux supporters, dont certains, excités, s'en sont pris verbalement à Vedran Runje. Sur des images de Canal+, on voit le portier (et taulier) lensois, désabusé, lâcher : "fils de p..., vous êtes nuls".

Monaco décroche. Premier non relégable, Monaco n'a pas profité de la venue de Saint-Etienne pour se rassurer. Les Rouge et Blanc ont subi leur quatrième défaite en six matches (2-0). Et Guy Lacombe, une nouvelle fois hors de lui, a été exclu par l'abitre, M. Varela. En 17 journées, l'ASM n'a gagné que deux matches. Une misère pour le club du Rocher.

Les Verts à l'endroit. Saint-Etienne, le tube de l'été, n'avait cessé de glisser depuis sa victoire dans le derby face à l'OL (1-0). Leader au 25 septembre, il n'avait plus gagné depuis. C'est chose faite depuis le déplacement, dimanche soir, à Louis-II, grâce à des buts de Laurent Battles et Bakary Sako.