Lille, Noël au sommet

  • A
  • A
Lille, Noël au sommet
Partagez sur :

C'est une première depuis la saison 1949-1950, le Losc passera les fêtes de fin d'année au sommet du football français. Les Nordistes, pas aidés par l'arbitrage mercredi, n'ont eu besoin que d'un nul, concédé face à Saint-Etienne (1-1), pour s'assurer du titre honorifique de champions d'automne malgré un match en retard contre Nancy à jouer, leurs poursuivants ayant calé lors de cette 19e journée.

C'est une première depuis la saison 1949-1950, le Losc passera les fêtes de fin d'année au sommet du football français. Les Nordistes, pas aidés par l'arbitrage mercredi, n'ont eu besoin que d'un nul, concédé face à Saint-Etienne (1-1), pour s'assurer du titre honorifique de champions d'automne malgré un match en retard contre Nancy à jouer, leurs poursuivants ayant calé lors de cette 19e journée. Tout poussait dans le sens contraire. L'arbitrage de M. Ennjimi, les intentions défensives de Saint-Etienne, ce match en retard à son compteur, la pression de Paris, Rennes, Lyon ou encore Marseille... Il faut croire que les ambitions du Losc, souvent qualifié d'équipe la plus séduisante du championnat de France, méritaient d'être récompensées à la veille de Noël. C'est fait, avec ce titre de champion d'automne (ou d'hiver) certes anecdotique mais que n'avait plus obtenu le club nordiste depuis la saison 1949-1950. Un nul, maigre butin pour des Dogues plus mordants ce mercredi soir, contre Saint-Etienne mercredi (1-1) a suffi aux hommes de Rudi Garcia pour conserver les commandes de la Ligue 1 au soir d'une 19e journée pas profitable à tous les autres prétendants à cette première place. Les Lillois passeront la courte trêve hivernale avec un mince matelas d'avance sur la concurrence : un point sur le PSG, battu à Nancy (2-0), Rennes, tombé à Caen (1-0), et Lyon, accroché à Gerland par Auxerre (1-1) et trois sur Marseille, muet à Brest (0-0), et Saint-Etienne. Une première place que le club de Michel Seydoux aura l'occasion d'asseoir en début d'année prochaine en remportant son match en retard contre Nancy, reporté dimanche dernier en raison de la neige. "On finit champion d'hiver, beaucoup disent que ce n'est rien, mais ça prouve des choses, déclare Yoann Cabaye devant la caméra de Foot+. La deuxième partie sera aussi compliquée mais si, au moment du sprint, on est là, évidemment que l'on jouera le titre." Sow, meilleur buteur Fort d'une série de huit matches sans défaite, le Losc s'est donc imposé comme l'équipe la plus régulière de cette première moitié de saison. Un statut mérité pour beaucoup. "C'est bien huilé, c'est un bel effectif et un candidat au titre", disait de cette équipe Christophe Galtier à la veille de la rencontre. Et si l'entraîneur stéphanois avait promis de jouer, seule solution pour ne pas prendre une valise selon lui, les consignes étaient visiblement de bien serrer les lignes avant tout pour ne pas offrir d'espaces aux Lillois. Une application défensive, mise à mal par une passe en retrait mollassonne de Nery sans conséquence (27e), qui a permis de contenir jusqu'à la pause une pression nordiste devenue plus forte à partir de la demi-heure de jeu, pour preuve ces deux occasions en cinq minutes, la première à l'actif de Sow mis en échec par un très bon Janot (35e), la seconde pour Gervinho, seul au second poteau mais maladroit sur sa tentative du droit (39e). Même scénario au retour des vestiaires : les Dogues tiennent le ballon, sur une pelouse pourtant difficile, et poussent, les Verts se contentant de défendre. Parfois à la limite de la régularité, à l'image de la charge du bras de Bayal dans sa surface sur Hazard (52e). Intenable, le Belge fait vivre l'enfer à Bocanegra et offre une balle de but à Sow, lui aussi bougé dans la surface adverse par Marchal (69e). Malgré un but injustement refusé à Cabaye pour un hors-jeu inexistant de Balmont (64e), les Lillois ne se découragent pas et sont enfin récompensés : suite à un gros travail de Gervinho, Sow réussit son contrôle orienté et enchaîne d'une frappe puissante sous la barre de Janot pour inscrire son 14e but de la saison (72e, 1-0). Une joie de courte durée pour le public nordiste puisque dans la foulée M. Ennjimi accorde un penalty généreux à Matuidi, pris en sandwich entre Mavuba et Rami, offrande transformée par Sako (75e, 1-1). C'est Noël et les Verts en profitent pour ramener un point du Nord. Au pied du sapin lillois, le titre de champion d'automne pour lot de consolation. Et si le véritable cadeau était pour fin mai ?