Lille, leader au mérite

  • A
  • A
Lille, leader au mérite
Partagez sur :

Malgré une multitude d'occasions franches, Lille a dû attendre la 78e minute et un but d'Obraniak pour venir à bout (2-1) d'une équipe de Monaco dépassée, dimanche, lors de la 14e journée de Ligue 1. Un résultat qui permet au Losc, meilleure attaque de L1, de déloger Montpellier du fauteuil de leader. Dans un autre style, Bordeaux s'est replacé en l'emportant à Arles-Avignon (2-4).

Malgré une multitude d'occasions franches, Lille a dû attendre la 78e minute et un but d'Obraniak pour venir à bout (2-1) d'une équipe de Monaco dépassée, dimanche, lors de la 14e journée de Ligue 1. Un résultat qui permet au Losc, meilleure attaque de L1, de déloger Montpellier du fauteuil de leader. Dans un autre style, Bordeaux s'est replacé en l'emportant à Arles-Avignon (2-4). Lille s'est fait la malle. Après Brest, Paris et Montpellier, ce sont les Dogues qui ont tiré leur épingle du jeu lors de ce 14e acte pour se hisser tout en haut de la Ligue 1. Une prise de pouvoir presque attendue tellement les hommes de Rudi Garcia semblent avoir retrouvé la recette qui leur avait permis de jouer les trouble fête la saison dernière. Pour ne rien gâcher à l'histoire c'est avec leurs convictions offensives que les Nordistes ont assumé cette perspective de trôner en tête de la Ligue 1. Avec Sow, Gervinho, Hazard et Frau en attaque, Rudi Garcia ne cache pas son jeu. De fait, Monaco ne peut que constater les dégâts et se contente de faire ce qu'il peut : défendre... Le Losc démarre en effet pied au plancher et se chauffe les pieds avec une belle frappe de Sow (9e). Dans la foulée, Frau sert Gervinho magnifiquement mais l'Ivoirien s'écroule devant Ruffier (12e) avant, dans la minute, de trouver le petit filet (13e). L'ancien Manceau est quasiment de tous les coups comme en témoigne cette ouverture pour Sow qui oblige Ruffier à sortir parfaitement (27e). Lille attaque et va trouver l'ouverture par Frau dont la première reprise acrobatique n'est pas cadrée (19e) mais qui, en revanche, ouvre le score d'une frappe limpide suite à une talonnade de Hazard (1-0, 38e). Obraniak entre et marque Monaco est déjà dos au mur et Guy Lacombe, conscient que son équipe a vainement cherché Niculae par de longs ballons en première période, lance Haruna et Gapké dès la 46e minute de jeu. Deux changements combinés à une baisse de pression de Lillois, coutumiers du fait, qui permettent aux Monégasques de se remettre en selle. Car si Gervinho manque complètement sa reprise (49e), les joueurs de la Principauté ne se font plus balader et commencent à pointer le bout de leur nez en attaque. Ils font même mieux que ça et suite à un coup franc lointain mal dégagé par Frau, Adriano s'envole et égalise d'un ciseau retourné absolument somptueux (1-1, 57e). Ce but a le mérite de réveiller des Lillois de nouveau offensifs. La volée de Frau n'est pas cadrée (58e), Gervinho pique son ballon mais manque son duel avec Ruffier (63e) avant, suite à un coup franc de Cabaye qu'il dévie légèrement, de trouver le poteau. Ce n'est évidemment pas fini mais l'absence de réalisme est criant avec Frau qui manque le cadre (64e) tout comme Cabaye sur coup franc (70e) puis Sow incapable de pousser au fond un ballon repoussé par Ruffier suite à une lourde frappe de Debuchy (73e) ! La persévérance lilloise va cependant payer. Hazard fait la différence à gauche, il s'infiltre dans la surface et sert en retrait Obraniak à peine entré en jeu mais qui ne laisse pas passer l'opportunité de redonner l'avantage à son équipe (2-1, 78e). Tout est désormais beaucoup plus simple pour des Dogues qui poursuivent leur domination jusque dans les derniers instants de cette rencontre et un dernier coup franc de Cabaye qui lèche le poteau d'un Ruffier vigilant (89e). Les Nordistes peuvent logiquement laisser éclater leur joie. Ils ont joué, ils ont gagné et les voilà leaders du championnat. Que peut-on espérer de mieux ?