Lille, la bonne affaire

  • A
  • A
Lille, la bonne affaire
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - Lille, qui bat l'OM, s'avance vers la Ligue des champions. Lyon grille un joker.

LIGUE 1 - Lille, qui bat l'OM, s'avance vers la Ligue des champions. Lyon grille un joker.Si Marseille a joué le jeu et n'a pas lâché son match, Lille s'est arraché en toute fin de match pour aller décrocher trois points précieux dans la course à la Ligue des champions, samedi, dans le cadre de la 37e journée de Ligue 1 (3-2). En supériorité numérique pendant plus d'une heure après l'expulsion de Steve Mandanda, les Nordistes ont longtemps poussé en vain, avant de trouver la délivrance au bout du temps additionnel, sur une réalisation de Debuchy.Mais dieu que cette victoire fut longue à se dessiner. C'est d'ailleurs Niang qui ouvre la marque en début de rencontre (0-1, 7e), avant de voir son gardien, Mandanda, se faire expulser suite à une faute sur Gervinho. C'est Cabaye qui se charge de marquer le penalty (1-1, 28e), son treizième but de la saison, le huitième dans cet exercice. Si Lille prend alors le jeu en main, c'est l'OM, au réalisme froid, qui rentre au vestiaire avec un avantage, après un but d'Hilton sur corner (1-2, 45e+2).Et Debuchy a surgiAu retour sur la pelouse, les joueurs de Rudi Garcia se lancent dans un long siège de la défense olympienne. Si dans un premier temps, c'est bien trop brouillon et qu'Andrade, le gardien remplaçant, montre le bout de ses gants, De Melo trouve finalement l'ouverture d'une tête piquée (2-2, 80e). L'atmosphère devient alors irrespirable pour l'arrière garde marseillaise, et c'est finalement Debuchy (3-2, 90e+5) qui offre pratiquement au Losc une place en Ligue des champions, alors qu'il ne reste qu'une rencontre à disputer.Une compétition que peut toujours disputer Lyon, qui a toutefois utilisé un joker à Valenciennes (2-2). Tout avait pourtant bien commencé pour l'OL, puisque c'est Källström qui ouvre la marque d'une belle demi-volée. Mais VA, qui, à l'instar de l'OM, ne joue plus rien, ne va pas se laisser abattre et marquer par deux fois, par l'intermédiaire d'Audel, puis de Pujol, sur penalty. Une décision arbitrale, il est vrai contestable, qui a d'ailleurs déclenché l'ire de Jean-Michel Aulas à la fin de la rencontre. Mais, au final, c'est Lisandro Lopez qui s'arrache pour provoquer le but contre son camp de Baldé, et ainsi permettre à son club de toujours avoir son destin en main, puisque Lyon affrontera Monaco mercredi, en match en retard de la 34e journée.