Lille, intermittent du spectacle...

  • A
  • A
Lille, intermittent du spectacle...
Partagez sur :

En déplacement à Bordeaux mardi en ouverture de la 7e journée de Ligue 1, Lille a pris le point du match nul (1-1), un résultat logique, tant le LOSC a offert deux visages différents. Inexistants en première période et cueillis à froid sur un penalty de Diabaté, les Dogues ont réagi après le repos suite à un exploit de Hazard, avant de frôler la défaite en fin de match lorsque Diabaté a manqué son deuxième penalty de la soirée...

En déplacement à Bordeaux mardi en ouverture de la 7e journée de Ligue 1, Lille a pris le point du match nul (1-1), un résultat logique, tant le LOSC a offert deux visages différents. Inexistants en première période et cueillis à froid sur un penalty de Diabaté, les Dogues ont réagi après le repos suite à un exploit de Hazard, avant de frôler la défaite en fin de match lorsque Diabaté a manqué son deuxième penalty de la soirée... Après le CSKA Moscou (2-2) et Sochaux (2-2), c'est un nouveau nul qui a sanctionné ce mardi soir en ouverture de la 7e journée de Ligue 1 la prestation d'une équipe lilloise encore trop irrégulière sur la durée pour prétendre monter sur le podium provisoire du championnat de France. Si elle s'était fait rejoindre en fin de match au Stadium Nord la semaine dernière par les Russes et les Franc-Comtois, la formation nordiste, quatrième en attendant les matches de mercredi, a cette fois manqué dans les grandes largeurs sa première mi-temps, multipliant les maladresses techniques, les pertes de balle et les mauvais choix face à des Bordelais qui ont eu l'heureuse idée de vite ouvrir la marque et de se montrer suffisamment agressifs pour repousser dans un premier temps la menace adverse. En seconde période, les champions de France en ont fait un petit peu plus, suffisamment en tout cas pour égaliser grâce à un nouvel exploit du prodige belge Hazard, auteur de son quatrième but de la saison. Pas sûr que cela satisfasse pleinement le perfectionniste Rudi Garcia qui, s'il aura noté les progrès physiques de Cole, aura surtout constaté le match transparent du meilleur buteur de la saison dernière, Sow, qui a bien du mal à prendre son envol depuis août, les inhabituelles carences techniques de son milieu de terrain (Balmont-Mavuba-Pedretti) et les errements défensifs de Basa, Rozehnal et Bonnart, ce dernier ayant failli coûter le point du match nul en poussant Landreau à concéder un penalty en fin de match (repoussé par le poteau). Du côté des Bordelais, qui n'ont toujours pas gagné à Chaban-Delmas cette saison (en quatre matches de Championnat), nul doute que Francis Gillot ne fera pas la fine bouche après ce partage des points, même si la victoire est passée si près, à savoir l'épaisseur du poteau gauche de Landreau sur le penalty raté par Diabaté qui avait pourtant réussi le premier en début de match. Dans un contexte de «mini-crise» après le renversant revers à Toulouse samedi dernier (3-2), ce point, s'il ne fait pas forcément avancer le «schmilblick» d'une équipe girondine limitée, aura au moins le mérite de permettre à l'ancien coach sochalien de préparer à peu près sereinement le déplacement à Lyon samedi prochain. Pour le génie, en dehors de quelques éclairs de Diabaté, qui a désormais clairement pris le meilleur sur Modeste à la pointe de l'attaque girondine, on repassera... La soufflante de Garcia Tout avait pourtant idéalement commencé pour les locaux qui ouvrent rapidement le score: côté droit, Diabaté, aligné seul en pointe, se retourne dans la surface et heurte Balmont qui a le tort de se jeter, M.Chapron n'hésite pas et désigne le point de penalty, Diabaté transforme (1-0, 8e). Ce but a le don d'anesthésier les champions de France qui se mettent à tout rater, et frôlent la correctionnelle sur un bon contre orchestré par Maurice-Belay, mais terminé par un tir trop croisé de Trémoulinas (23e). Maurice-Belay, lui aussi en contre, ne cadre pas plus sa lourde frappe de 20 mètres (33e). Et Lille ? Il faut attendre une demi-heure pour assister au premier tir cadré lillois, signé Bonnart de loin (31e), mais sans danger pour Olimpa, remplaçant de Carrasso suspendu, preuve que les Dogues ont bien du mal à entrer dans la partie. C'est finalement sur coup de pied arrêté que les Nordistes passent à quelques centimètres de l'égalisation, avec un corner repris de la tête par Rozehnal sur laquelle Olimpa sauve les siens d'un arrêt réflexe, Sow se mélangeant les pinceaux sur la reprise (38e). Bref, rien de bien emballant et une grosse colère à la pause de Rudi Garcia qui, au micro de Canal +, peine à desserrer les dents: "Ce n'est pas parce qu'on prend un but qui est une injustice qu'il faut arrêter de jouer. C'est une très mauvaise mi-temps de notre part. On verra si on a un peu d'ambition ce soir." La "soufflante" de l'entraîneur du LOSC semble en tout cas porter ses fruits, puisque dès leur retour sur la pelouse, les Dogues se montrent plus entreprenants, avec un semblant d'occasion sur un coup franc de Hazard au-dessus (47e) et une tête manquée de Sow sur un corner de Cole (49e). Si Bordeaux réagit sur une tentative non cadrée de Maurice-Belay (54e), puis plus tard sur un missile de loin de Trémoulinas repoussé par Landreau (62e), et un bon enchaînement de Diabaté, encore annihilé par un Landreau décisif (66e), la bonne reprise nordiste se concrétise au tableau d'affichage: sur le premier vrai beau mouvement lillois, Cole, dans l'axe, transmet à gauche à Hazard qui fait le reste: double crochet de l'extérieur pour éliminer Henrique et Chalmé, frappe du cou de pied dans le petit filet opposé, le LOSC a refait son retard grâce à son prodige belge (1-1, 57e). Sur sa lancée, le champion de France tente d'empocher la mise, mais la maladresse de Jelen, entré à la place de Sow, permet à Bordeaux de s'en sortir à bon compte, le Polonais manquant son lob devant Olimpa (72e). Maladresse défensive surtout, sous la forme d'une tête en retrait mal ajustée de Bonnart qui profite à Ben Khalfallah, stoppée «à la Schumacher» (Harald, l'ancien gardien de la RFA, face à Battiston en demi-finale de la Coupe du monde 1982), par Landreau. Carton jaune et penalty, mais cette fois, Diabaté trouve le poteau gauche lillois, Bordeaux a laissé passer sa chance... A l'arrivée, Lille se satisfera de ce troisième nul de rang, mais il y a encore du travail...