Lille, gazon béni

  • A
  • A
Lille, gazon béni
Partagez sur :

Pour la deuxième fois de suite, Lille a décroché trois points dans le temps additionnel, cette fois à domicile face à Valenciennes (2-1) lors de la 27e journée de Ligue 1. L'inauguration de la nouvelle pelouse du Stadium Nord a failli tourner au vinaigre, mais le Losc a bel et bien décroché un nouveau succès, déterminant. Les hommes de Rudi Garcia comptent trois points d'avance sur Rennes, leur dauphin.

Pour la deuxième fois de suite, Lille a décroché trois points dans le temps additionnel, cette fois à domicile face à Valenciennes (2-1) lors de la 27e journée de Ligue 1. L'inauguration de la nouvelle pelouse du Stadium Nord a failli tourner au vinaigre, mais le Losc a bel et bien décroché un nouveau succès, déterminant. Les hommes de Rudi Garcia comptent trois points d'avance sur Rennes, leur dauphin. Pour les grands débuts de son équipe sur la nouvelle pelouse tant attendue du Stadium Nord, Rudi Garcia avait aligné quatre attaquants au coup d'envoi face à Valenciennes. Pierre-Alain Frau remplaçait en effet numériquement Florent Balmont - qui purgeait le premier de ses deux matches de suspension suite à son tacle sur le Lensois Adil Hermach - au côté de l'habituel trio Gervinho-Sow-Hazard. Le pari a failli être perdu, à deux minutes près. Mais le Losc, comme à Marseille une semaine plus tôt, a gagné dans le temps additionnel, et sur le même score (2-1). Le jeu développé par le leader de la Ligue 1 n'a pas été sensationnel, plutôt moins que d'habitude même. Mais il est de ces matches qui font date dans la saison, qu'il s'agisse de la saison d'un champion ou pas. Celui-ci fut d'une autre nature que la démonstration de force affichée au Vélodrome, mais il élargit justement la palette des Lillois dans le sprint final. Pleins d'envie, très rigoureux dans leur replacement et avec de vraies envies de contre, Valenciennes a failli réussir un joli coup. Un cruel manque de réussite sur le premier but de Sow, un oubli de marquage sur le deuxième de Hazard, et le bel édifice bâti par VA s'est effondré. "On avait le monopole du jeu mais on se créait peu d'occasions, résumait le héros du soir - une fois de plus... - Eden Hazard devant les caméras de Foot+. Sur une des seules, Moussa Sow marque en première période. On avait plus de possession mais peu d'occasions, ils reviennent bien dans le match. Ça fait plaisir. On savait qu'on pouvait encore marquer. Rio Mavuba me la met très bien. J'essaye de me la mettre du mieux possible, je ne réfléchis pas, je frappe et voilà. Il reste onze matches, on les prend les uns après les autres. On sait que ça va revenir fort. On a les cartes en main, à nous de tout faire pour y arriver." Sans marquage, place au Hazard Reste à voir si Rudi Garcia aura de la suite dans les idées pour ces 11 dernières journées, avec cet ersatz de 4-2-4 très offensif. Rien ne semble pouvoir arriver au Losc en ce moment, mais la marge de manoeuvre semblait bien plus réduite ce dimanche-ci que le précédent au Vélodrome. Pour réussir leur coup, les Valenciennois avaient un plan bien précis. Et ils s'y sont plutôt bien tenus. Leur défense de fer et un pressing constant dans le premier quart d'heure débouchent sur une première occasion en contre pour Nam, qui bute sur Landreau (16e). Avant de trouver la mire, Sow envoie une fusée dans les tribunes à bout portant (26e), alors que Mater inquiète à nouveau le portier lillois (34e). Sow, avec force réussite, trouve juste avant la pause la lucarne droite de Penneteau d'un tir lointain nettement dévié par Bisevac (1-0, 39e). Au retour des vestiaires, Gervinho allume une première mèche (48e) mais l'égalisation de Pujol, pas contrarié par la défense assez laxiste de Debuchy et Chedjou, récompense la prestation solide des Valenciennois (1-1, 55e). En même temps qu'elle sanctionne les difficultés du Losc à utiliser sa nouvelle tactique à bon escient. Quelques minutes avant le but, l'ancien Nantais (52e) était déjà passé tout près de l'égalisation (52e). Après un tir au-dessus de Frau (64e), le Losc a eu du mal à appuyer sur le champignon. Penneteau comme sa charnière centrale se montraient impériaux dans les airs, repoussant d'innombrables centres. Mais Hazard a été laissé seul une fois, sur la droite de la surface, Mavuba l'a trouvé d'une passe laser et le Belge a fini d'opérer d'une frappe croisée (2-1, 90e+1). Lille n'a toujours pas perdu depuis le début de la saison face aux équipes qui occupent actuellement la deuxième partie de tableau, avec un bilan de 11 victoires et 4 nuls. Le problème pour ses rivaux, c'est que le Losc se met aussi à gagner contre eux. Et en plus, la nouvelle pelouse est belle.