Lille gagne sur l'île

  • A
  • A
Lille gagne sur l'île
Partagez sur :

Certes, Lille l'a emporté au forceps samedi à Ajaccio (3-2). Mais le Losc a au moins assuré le coup lors de la 16e journée de Ligue 1, en prenant trois points sur la pelouse de la lanterne rouge, à quatre jours de son match crucial face à Trabzonspor en Ligue des champions. Les Dogues doublent le PSG, en attendant le résultat des Parisiens face à Auxerre dimanche.

Certes, Lille l'a emporté au forceps samedi à Ajaccio (3-2). Mais le Losc a au moins assuré le coup lors de la 16e journée de Ligue 1, en prenant trois points sur la pelouse de la lanterne rouge, à quatre jours de son match crucial face à Trabzonspor en Ligue des champions. Les Dogues doublent le PSG, en attendant le résultat des Parisiens face à Auxerre dimanche. Les Lillois ont eu chaud. Mais la lutte pour les premières places les concerne toujours, et c'est bien là l'essentiel. Le Losc est même provisoirement dauphin de Montpellier et prend un point d'avance sur le PSG, tout en maintenant une dynamique optimale pour la confiance avant de recevoir Trabzonspor mercredi, pour un match ultra-décisif en Ligue des champions. La différence entre un penalty qui rentre ou pas est parfois ténue, mais elle aurait cette fois été importante pour les hommes de Rudi Garcia. Et ce coup de pied de réparation transformé par Hazard à 10 minutes du terme, suite à une faute pas si évidente de Pierazzi sur Balmont (80e), enlève une belle épine des pattes des Dogues. "On savait que ça allait être compliqué, confirmait Rio Mavuba à l'issue de la partie, devant les caméras de Foot+. C'était un match difficile. On prend un but d'entrée de jeu, on arrive à retourner la situation. On a beaucoup balancé en première période, mais c'est vrai que le terrain n'a pas aidé." Si les Lillois ont fait preuve d'une belle force mentale, en répondant aussi sec à une ouverture du score extrêmement rapide, il a fallu ensuite dompter des conditions de jeu qui n'étaient effectivement pas simples. Au final, les champions de France se sont sortis d'un joli piège, sans se rassurer pleinement sur leur jeu. Mais ce n'était pas le thème du soir. Mavuba: "On a fait les efforts" Après la malheureuse ouverture du score contre son camp de Chedjou (1-0, 2e), deux buts coup sur coup d'Obraniak (1-1, 12e) puis Basa (1-2, 14e) ont permis à Lille de se remettre à l'endroit, en moins de temps qu'il n'en fallait pour commencer à douter. Tout s'est joué sur coups de pied arrêtés dans ce premier quart d'heure, et seule l'égalisation d'Ilan a dérogé à la règle. Le Brésilien a profité d'une double erreur grossière de Basa, qui n'aura donc été euphorique que 20 bonnes minutes, pour fusiller Landreau de près (2-2, 37e). Avant que Hazard ne débloque donc la situation sur un autre coup de pied arrêté (2-3, 80e). "On sait que derrière, il y a un gros match de Ligue des champions qui nous attend, poursuivait Mavuba. Ajaccio a fait un gros match, ils ont réussi à couper l'équipe en deux mais on a fait les efforts nécessaires." C'est certain, pour aborder la Coupe d'Europe dans les meilleures dispositions, il est toujours préférable de ne pas laisser de points en route quatre jours avant, qui plus est sur le terrain de la lanterne rouge. Mais les Corses peuvent avoir des regrets. "Encore une fois, on se rend compte que la moindre petite erreur se paie cash", déclarait ainsi Jean-Baptiste Pierazzi. En dépit des occasions après le repos de Debuchy (47e), Jelen (54e), Balmont (67e) ou Hazard sur la barre (86e), ainsi que d'une intervention très limite dans la surface de Medjani devant Beria (53e), les Lillois ont eu chaud. Vraiment.