Lille face au "miracle" Trabzonspor

  • A
  • A
Lille face au "miracle" Trabzonspor
@ REUTERS
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Le club turc, qui défie Lille, est en position de se qualifier. Inattendu.

Après Marseille mardi, Lille peut espérer se qualifier à son tour pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Pour cela, les Nordistes devront absolument battre le club turc de Trabzonspor, mercredi soir, au Stadium Nord de Villeneuve d'Ascq (20h45). Mais avant cette rencontre, qui s'apparente à une "finale", ce sont bien les Turcs qui sont en meilleure position. C'est une vraie surprise. Et pour cause, ils ne devaient même pas être là...

Invité de dernière minute. Aujourd'hui placé pour rejoindre le Top 16 européen, Trabzonspor ne devait pas participer à la Ligue des champions 2011-12. En effet, le club de la ville de Trabzon, deuxième du championnat de Turquie 2010-11, avait été éliminé au troisième tour par Benfica (2-0, 1-1). Mais, dans la foulée, Fenerbahçe, champion de Turquie et, à ce titre, qualifié d'office pour la phase de groupes, fut exclu suite au scandale des matches truqués qui a touché le football turc. Résultat, Trabzonspor fut propulsé directement d'un tour préliminaire de Ligue Europa face à l'Athletic Bilbao à un match de Ligue des champions contre l'Inter Milan. Un match qu'il remporta (1-0), à la surprise générale, le 14 septembre dernier...

Un seul match gagné. A l'aube de la dernière journée, cette victoire de prestige acquise sur la pelouse de San Siro reste la seule remportée par Trabzonspor. Depuis, les Turcs ont enregistré trois matches nuls et une défaite. Soit six petits points. Cela ne les empêche pas d'être en position de se qualifier. Même un nul peut leur suffire à Lille si, dans le même temps, le CSKA Moscou ne s'impose pas à Milan contre l'Inter. Une qualification à sept points, c'est possible ? Oui, mais c'est rare. Et c'est même le record en Ligue des champions. Cela n'est arrivé que huit fois depuis la mise en place de la phase de groupes, en 1995-96. En 2002-03, la Juventus Turin, qui était sortie avec un tel total, avait ensuite atteint la finale. Là, on a du mal à concevoir que Trabzonspor puisse réaliser le même type d'exploit avec un tel effectif...

Peu de joueurs de renom. Des clubs qualifiés ou en position de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, Trabzonspor dispute à l'APOEL Nicosie le prix de l'effectif le moins rutilant. Peu de noms très connus dans l'Hexagone y figurent, mis à part l'Ivoirien Didier Zokora (ex-Saint-Etienne) et le Slovaque Robert Vittek, ancien... Lillois mais qui sera absent mercredi soir. "C'est un match historique", reconnaît Zokora. "Quand on a commencé la compétition, la presse nous avait titillés en disant que Trabzonspor allait juste faire de la figuration. Or, on a six points, juste derrière l'Inter Milan. On va montrer de quoi on est capables." Les Lillois devront garder un œil sur l'attaquant Burak Yilmaz, absent à l'aller et dont L'Equipe explique mercredi qu'à chaque fois qu'il a marqué depuis son arrivée en janvier 2010, Trabzonspor n'a jamais perdu.

Un avenir menacé. En championnat, Trabzonspor ne gagne plus. Deuxième début novembre, les joueurs de Senol Gunes restent sur trois matches sans victoire et sont désormais cinquièmes. Mais les plus gros ennuis du club sont extra-sportifs. En effet, le nom de Trabzonspor apparaît dans le dossier final des matches truqués transmis le week-end dernier au tribunal d'Istanbul. Comme son homologue de Fenerbahçe, Trabzonspor est donc, lui aussi, sous la menace de sanctions de la part de la Fédération turque ou de l'UEFA. Si celles-ci doivent être prononcées, elles le seront vraisemblablement en fin de saison. Une telle menace pourrait surmotiver les joueurs turcs, conscients de la chance qu'ils ont de goûter à la Ligue des champions, une compétition qu'ils n'avaient jamais jouée sous sa forme actuelle et qu'ils n'ont pas envie de quitter. Que ce soit sur le terrain ou sur tapis vert.