Lille et Nice font le spectacle

  • A
  • A
Lille et Nice font le spectacle
Partagez sur :

Troisième de Ligue 1 avant cette ultime journée de la phase aller, le Losc comptait sur la réception de Nice mercredi pour se replacer idéalement dans la course au titre avant la trêve hivernale. S'ils ont réussi à mener par trois fois au score, les Dogues ont toutefois dû se contenter du partage des points à l'issue d'un match fou (4-4). Alors qu'ils étaient en infériorité numérique, les Aiglons ont en effet arraché l'égalisation dans les arrêts de jeu.

Troisième de Ligue 1 avant cette ultime journée de la phase aller, le Losc comptait sur la réception de Nice mercredi pour se replacer idéalement dans la course au titre avant la trêve hivernale. S'ils ont réussi à mener par trois fois au score, les Dogues ont toutefois dû se contenter du partage des points à l'issue d'un match fou (4-4). Alors qu'ils étaient en infériorité numérique, les Aiglons ont en effet arraché l'égalisation dans les arrêts de jeu. Difficile de parier sur un tel score ! Opposés mercredi soir au Stadium à l'occasion de cette 19e journée de Ligue 1, Lille et Nice, qui avaient des objectifs bien différents avant la trêve hivernale - obtenir le titre honorifique de champion d'automne pour le Losc, sortir de la zone rouge pour l'OGC Nice -, ont livré un spectacle haletant. Après avoir mené par deux fois au score lors de la première période, les Dogues pensaient avoir fait le plus dur en reprenant l'avantage à deux minutes du terme. Mais les Aiglons ont prouvé qu'ils avaient retrouvé du poil de la bête en cette fin d'année en arrachant de haute lutte un point (4-4), au grand dam du club nordiste, qui aurait pu reprendre, au moins provisoirement, la tête du classement. D'habitude peu enclin à faire évoluer son schéma tactique, traditionnellement en 4-3-3, Rudi Garcia avait cette fois choisi d'aligner une formation avec quatre attaquants Cole, Hazard, Payet et Sow, soutenus par deux milieux récupérateurs Balmont et Mavuba. Une option plus offensive qui indiquait clairement la volonté du Losc de l'emporter. Car, s'ils sont invaincus depuis la deuxième journée, et leur seule défaite de la saison en championnat concédée face à Montpellier (0-1), les Dogues ont aussi cumulé huit matches nuls, pour neuf victoires. Pas question cette fois de partager les points à domicile avec une équipe qui lutte pour son maintien. Et pourtant... Une fin de match de folie Le pari du technicien nordiste semble pourtant gagnant dès les premières minutes, car les Lillois mettent d'entrée la pression sur la défense niçoise. Si David Ospina parvient à stopper non sans mal une frappe à ras de terre de Moussa Sow, auteur d'un joli raid sur le côté droit (7e), le gardien colombien ne peut rien sur le tir puissant des 20 m d'Aurélien Chedjou, légèrement dévié par Larrys Mabiala et Renato Civelli avant de finir dans le but (1-0, 9e). Malgré une nette domination, le Losc n'est toutefois pas à l'abri. Pour preuve, sur un corner tiré par David Hellebuyck depuis le côté gauche, Civelli place sa tête au premier poteau et trouve la lucarne de Mickaël Landreau (1-1, 16e), inscrivant au passage son troisième but depuis le début du championnat. Dans la foulée, les Lillois encaissent un nouveau coup dur avec la sortie sur blessure de Marko Basa, vraisemblablement victime d'une fracture du nez et remplacé en défense centrale par David Rozehnal (18e). Après quelques minutes de flottement, les Dogues repartent à l'assaut du but adverse et si Ospina se couche parfaitement sur une reprise en demi-volée des 20 mètres de Dimitri Payet (25e), il ne peut rien sur le tir à ras de terre puissant de Joe Cole expédié de l'entrée de la surface côté droit (2-1, 27e). Mais l'OGC Nice, revigoré par son succès de samedi dernier face à Valenciennes (2-0), prouve qu'il a retrouvé du caractère en cette fin d'année. Eric Mouloungui réalise un festival côté droit et centre au premier poteau pour Franck Dja Djeje qui coupe la trajectoire pour surprendre Landreau (2-2, 35e). De nouveau rejoints au score, les hommes de Rudi Garcia accusent le coup et encaissent même un troisième but avant le repos. Depuis le poteau de corner côté droit, Mouloungui, décidément très en jambes, mystifie Chedjou, pénètre dans la surface et frappe. Landreau repousse mais sur Dja Djeje, de nouveau présent aux avant-postes pour pousser le cuir au fond des filets (2-3, 45e). Piqués au vif, les champions de France en titre réagissent au retour des vestiaires et multiplient les occasions. Les Aiglons tiennent le choc et la tension monte d'un cran avec plusieurs fautes grossières de part et d'autre, jusqu'à ce que Mouloungui, impeccable jusque-là, n'écope d'un second avertissement pour une faute par derrière sur Rio Mavuba. En supériorité numérique, le Losc parvient à arracher l'égalisation grâce à un tir en pivot dans la surface d'Eden Hazard, qui profite du bel échange entre Sow et Obraniak (3-3, 77e). Le Stadium chavire même de bonheur lorsque Florent Balmont crucifie Ospina après avoir enchaîné contrôle de la poitrine et frappe dans la lucarne (4-3, 88e). Mais il semblait être écrit que les Niçois ne lâcheraient rien dans cette rencontre et sur un ultime corner, François Clerc profite d'un cafouillage dans la surface pour égaliser de nouveau (4-4, 90e+3). Lille, toujours troisième, pouvait s'en vouloir d'avoir laissé échapper deux points qui lui tendait les bras. De leur côté, les Azuréens, sortis in extremis de la zone rouge, pouvaient fêter ce point chèrement acquis comme une victoire.