Lille, dauphin frustré

  • A
  • A
Lille, dauphin frustré
Partagez sur :

Dépossédé de son fauteuil de leader par Marseille, vainqueur de Montpellier (4-0), Lille pouvait le récupérer à condition de s'imposer à Bordeaux samedi soir pour le compte de la 15e journée de L1. Le coup n'est pas passé loin pour les Nordistes qui, après avoir mené 1-0 à la pause, se sont fait reprendre en seconde période sur un but litigieux de Rami contre son camp. De quoi sortir frustré d'une rencontre animée (1-1).

Dépossédé de son fauteuil de leader par Marseille, vainqueur de Montpellier (4-0), Lille pouvait le récupérer à condition de s'imposer à Bordeaux samedi soir pour le compte de la 15e journée de L1. Le coup n'est pas passé loin pour les Nordistes qui, après avoir mené 1-0 à la pause, se sont fait reprendre en seconde période sur un but litigieux de Rami contre son camp. De quoi sortir frustré d'une rencontre animée (1-1). La colère des Lillois au coup de sifflet final de ce Bordeaux-Lille, conclu sur un nul 1-1, en dit finalement assez long sur l'ambition qui anime ce Losc version 2010-11. Plus que la perte de son fauteuil de leader, occupé au moins 24 heures par Marseille (Paris peut s'en emparer à condition de gagner dimanche soir à Lyon), c'est le partage des points qui a frustré une formation nordiste une nouvelle fois assez convaincante et qui se sera procuré les meilleures occasions. Le nul est cependant loin d'être illogique, les Girondins, après une première période assez décevante, ayant su faire preuve de ressources mentales pour revenir après le repos sur un but contesté par les Lillois, inscrit contre son camp par Rami, poussé par Ciani. Voilà donc le Losc dauphin de Marseille au soir de cette 15e journée, mais invaincu depuis cinq matches en Championnat (trois victoires, deux nuls) et surtout avec la perspective avant la trêve de prendre un maximum de points, puisque son calendrier lui propose trois réceptions (Lorient, Nancy et Saint-Etienne) ainsi qu'un déplacement chez la lanterne rouge, Arles-Avignon. Les Nordistes ont donc des atouts pour récupérer d'ici la fin de l'année cette première place abandonnée à un Marseille facile vainqueur de Montpellier (4-0), reste à savoir s'ils tiendront la route physiquement, sachant que deux rencontres européennes les attendent également au cours d'un mois de décembre chargé. Hazard et De Melo A Bordeaux, les hommes de Rudi Garcia ont en tout cas montré qu'il faudrait compter sur eux cette saison, se procurant en première période un bon nombre d'occasions nettes. On pense à cette tête de Rami sur un corner de Cabaye, sortie par Carrasso (8e), cette reprise de Beria sur un nouveau coup de pied arrêté de Cabaye du mauvais côté du petit filet (25e), cette tentative mal cadrée de Debuchy devant Carrasso (29e) et surtout cette tête sur le poteau de Beria après une sortie totalement manquée de Carrasso (35e). A force de pousser, les Lillois ont fini par être récompensés, avec un corner mal renvoyé, une astucieuse talonnade de Rami pour Sow, plus prompt que Diarra - qui faisait son retour après six matches de suspension et est sorti, blessé, en seconde période - pour inscrire son 10e but de la saison (36e). L'avantage lillois à la pause ne se discute pas, mais Jean Tigana aura su remobiliser ses troupes dans les vestiaires car c'est une toute autre équipe girondine qui revient sur la pelouse. Il ne faut que cinq grosses minutes à ces Bordelais plus conquérants pour égaliser, avec un corner de Plasil, une poussette de Ciani que Rami, ce dernier propulsant bien involontairement le cuir de la tête dans ses propres filets (1-1, 51e). Le plus dur est fait pour les locaux qui tentent d'enfoncer le clou, mais Landreau se détend bien sur un missile de Maazou (58e) et M. Piccirillo refuse logiquement un but à Wendel (81e). Lille aura aussi sa chance par Hazard qui, bien lancé par Sow, manquera son dribble devant le portier adverse (70e), et De Melo, dont la tête dans les arrêts de jeu tombera sur le haut des filets d'un Carrasso guère heureux sur le coup. 1-1 score final et logique entre deux équipes qui ne perdent plus.