Lille dans les temps

  • A
  • A
Lille dans les temps
Partagez sur :

Après le "bon nul", selon les termes de Rudi Garcia, ramené de Paris dimanche (0-0), le Losc veut finir l'année en beauté en s'imposant mercredi contre Nice lors de la 19e et dernière journée de la phase aller. Une victoire qui permettrait au champion de France en titre de basculer sur la seconde moitié de la saison avec trois points de plus que l'année dernière à pareille époque. Au rythme d'un champion en puissance...

Après le "bon nul", selon les termes de Rudi Garcia, ramené de Paris dimanche (0-0), le Losc veut finir l'année en beauté en s'imposant mercredi contre Nice lors de la 19e et dernière journée de la phase aller. Une victoire qui permettrait au champion de France en titre de basculer sur la seconde moitié de la saison avec trois points de plus que l'année dernière à pareille époque. Au rythme d'un champion en puissance... "On a 35 points, c'est déjà une très bonne première partie de saison. Si on est capable de faire un grand match et de battre l'OGC Nice, cela deviendra une première partie de saison exceptionnelle." A l'heure d'esquisser un bilan de la première moitié de saison du Losc, Rudi Garcia n'a pas de raison de faire la fine bouche. La sortie prématurée en Ligue des champions mise à part, le champion de France en titre a tenu son rang, collectant déjà autant de points qu'après 19 journées la saison dernière. "Cela veut dire qu'on est plutôt constants et réguliers même si on a laissé échapper quelques points à domicile", résume l'entraîneur lillois, qui note que son équipe reste sur 16 matches sans défaite en Ligue 1, soit depuis le revers concédé à domicile contre Montpellier. "En football, personne n'a jamais de certitudes, mais plutôt des convictions. On s'appuie sur ce qu'on sait faire et on essaye d'être bons sur la durée. Pour l'instant, on l'est." De là à en faire un champion de France en puissance pour la deuxième année consécutive, il y a un pas que Rudi Garcia ne préfère pas franchir : "Nous ne sommes pas favoris, je préfère répéter que nous visons le podium dans le but de disputer la Ligue des champions la saison prochaine dans le Grand Stade. Et pour le moment, j'estime que nous nous situons dans les clous." Et Mickaël Landreau, l'un des membres du conseil des sages, ces leaders de vestiaire que l'entraîneur lillois consulte régulièrement, de préciser sur le site du club nordiste l'état d'esprit des Dogues en cette fin d'année : "Nous sommes exclusivement concentrés sur notre parcours. Compte tenu de l'écart minimum existant dans le haut du tableau, le leader à la trêve n'aura aucune garantie sur son classement à l'issue de la saison. À l'image de la rencontre à Paris, nous avons envie de construire notre saison avec solidité et de mettre en place un projet de jeu qui nous correspond." La prudence est de mise Avec l'ambition au final de réussir en 2012 la même seconde partie de la saison qu'en 2011, un retour sanctionné par 12 victoires, cinq nuls et seulement deux défaites pour un total de 41 points conquis sur la route du titre. "Espérons que notre élimination de la Ligue des champions soit un mal pour un bien, qu'elle nous permettra d'être plus performants sur le plan athlétique, confie Rudi Garcia. Quoi qu'il en soit, avec les coupes nationales, nous allons de toute façon devoir être prêts. Comme la saison dernière, les joueurs devront effectuer un travail sérieux durant la trêve. On leur fait confiance, ils savent que 2012 va partir sur un rythme assez effréné, avec trois matches à l'extérieur consécutifs contre Chantilly, Lyon et Marseille." Une projection qui n'écarte par l'entraîneur nordiste du dernier rendez-vous de l'année de son équipe, pas le moins important et pas le moins compliqué à appréhender. "Les chiffres peuvent parfois être trompeurs, prévient-il, ne se fiant pas à la 18e place au classement des Aiglons. Nice figure parmi les meilleures défenses du championnat avec seulement 19 buts encaissés. Si on regarde les résultats de cette équipe à l'extérieur, on constate qu'elle a toujours perdu par un seul but d'écart, sauf à Marseille (2-0). Pourtant, les Niçois se sont également déplacés à Paris (2-1) et à Montpellier (1-0). Si nous voulons bonifier ce point pris contre le PSG (0-0), il faudra être capable de tout donner et de réaliser un grand match avec l'appui de notre public. On sait que ce sera difficile." Un dernier coup de rein qui fera peut-être la différence sur la ligne d'arrivée...