Lille, comme si c'était fait

  • A
  • A
Lille, comme si c'était fait
Partagez sur :

Grâce à un but de Gervinho en début de seconde période (53e), Lille a rempli son contrat en dominant Sochaux (1-0), mercredi soir, en match en retard de la 36e journée de Ligue 1. Avec six points d'avance sur l'OM, et simplement deux matches à disputer, le Losc est pratiquement assuré de remporter son premier titre de champion depuis 1954.

Grâce à un but de Gervinho en début de seconde période (53e), Lille a rempli son contrat en dominant Sochaux (1-0), mercredi soir, en match en retard de la 36e journée de Ligue 1. Avec six points d'avance sur l'OM, et simplement deux matches à disputer, le Losc est pratiquement assuré de remporter son premier titre de champion depuis 1954. A moins d'un tremblement de terre strauss-kahnien, Lille sera champion de France de Ligue 1 cette année. Quatre jours après avoir remporté la Coupe de France - que Michel Seydoux a fièrement promené à la pause devant un public aux anges - le Losc a battu Sochaux, mercredi, en match décalé de la 36e journée (1-0). Un succès logique qui propulse les Lillois six points devant l'OM, son dauphin, avec une différence de buts largement favorable (+8). A deux journées du gong, la messe semble entendue. En face, les Doubistes se déplaçaient pourtant avec l'étiquette de meilleure équipe depuis avril, avec 17 points pris sur 21 possibles. Mais le manque d'ambition de la troupe de Francis Gillot leur a été fatal. Outre cette timidité, c'est surtout l'incapacité de la défense à contrôler le trident Hazard-Sow-Gervinho qui s'est révélée décisive. Et s'il ne fallait n'en sortir qu'un du lot, l'Ivoirien semble tout désigné pour recevoir la palme de l'insaisissable. Gervinho délivre le Stadium Nord L'ancien Manceau a en effet été de tous les bons coups, et ce dès la deuxième minute, sur ce penalty oublié par M. Kalt, après une faute de Perquis dans la surface (2e). L'attaquant s'est ensuite perdu entre malchance et maladresse. Malchance lorsqu'il touche par deux fois le poteau (17e, 48e), ou maladresse sur cette incroyable frappe saucissonnée, devant le but (19e). Mais le bouchon a finalement sauté après un joli service de Sow, et une frappe croisée synonyme de délivrance (1-0, 53e). Pour le reste, la défense s'est chargée de mettre Landreau au chômage technique, hormis sur ce cafouillage de Chedjou, non converti par Ideye (69e). Une performance à l'image de ce collectif lillois, fatigué sur la fin de rencontre, mais parfaitement homogène sur le terrain. Les 16 813 spectateurs du Stadium peuvent chanter. Dans une semaine et demie, face à Rennes, lors de la dernière journée, Michel Seydoux devrait pouvoir se permettre un nouveau tour d'honneur. Avec deux trophées cette fois.