Lille avait sorti le parapluie

  • A
  • A
Lille avait sorti le parapluie
Partagez sur :

Lille a renoué avec la victoire ce mercredi en dominant Caen (4-1) lors des 8e de finale de la Coupe de la Ligue. Les deux défaites consécutives en Championnat semblent en partie digérées, même si tout n'a pas été parfait du côté nordiste. Les Caennais, à dix pendant près d'une heure, ont lâché prise en seconde période pour laisser la voie libre au Losc qui se rendra à Montpellier en quarts.

Lille a renoué avec la victoire ce mercredi en dominant Caen (4-1) lors des 8e de finale de la Coupe de la Ligue. Les deux défaites consécutives en Championnat semblent en partie digérées, même si tout n'a pas été parfait du côté nordiste. Les Caennais, à dix pendant près d'une heure, ont lâché prise en seconde période pour laisser la voie libre au Losc qui se rendra à Montpellier en quarts. Après deux défaites consécutives en Championnat, Lille misait sur la Coupe de la Ligue pour se refaire une santé. Les revers à Lyon (3-1) et face à Marseille (3-1) avaient laissé des traces dans cette équipe qui vise encore le haut de tableau cette saison. Deux coups d'arrêts en partie digérés avec cette précieuse victoire contre Caen (4-1) ce mercredi, à l'occasion des huitièmes de finale. Et les Nordistes avaient bien fait de sortir le parapluie: d'abord pour s'abriter des trombes d'eau déversées sur le Stadium Nord, ensuite pour se protéger des fulgurances du promu normand. La couverture lilloise n'a finalement été perméable qu'à une seule reprise, sur l'égalisation du jeune Yatabaré. "Le fait de se faire égaliser rapidement, c'est un peu le point négatif de la soirée. On a pris six buts en deux matches de Championnat et on voulait corriger le tir. On a su réagir et ne pas s'enfoncer comme contre l'OM", a expliqué Cabaye sur France 4. Pour le reste, rien à dire ou presque. Un Cabaye encore décisif, un Gervinho efficace malgré encore quelques imprécisions, et des occasions à la pelle qui laisseraient même un petit goût d'inachevé. Même Rami se trouvait des allures d'attaquant en multipliant les montées rageuses. Rozenhal, son compère en défense centrale, ne pouvait en dire autant, parfois empêtré dans ses erreurs de placement et visiblement pas tout à fait au niveau de ses partenaires. Malgré la présence dans le groupe de De Melo, une première depuis plus de deux mois, Rudi Garcia avait choisi de confier les clés de l'attaque à Gervinho, épaulé par Hazard et Obraniak. L'Ivoirien et le Belge ont marqué, pas le Polonais, mais son influence sur le jeu eut une réelle importance. Comme celle, habituelle, de Cabaye, auteur de l'ouverture du score. L'expulsion de Nivet plombe Caen Les déplacements sans ballon et le jeu en mouvement sont la marque de fabrique des Lillois. De ces qualités venait le premier but du match, inscrit par le milieu de terrain, à la réception d'un centre parfait de Debuchy (1-0, 8e). Constat identique sur le deuxième avec encore Debuchy au centre, Cabaye à la déviation et Hazard fauché dans la surface pour un penalty transformé et un doublé pour le Nordiste (2-1, 45e). Entre-temps, Yatabaré avait égalisé pour les Caennais, après un gros travail de Van la Parra. "Il fallait faire un match plein pour se qualifier. On l'a bien fait ce soir même si cette équipe de Caen a été réduite à dix", a précisé Cabaye. Les espoirs normands prenaient en effet un sacré coup avec l'expulsion de Nivet pour deux cartons jaunes. Près d'une heure à jouer en infériorité numérique, c'était trop en demander aux joueurs de Franck Dumas, qui perdaient le fil de la rencontre en seconde période. Leur dernier succès remonte au 22 septembre et une victoire sur le terrain d'Arles-Avignon (1-0) en 16e de finale de la Coupe de la Ligue. En Ligue 1, les Normands restent sur quatre matches sans victoire. Un bilan alourdi par cette défaite logique, marquée par deux buts supplémentaires encaissés lors de la deuxième partie du match. D'abord, Gervinho profitait du marquage laxiste de la défense caennaise sur coup franc pour tromper Perquis de près (3-1, 45e). Puis Hazard enfonçait le clou en mystifiant N'Diaye avant de croiser un tir du gauche à ras de terre (4-1, 74e). Les Normands quittent le Stadium Nord la tête basse. Pour le Losc, c'est sans doute un bon coup d'accélérateur.