Lille à terre, les autres debout

  • A
  • A
Lille à terre, les autres debout
@ Montage MAXPPP/REUTERS
Partagez sur :

LA L1 EN UN CLIC - Lille a perdu. Rennes, l'OM, Lyon et le PSG ont gagné. Gameiro a régalé.

Lille, le mauvais plan. Pour son 47e anniversaire, Rudi Garcia n'a pas été gâté. Pourtant largement renouvelé par rapport à celle qui a disputé son seizième de finale aller face au PSV (2-2), son équipe n'a cadré qu'un seul tir et n'a jamais en difficulté une solide équipe de Montpellier. Et comme face au PSV, elle a craqué dans les dix dernières minutes, en exposant plein cadre une belle fébrilité défensive. "Est-ce que ce n'est pas un mal pour un bien de perdre ?", a interrogé le coach lillois à l'issue de la rencontre. "Ça va nous obliger à nous remettre en cause avant la réception de Lyon, dimanche prochain." Lille-Lyon, c'est dimanche prochain. A lire : Lille tombe à la Mosson

Rennes, la bonne affaire. Le Stade Rennais, qui restait sur un 1-5 à Sochaux en déplacement, s'est imposé à Toulouse et revient à deux longueurs du LOSC. Mais les Rouge et Noir s'en sortent bien. 1. Ils n'ont pas très bien joué. 2. Le penalty obtenu par Jérôme Leroy et transformé par Victor Hugo Montano, à la 87e, est généreux. 3. Les Toulousains ont touché du bois par deux fois, d'abord par Franck Tabanou, dont la frappe puissante s'est écrasée sous la barre (13e) puis par Moussa Sissoko, dont le tir en angle fermé fut repoussé par le poteau droit (69e). A lire : Rennes comme à la maison

Paris forte(s) tête(s). Après deux matches négatifs - une défaite à Rennes et un nul contre Lens -, le PSG s'est remis à l'endroit en l'emportant avec autorité à Nice (3-0). C'est Ludovic Giuly qui a ouvert le score... de la tête, sur corner, avant que Guillaume Hoarau n'aggrave le score peu avant la pause. Attendu dans son duel face à son probable coéquipier (successeur ?) la saison prochaine, le portier niçois David Opina, Edel a assuré l'essentiel sur une parade magnifique sur une tête d'Anthony Mounier (28e) et prouvé qu'il avait du mental. Critiqué depuis deux ou trois matches, Nenê, a, lui, offert un caviar à Hoarau sur le deuxième but. Avec trois matches à venir au Parc (Borisov en Ligue Europa, Toulouse en L1 et Le Mans en Coupe), le PSG peut enchaîner. A lire : Paris est toujours là

Gignac blessé, Rémy et Brandao touchés. A quatre jours de la réception de Manchester United, en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions, Didier Deschamps a dû faire sortir les trois membres de sa ligne d'attaque, samedi, face à Saint-Etienne (2-1) : Brandao 68e, Gignac 74e et Rémy 89e. Alors que Brandao et Rémy pourraient être rétablis pour le choc de mardi, ce ne sera pas le cas de Gignac, victime d'une élongation aux adducteurs et d'ores et déjà forfait. A lire : L'OM sans fanfaronner

Lucho côté jardin et... côté coup. Incapables de percer le verrou Verts pendant plus d'une heure de jeu, les Marseillais ont trouvé la clé sur une belle action collective initiée sur le côté gauche par Taye Taiwo (68e). Le latéral marseillais trouva André-Pierre Gignac dans la surface de réparation. Après un joli contrôle du droit, l'ancien Toulousain se retourna sur un pas pour servir Lucho Gonzalez qui frappa en première intention le long du poteau droit de Jérémie Janot. Dix minutes avant son but, Lucho Gonzalez avait frôlé la correctionnelle. Victime d'un tacle appuyé sur la cheville de Laurent Battles, l'Argentin, énervé, riposta en balançant ses jambes vers son adversaire, le touchant même au visage. On lui préfère d'autres coups de patte...

Gameiro serial buteur. Kévin Gameiro n'a pas rejoint Bordeaux lors du mercato d'hiver. Et il l'a rappelé avec éclat, samedi soir, en éclaboussant la rencontre Lorient - Bordeaux de son talent. Alors que son vis-à-vis Anthony Modeste vendangeait, lui était à la réception d'un centre de Lynel Kitambala, c'est lui aussi qui fit une feinte àla Ronaldo pour tromper Cédric Carrasso, lui enfin qui paracheva la démonstration lorientaise sur une action qu'il avait initiée (89e). Avec 15 buts désormais - et sept sur les quatre derniers matches ! -, Gameiro n'est plus qu'à une unité du Lillois Moussa Sow. A lire : Lorient danse sur Bordeaux

Un carton, des cartons. A l'issue d'une semaine marquée à Bordeaux par la polémique sur les décisions de M. Saïd Ennjimi, samedi dernier, face à Caen, l'arbitrage a encore été au coeur de ce Lorient - Bordeaux. M. Anthony Gautier a en effet sorti neuf cartons jaunes et deux rouges et dû prendre quelques décisions assez rares : ne pas exclure un gardien qui avait touché le ballon de la main en dehors de sa surface, siffler un penalty sur une main sur coup franc, faire retirer un penalty, exclure un joueur d'une équipe ayant un penalty à tirer et finalement exclure un gardien ayant une nouvelle fois touché le ballon de la main. Du travail dans l'ensemble très bien fait.

Anin face à Maoulida (930x620)

© MAXPPP

Lens remonté contre l'arbitre. Issam Jemaa qui envoie balader un pied de caméra, Vedran Runje qui lance un "je ne sais pas où ils trouvent les mecs comme ceux-là" en évoquant l'arbitre, ou un Franck Queudrue qui rappelle que "déjà à Paris, on se fait bien... comme il faut", les Lensoins l'avaient mauvaise contre l'arbitre de la rencontre, M. Bartolomeu Varela, après leur défaite à domicile face à Sochaux (3-2). En cause : l'exclusion de Toifilou Maoulida (après un "duel" avec Kévin Hanin, lui aussi exclu) mais également le coup franc à l'origine du dernier but sochalien, jugé inexistant par Laszlo Böloni, exclu lui aussi... Lens reste sous l'eau, à la 19e place, juste derrière Monaco, dont la défaite sur la pelouse de Brest (2-0) a été beaucoup plus limpide.

Jelen évite le pire. Déjà buteur le week-end dernier à Nancy (3-1), Ireneusz Jelen a marqué à nouveau, samedi soir, un but très important pour l'AJA, qui lui évite d'être la deuxième équipe à perdre cette saison face à la lanterne rouge, Arles-Avignon. En grande difficulté actuellement, l'AJA ne possède que deux points d'avance sur le premier non relégable. Et les supporters l'ont rappelé à leurs joueurs, avec une banderole pleine d'ironie faisant allusion à la Ligue 2 : "déconnez pas, le vendredi, j'ai piscine". Humour noir. A lire :Auxerre continue de patauger

Et Briand. Et puis, comme ça, juste pour le plaisir, on se repasse le but de Briand face à Nancy, le quatrième de la victoire de Lyon vendredi (4-0). A lire : Lyon fait place nette