Lille, 56 ans après

  • A
  • A
Lille, 56 ans après
Partagez sur :

Leader de la Ligue 1 avec quatre points d'avance sur l'OM à trois journées de la fin, Lille a d'ores et déjà rendez-vous avec son histoire, samedi, en finale de Coupe de France, face au Paris Saint-Germain. Une belle occasion pour les Lillois de dépoussiérer sa vitrine, puisque le dernier trophée remporté par le Losc, une Coupe de France, remonte à 1955. Il y a 56 ans.

Leader de la Ligue 1 avec quatre points d'avance sur l'OM à trois journées de la fin, Lille a d'ores et déjà rendez-vous avec son histoire, samedi, en finale de Coupe de France, face au Paris Saint-Germain. Une belle occasion pour les Lillois de dépoussiérer leur vitrine, puisque le dernier trophée remporté par le Losc, une Coupe de France, remonte à 1955. Il y a 56 ans. "Depuis quelques semaines, je regarde souvent ma réplique de la Coupe de France en espérant de tout mon coeur que les Lillois soulèveront le trophée". Interrogé par le site officiel du Losc, Robert Lemaître, vainqueur de la Coupe de France en 1955, espère bien voir ses lointains successeurs prendre sa suite, et enfin apporter un nouveau trophée dans la vitrine, après 56 ans de disette. "Cette épreuve a toujours engendré un engouement exceptionnel, que ce soit auprès des amateurs, des professionnels ou du public. Et puis n'oublions pas qu'à notre époque, les compétitions européennes n'existaient pas. La Coupe de France prenait donc un peu cette place", confie cet ancien défenseur, champion de France en 1954. Michel Seydoux, le président du club, ne dit d'ailleurs pas autre chose, et se réjouit d'avance de l'évènement. "Vivre une finale de Coupe de France est extrêmement fort compte-tenu de mon amour pour ce club, mais aussi pour le prestige de cette compétition, la plus populaire et la plus belle après le championnat, lance ainsi le dirigeant, tout heureux de voir des années de travail à deux doigts d'êtres récompensées. On peut voir cette situation de deux façons différentes : le début d'une nouvelle aventure ou la continuité du travail qui a été réalisé. Pour moi, il n'y a pas de changement. Ce rendez-vous constituera un épisode supplémentaire dans la montée en puissance progressive du LOSC". Pour Rio Mavuba, capitaine du Losc, cette Coupe de Franc a également une saveur toute particulière. "Il y a déjà un contexte spécial, surtout durant les premiers tours. Nous retrouvons l'atmosphère des petits stades. L'ambiance y est différente. La proximité avec les gens, l'odeur de la merguez qui cuit, l'accueil du public, le climat fair-play qui règne sur le terrain... on le vit vraiment comme une fête". Toutefois, le milieu de terrain ne veut pas encore se projeter vers une éventuelle victoire, qui le verrait soulever la fameuse coupe. "On ne veut pas trop se projeter là-dessus, c'est encore loin. Mais pour répondre à la question, j'ai bien sûr des images en tête que je souhaite à tout prix voir se réaliser. Jouer au Stade de France, faire la fête avec nos supporters, soulever la coupe : on en rêve tous".