Lièvremont veut clore la polémique

  • A
  • A
Lièvremont veut clore la polémique
@ Reuters
Partagez sur :

RUGBY - Marc Lièvremont a effectué une mise au point musclée sur l'affaire Bastareaud.

RUGBY - Marc Lièvremont a effectué une mise au point musclée sur l'affaire Bastareaud. Invité lundi à Marcoussis, en marge de l'annonce du quinze de départ pour affronter le Pays de Galles vendredi, à s'exprimer sur l'idée d'une éventuelle punition qui frapperait Louis Picamoles, absent chez les Bleus depuis le coup d'envoi du Tournoi, Marc Lièvremont est sorti de sa réserve habituelle. "Pourquoi il le serait ? Pourquoi il le serait ?, a répété le sélectionneur, avant d'enchaîner de plus belle, perdant son calme habituel: Alors Sébastien Chabal est puni aussi, Picamoles est puni, Florian Fritz est puni, Maxime Médard est puni, Aurélien Rougerie était puni, Bastareaud est puni. Encore une fois, c'est des conneries. Pourquoi Louis serait puni ? Vous me posez une question, je vous en pose une autre...", lance-t-il à la cantonade au parterre de journalistes qui lui font face et particulièrement à celui qui a osé sous-entendre que l'absence du Toulousain était liée au retour de Mathieu Bastareaud en bleu et à un contentieux entre les deux hommes depuis la dernière tournée d'été... "Il n'y a pas un malaise autour de Mathieu" "Si vous voulez, on peut revenir sur l'affaire Bastareaud...", lâche encore Lièvremont au comble de l'exaspération. "J'entends, j'ai des échos qui disent que parmi vous, certains s'imaginent encore que depuis le début, on est au courant d'une bagarre entre joueurs. Je le maintiens, je continue à le dire, huit mois après, qu'il n'en est rien, que je mets ma main à couper qu'il n'y a pas eu d'histoire entre les joueurs ce soir-là." Et de préciser malgré tout: "Même si la dernière version de Mathieu peut laisser sceptique, je le comprends, je le conçois." Mais de reprendre aussitôt sur le ton d'une menace à peine voilée: "Honnêtement, qu'un média sorte encore une affaire comme ça, je pense que les joueurs, et notamment Thierry Dusautoir, qui a tout de même été sali, n'apprécierait pas et je pense qu'il donnerait des suites..." Pour le sélectionneur, l'encadrement du XV de France a été parfaitement clair: "C'est insupportable d'entendre ça, on a été franc, transparent du début jusqu'à la fin sur cette histoire. Il n'y a pas un malaise autour de Mathieu au sein du groupe et pas de joueurs punis." Point final. L'auditorium de Marcoussis a perdu dix bons degrés d'un coup. "Tu as jeté un froid", confirme son adjoint Emile Ntamack. Huit mois après, alors que les résultats sont là et la dynamique enclenchée, la vie de l'équipe de France, continue d'être empoisonnée par cette trop fameuse nuit du 20 au 21 juin dernier en Nouvelle-Zélande...