Lièvremont: "Un coup de massue"

  • A
  • A
Lièvremont: "Un coup de massue"
Partagez sur :

Solidaire de Yoann Huget, exclu jeudi de l'équipe de France, mais fataliste à l'égard d'une bévue impardonnable à ce niveau, Marc Lièvremont a encaissé le premier gros coup dur de la préparation des Bleus à la Coupe du monde (9 sept.-23 oct.). Le sélectionneur voit déjà plus loin, même s'il l'affirme, "il est fort possible qu'on ne rappelle personne."

Solidaire de Yoann Huget, exclu jeudi de l'équipe de France, mais fataliste à l'égard d'une bévue impardonnable à ce niveau, Marc Lièvremont a encaissé le premier gros coup dur de la préparation des Bleus à la Coupe du monde (9 sept.-23 oct.). Le sélectionneur voit déjà plus loin, même s'il l'affirme, "il est fort possible qu'on ne rappelle personne." Marc, cette nouvelle est-elle de nature à bouleverser vos plans ? Non, il n'y a rien de bouleversé. On essaye d'accompagner le joueur, d'expliquer la situation à ses coéquipiers, mais a priori il n'y a aucune raison qu'on le remplace par un 33e ou un 34e joueur et que dès le moment où les blessés se portent bien et reprennent progressivement le rugby, il est fort possible qu'on ne rappelle personne de l'extérieur. On était parti sur quatorze trois-quarts et Aurélien réussit un début de semaine convaincant avec un entraînement en opposition dès mardi plutôt probant, en tout cas, il n'y a pas d'urgence... On sait qu'il y a cette échéance du 22 (août) et d'ici là, on verra. Comment le groupe a réagi à cette annonce ? C'est un gros coup de massue, on est abasourdi ; on se rend compte aussi que beaucoup de connaissent pas le règlement, la procédure. Il y a un groupe cible -je ne veux pas dire de bêtises...- désigné par l'IRB, avec beaucoup d'internationaux, et puis un groupe dont fait partie Yohann, là désigné d'une manière... que j'ignore. Même s'il y a déjà eu des informations par Provale lors du Tournoi 2010 sur la difficulté à assumer ce suivi, dont beaucoup en ignorent le fonctionnement et vont même jusqu'à ignorer les joueurs ciblés. Moi, le premier d'ailleurs. "Une forme de fragilité" Suite à ce premier accroc, va-t-il falloir être attentif aux éventuelles conséquences qu'il pourrait avoir sur la vie du groupe ? On en a parlé aux joueurs en leur disant qu'il fallait dépasser cette déception, encourager et entourer Yoann jusqu'à son départ. Et après qu'on sait aussi pourquoi on est là, que ce soit une source de motivation supplémentaire, qu'ils prennent tous conscience quelque part d'une forme de fragilité. Il y a le risque de blessure, il y a aussi celui-là, et donc continuer à considérer qu'ils sont des privilégiés et donc avancer. Ça fait partie des choses de la vie, il y a les blessures, le sport professionnel impose aussi ce type de contraintes et de sanctions qu'il faut malheureusement accepter, même si c'est difficile. Ne craignez-vous pas les amalgames autour du dopage ? Président de Provale, Mathieu Blin (présent jeudi, à Marcoussis) a souligné que toute déclaration liée au dopage pourrait valoir à son auteur des poursuites pour diffamation... Il a raison, il est dans son rôle de protéger les joueurs. Les mots sont importants aussi. C'est une procédure administrative. Certes, il y a de la part de Yoann une forme de légèreté peut-être et ça doit rentrer dans le cadre de la responsabilisation du joueur