Lièvremont innove

  • A
  • A
Lièvremont innove
Partagez sur :

C'est un XV de France inédit qui débutera samedi prochain à Nantes sa tournée d'automne face aux Fidji, avec notamment les premières sélections du pilier perpignanais Schuster et du centre briviste Estebanez. Marc Lièvremont a misé sur une charnière 100% biarrote (Yachvili-Traille), tandis que Porical sera titulaire à l'arrière, Arias à l'aile droite et Harinordoquy promu capitaine.

C'est un XV de France inédit qui débutera samedi prochain à Nantes sa tournée d'automne face aux Fidji, avec notamment les premières sélections du pilier perpignanais Schuster et du centre briviste Estebanez. Marc Lièvremont a misé sur une charnière 100% biarrote (Yachvili-Traille), tandis que Porical sera titulaire à l'arrière, Arias à l'aile droite et Harinordoquy promu capitaine. Les Fidji en apéro. Pour le plat de résistance, il faudra attendre une semaine plus tard avec un premier choc face à l'Argentine à Montpellier, voire deux semaines contre l'Australie au Stade de France. C'est en quelque sorte le message délivré mardi matin à Marcoussis par le trio de sélectionneurs Marc Lièvremont-Emile Ntamack-Didier Retière, qui a dévoilé une composition inédite pour le premier match de la tournée d'automne du XV de France samedi à Nantes. "On a essayé de bâtir une équipe homogène et équilibrée, a déclaré Lièvremont. L'objectif, c'est de s'imposer si possible avec la manière, mais aussi d'intégrer des jeunes joueurs avec des éléments expérimentés à leur côté, de gérer les temps de jeu. Il y aura un large remaniement de l'effectif après les Fidji avec la présence certaine des huit joueurs qui ne sont pas sur la feuille de match." Dans la colonne des absents pour ce premier test figurent le capitaine Thierry Dusautoir, le deuxième ligne parisien Lionel Nallet, le centre toulousain Yannik Jauzion, l'ailier clermontois Aurélien Rougerie, ménagés et qui feront donc leur retour dans le groupe à Montpellier. En leur absence et à maintenant dix mois du coup d'envoi de la Coupe du monde 2011, Marc Lièvremont a donc décidé de procéder à quelques essais en offrant notamment leur première sélection au pilier perpignanais Jérôme Schuster, qui formera "une première ligne jeune et explosive", mais aussi très inexpérimentée, au côté de son coéquipier de l'Usap, Guilhem Guirado (5 sélections) et du Castrais Luc Ducalcon (1 sélection), et au Briviste Fabrice Estebanez, titulaire au centre, malgré un début de saison loin d'être sensationnel. "Pour Fabrice Estebanez, les six derniers mois, c'est le bal des occasions manquées, a commenté Lièvremont. Il a manqué la tournée de juin (pour cause de sanction après que son club eut refusé de le laisser à la disposition de l'équipe de France à VII, ndlr), mais ce n'était pas forcément le contexte le plus épanouissant pour faire ses preuves. Personnellement, je le trouve en forme malgré tout, le contexte est un peu difficile car Brive a un peu de mal, mais il est toujours intéressant, il reçoit cette sélection comme une bouffée d'oxygène, j'ai pleinement confiance en son potentiel.""On a privilégié un axe biarrot" Le Briviste sait qu'il jouera gros parce que les chances de se montrer deviendront de plus en plus rares au fur et à mesure qu'on approchera de l'échéance néo-zélandaise. Même cas de figure pour d'autres joueurs qui ne sont pas des bizuths, mais pas loin, comme l'ailier du Stade Français, Julien Arias, préféré au Bayonnais Yohann Huget, qui attendra au moins une semaine de plus avant de connaître sa première cape, puisqu'il fait partie des huit absents de la feuille de match. "Ça a aurait pu être Yohann, mais on a choisi de démarrer avec Maxime (Médard) et Julien aux ailes, on a cherché à trouver un peu de complémentarité, des automatismes, des repères en commun depuis quelques entraînements. Et puis Julien et Yohann sont sur le même profil, ils jouent au même poste, on aurait pu les associer, mais cela voulait dire que l'un des deux serait obligé de jouer à gauche où il a moins de repères." Du coup, Maxime Médard, un "vrai polyvalent", en profite, ailier plutôt qu'arrière, poste où les sélectionneurs "voulaient voir" le Perpignanais Jérôme Porical, qui jouera lui aussi gros pour sa deuxième sélection en vue de la Coupe du monde. Pour le reste, la deuxième ligne sera composée des "deux poutres" que sont le Biarrot Jérôme Thion et le Toulousain Romain Millo-Chluski, tandis que Marc Lièvremont a misé sur une "troisième ligne assez coureuse pour essayer de contrer le jeu fidjien", au sein de laquelle Imanol Harinordoquy sera capitaine. "Imanol est capitaine en club et donc capitaine de Dimitri (Yachvili). On a souhaité reproduire le schéma habituel avec un leader de combat, expérimenté, et laisser Dimitri s'appliquer à gérer les tâches du jeu avec Damien." Car l'une des innovations - elle était attendue - de ce XV de France new look, c'est aussi la paire de demis composée de Dimitri Yachvili et Damien Traille, ce dernier se voyant offrir une belle opportunité de prouver ses qualités à un poste qu'il occupe régulièrement avec le BO. "On a privilégié un axe biarrot, il me tarde de voir Damien à l'oeuvre. On va essayer de l'installer avec un peu de confort, il retrouve son compère Dimitri Yachvili, il est très impatient de débuter à ce poste, il prend à coeur son nouveau rôle avec plein d'investissement", commente Lièvremont qui salue au passage le "niveau exceptionnel" auquel évolue Yachvili "en ce moment". Un niveau qu'il s'agira de reproduire face aux Fidji samedi pour lancer dans les meilleures conditions l'opération "Trois matches-Trois victoires" de l'équipe de France.