Lièvremont: "Il y a une progression"

  • A
  • A
Lièvremont: "Il y a une progression"
Partagez sur :

L'équipe libérée et en confiance espérée par Marc Lièvremont ne sera apparue que l'espace d'une dizaine de minutes samedi, sur la pelouse de l'Eden Park, avant que les All Blacks ne se libèrent et ne corrigent les Bleus (37-17). Pour autant, le sélectionneur tricolore estime son équipe en progression, même s'il ne peut s'empêcher de regretter "les erreurs de benjamins" de ses joueurs en défense.

L'équipe libérée et en confiance espérée par Marc Lièvremont ne sera apparue que l'espace d'une dizaine de minutes samedi, sur la pelouse de l'Eden Park, avant que les All Blacks ne se libèrent et ne corrigent les Bleus (37-17). Pour autant, le sélectionneur tricolore estime son équipe en progression, même s'il ne peut s'empêcher de regretter "les erreurs de benjamins" de ses joueurs en défense. Marc, quel est votre sentiment après cette lourde défaite ? Il me laisse de gros regrets. Notamment sur cette première mi-temps, où on prend trois essais en un quart d'heure, avec quelques fautes de défense grossières. C'est vrai qu'après une bonne entame de match, mais stérile au niveau du tableau d'affichage, on a laissé les Blacks prendre trop vite le score et la direction du match. Malgré tout, les joueurs ont fait preuve de courage. Là aussi, le gros regret, c'est de nous voir revenir à un score plus honorable (32-17) en fin de seconde mi-temps, mais on commet à nouveau des fautes de benjamins, sur la réception du coup d'envoi, on prend un essai qui gonfle encore le score. Encore une fois, le talent des Néo-Zélandais nous a punis. Au delà de la déception, il faut réagir, rebondir. La qualification n'est pas assurée. Il faut bien récupérer pour bien préparer ce match contre les Tonga. Comment expliquez-vous ces erreurs presque grossières à ce niveau ? On a eu beaucoup de déchets sur leurs courses intérieures et on connait la qualité des Néo-Zélandais quand ils vous passent dans le dos pour conclure les actions. Défensivement, contre eux, il faut savoir faire un sans faute. Ce sont des fautes individuelles avec quelques en-avants, beaucoup trop de fautes qui ont pollué notre match. Les Blacks ne se sont pas affolés et sur leur première initiative, ils nous ont envoyés dans notre en-but. C'est dur. " Le problème, c'est qu'on a souffert en mêlée " Vous évoquez des regrets. En avez-vous aussi à l'égard de l'équipe que vous avez aligné sur ce match ? Je ne sais pas s'il y a une allusion cachée derrière cette question... Encore une fois, j'ai aligné à mon sens la meilleure équipe possible. On a essayé, contrairement à mes habitudes, de faire démarrer Dimitri (Szarzewski) avec un paquet d'avants assez dense. Le problème, c'est qu'on a souffert en mêlée. Mentalement, on sait, en plus de la prise du score, à quel point c'est compliqué. J'espérais tenir le match sur la première mi-temps, mais cela n'a pas été le cas, et faire profiter l'équipe d'un bon coaching avec un banc de qualité. Ça a été fait en partie parce que les remplaçants nous ont apportés, mais le mal était fait avec un score déjà largement en faveur des Blacks. Quelle était votre justement votre intention avec ce triple coaching de la mi-temps, plutpot inhabituel ? Je débrieferai d'abord avec les joueurs pour ce qui pourrait passer d'abord pour des questions. Il s'agissait d'apporter du dynamisme sur certains postes. Mais ce qui était idiot, c'est qu'on est dans le match en termes d'intensité, sur les intentions, en conquête, mais encore une fois, on est punis par quelques grossières erreurs de placement défensif. N'avez-vous pas l'impression que vos joueurs ont assez rapidement manqué de rythme ? Moi, je n'ai pas l'impression qu'on ait craqué après de grosses séquences de jeu néo-zélandaises. Ce n'est pas ça... Je ne crois pas que ce soit un match qui nous ait éprouvés physiquement. On aurait craqué à l'heure de jeu, je veux bien, mais ça n'a pas été le cas. On a été encore capables de produire des choses intéressantes en deuxième mi-temps, et ce n'est jamais simple face à une équipe de cette qualité de les laisser mener et prendre d'avance comme ça. "Morgan a fait un bon match" Un mot sur la prestation de Morgan Parra... Il a fait un bon match, très sincèrement. Il a été courageux et assez propre. Je suis content de son match et on ne peut pas lui imputer la responsabilité de la défaite. Comment expliquer les grosses difficultés de la mêlée française pendant une heure de jeu ? C'est l'une des spécificités de la mêlée néo-zélandaise d'être très forte à l'impact. On doit être à la limite sur les commandements, ils ont pris l'impact systématiquement ; quand on a voulu le faire, on a pris des bras cassés. On connaît la qualité et la densité de William Servat quand il est rentré, il y a eu du mieux, mais ça a été essentiellement un problème d'impact. Pensez-vous que votre équipe est en progression ? On a pris le bonus offensif sur les deux premiers matches et on en prend 40 aujourd'hui. Les oppositions ne sont bien sûr pas les mêmes... Il y a eu à mon sens des choses intéressantes. Heureusement. Oui, malgré tout, je pense qu'il y a une progression. J'en suis même certain. Dès qu'il y a eu une faute technique individuelle et dès qu'il y a eu un décrochage ou un plaquage raté, il y a eu essai. Pour une équipe qui sort d'une année compliquée, évidemment, on a craint le pire. Après, c'est difficile de garder la sérénité, mais on a eu le mérite de ne pas se désunir.