Leverdez: "Envie de faire très mal"

  • A
  • A
Leverdez: "Envie de faire très mal"
Partagez sur :

Les Championnats du monde, disputés en Angleterre, du 8 au 14 août, sonnent comme une répétition générale. L'occasion pour Brice Leverdez de réaliser un beau parcours malgré un premier tour compliqué face au Japonnais Sho Sasaki, 12e joueur mondial. Mais le n°1 français, qui apparaît comme un outsider, voudra prendre des points précieux dans l'optique de la qualification olympique à un an des JO de Londres.

Les Championnats du monde, disputés en Angleterre, du 8 au 14 août, sonnent comme une répétition générale. L'occasion pour Brice Leverdez de réaliser un beau parcours malgré un premier tour compliqué face au Japonnais Sho Sasaki, 12e joueur mondial. Mais le n°1 français, qui apparaît comme un outsider, voudra prendre des points précieux dans l'optique de la qualification olympique à un an des JO de Londres. Brice, vos derniers résultats vous inquiètent-ils à l'approche de ces Championnats du monde de Londres ? A mon avis, non, car je me suis bien entraîné pour ces Championnats du monde malgré ces mauvais résultats. Je suis prêt pour débuter ces Mondiaux. Cela va être un bon match (contre le Japonnais Sho Sasaki, au premier tour, ndlr) et une compétition à aller chercher. Quels ont été les axes de travail mis en place à l'entrainement pour préparer cette compétition ? Tout d'abord, j'ai fait du travail de récupération car en rentrant des précédents tournois, je commençais un peu à saturer. Cela m'a permis de retrouver du plaisir à jouer ainsi que de la fraicheur physique et mentale. Cette semaine, j'ai plutôt axé mon travail sur le jeu et le physique. Comment appréhendez-vous ces Mondiaux en Angleterre ? J'y vais en outsider et c'est bien d'y aller avec cet état d'esprit. Avec l'envie de faire très mal. Je n'aurais donc aucune pression. "Je n'ai pas de pression particulière" N'aurez-vous pas en tête votre élimination, l'an passé, dès le premier tour des Mondiaux à Paris ? Non, cela n'a rien avoir avec ce qui s'est passé l'an dernier, à Paris. En plus, j'avais réalisé de bons tournois avant les Championnats du monde dans la capitale, alors qu'aujourd'hui, ce n'est pas le cas. Cette année, je vais affronter un style de jeu différent de celui de l'an passé, qui pouvait me surprendre sur n'importe quel coup. Sasaki est un joueur solide, sans vraiment de coups exceptionnels. Je sais à quoi m'attendre. C'est complétement différent. Vous allez disputer un premier tour face au n°12 mondial, c'est un tirage compliqué... C'est l'homme en forme du moment. Par rapport à cela, je n'ai pas de pression particulière, alors que mon adversaire en aura plus car on attend beaucoup de lui sur cette compétition. En raison de mes mauvais résultats, je ne suis pas attendu. Les Français ont-ils les moyens de tirer leur épingle du jeu ? On a progressé. Je pense que l'équipe de France a mûri. Avec le double et le retour au premier plan de Hongyan Pi, cela pourra être intéressant de voir les résultats des Français sur ces Championnats du monde. C'est vrai que les Asiatiques dominent, mais il faut être fort pour croire que les Européens peuvent réaliser quelque chose de grand. C'est toujours possible. Il faut y croire pour le réaliser. "Capable de gagner contre n'importe quel joueur" Quels sont vos objectifs pour ces Mondiaux ? Mon objectif, c'est de tenir ma tactique tout au long de ce premier match très compliqué afin de pouvoir battre mon adversaire. Je n'ai pas envie de retomber dans mes travers avec mes sauts de concentration. Si j'arrive à mettre en place cette tactique, je suis capable de gagner contre n'importe quel joueur. Si je réussis à passer ce premier tour, ce sera plus ouvert pour la suite de la compétition. Quels vont être les moments forts de votre saison ? Les deux temps forts seront les Championnats d'Europe individuel en avril prochain et bien entendu les Jeux Olympiques, disputés l'an prochain à Londres. Est-ce un avantage de disputer ces Mondiaux dans cette enceinte qui accueillera l'année prochaine les épreuves olympiques de badminton ? Oui, évidemment. C'est une motivation supplémentaire de pouvoir évoluer dans cette salle. A un an des Jeux, c'est un véritable avantage.