Lever de rideau !

  • A
  • A
Lever de rideau !
@ Reuters
Partagez sur :

F1 - Que réservera le GP de Barheïn, première épreuve de la saison 2010 ?

F1 - Que réservera le GP de Barheïn, première manche de la saison 2010 ? Première manche du championnat du monde de Formule 1, le Grand Prix de Bahreïn ne sera pas une course comme les autres. Tout d'abord parce que les monoplaces n'ont que quelques semaines de vie pour certaines - beaucoup moins pour d'autres - et surtout parce qu'à quelques heures du départ, de nombreuses incertitudes demeurent. Chez les douze team-managers et chez les 24 pilotes, on n'a pas fini de se poser des questions. Comment gérer les pneus ? Comment gérer les freins ? Comment gérer la course avec une voiture remplie de carburant ? Tempête dans les cerveaux toujours en cours... Du fait de la réduction des coûts de fonctionnement imposée par la FIA depuis quelques années, les essais "privés" sont réduits à peu de chose (15 000 km durant l'inter-saison). Les écuries n'ont donc nul autre choix que de s'étalonner chaque vendredi de Grand Prix pour, non pas déterminer les réglages de la course du dimanche, mais pour mettre au point leur voiture. C'est ce qu'il s'est passé vendredi sur la piste de Sakhir, théâtre du premier véritable roulage grandeur nature de la saison. Et si la FIA a évacué les questions relatives au carburant en supprimant les ravitaillements en course, la question des pneumatiques et de leur utilisation sera, du coup déterminante, pour la vélocité des monoplaces. Les pneus, l'inconnue Si l'on revient quelques années en arrière, il n'était pas rare de voir certaines F1 "mieux" gérer l'utilisation de leurs pneumatiques que d'autres. C'était le cas notamment de la Tyrell 0-20 de Jean Alesi en 1990* - les ravitaillements en essence ont été introduits en Formule 1 en 1993, particulièrement "économe" avec ses gommes. De là à penser que certaines écuries puissent se permettre le même tour de magie que le vieux Ken Tyrell et sa science de la course, rien n'est moins sûr. Mais à voir l'écart creusé par Sebastian Vettel et sa Red Bull sur le reste de la meute des autres pilotes lors de la séance de qualification, on a envie de croire que certains cachent leur jeu... Si les deux séances d'essais libres de vendredi n'ont pas permis de juger du niveau de compétitivité des écuries Mercedes, Mc Laren et leurs trois champions du monde de pilotes, la séance de qualifications disputée samedi a pu davantage laisser apprécier la supériorité des Red Bull et des Ferrari sur le reste de la meute. Une supériorité flagrante sur un tour lancé... Mais quid sur la durée d'un Grand Prix ? Réponse cet après-midi ! Le Grand Prix de Barheïn est à suivre en direct et en intégralité sur Europe 1 dimanche à partir de 13 heures.