Letizi: "Faire un gros match"

  • A
  • A
Letizi: "Faire un gros match"
Partagez sur :

Alors qu'il dispute sa dernière saison, Lionel Letizi s'apprête à défier Lyon avec Nice, dimanche soir au Stade du Ray en clôture des seizièmes de finale de la Coupe de France. Héros de la séance de tirs au but face à Créteil au tour précédent, l'expérimenté portier azuréen espère bien poursuivre encore un petit peu l'aventure, pour ce qui représente a priori son dernier challenge de footballeur professionnel.

Alors qu'il dispute sa dernière saison, Lionel Letizi s'apprête à défier Lyon avec Nice, dimanche soir au Stade du Ray en clôture des seizièmes de finale de la Coupe de France. Héros de la séance de tirs au but face à Créteil au tour précédent, l'expérimenté portier azuréen espère bien poursuivre encore un petit peu l'aventure, pour ce qui représente a priori son dernier challenge de footballeur professionnel. Comment avez-vous vécu la qualification face à Créteil au tour précédent (1-1, 6 t.a.b. à 5) ? Le match en lui-même n'était pas très difficile, mais il y a eu cette séance de tirs au but assez crispante. Heureusement, ça se finit bien pour nous. C'était un match de rentrée, donc ça n'était pas évident de se mettre dedans. Mais on a fait un match correct qui nous a permis de nous qualifier. Dimanche, vous affrontez Lyon, un adversaire d'un autre calibre... Ça va être dur parce que, même si on joue à la maison, Lyon monte peu à peu en puissance depuis plusieurs semaines. C'est une grosse équipe. Il va falloir être à 200% pour les éliminer. On va essayer de le faire. C'est important pour le club de faire un petit parcours en Coupe de France. C'est important pour vous aussi qui disputez votre dernière saison... Oui, je ne joue que ça, donc ça serait sympa. Mais le plus dur reste à faire. Il y a quelques anciens lyonnais dans votre équipe (Mounier, Clerc). Ont-ils un sentiment de revanche avant d'aborder cette rencontre ? Je pense qu'ils sont d'abord contents de rencontrer leur ancien club, d'autant plus dans un match à élimination directe, ce qui rajoute un challenge. Ça va être une fête pour eux, surtout si on gagne. La bonne nouvelle pour vous c'est que vous évoluerez à domicile... C'est important pour nous. C'est sûr qu'il vaut mieux jouer l'OL à Nice qu'à Lyon, mais ça nous rajoute un peu de pression aussi. Il va vraiment falloir faire un gros match pour passer. "Je vais en profiter un maximum" Comment préparer un tel match lorsque l'on ne joue pas régulièrement comme vous ? Vos entraînements sont-ils plus intensifs ? Non, pas spécialement. Là, j'ai eu la chance d'enchaîner quelques matches (deux matches de Ligue 1 plus une heure suite à la blessure d'Ospina aux adducteurs face à Caen le 11 décembre, sans compter le match à Créteil). Ça fait du bien. Ça m'a permis de reprendre le rythme. C'est important. Sinon, je me prépare comme d'habitude. Il n'y a pas de raisons de changer. Je m'entraîne toujours sérieusement au cas où. Vous devez être heureux de pouvoir participer à un tel match. Ça fait longtemps que vous n'avez pas joué une grosse affiche ? Oui, en effet, ça fait un moment que je n'ai pas joué un gros match. Je vais en profiter un maximum. Vous avez perdu contre Lille (0-2) le weekend dernier, et vous n'êtes pas en très bonne posture (15e à trois points du premier relégable). Êtes-vous inquiet ? Il faut avant tout arrêter de regretter les points que l'on aurait éventuellement pu prendre face à Caen, Brest et Arles-Avignon (trois matches nuls avec un seul but inscrit face aux Bretons). C'est le truc qui revient depuis la reprise. On ne les a pas pris, c'est comme ça, désormais il faut avancer. Il nous reste encore dix-huit matches. Donc, avançons ! Ça vous arrive de parler entre vous de la Coupe de France. Est-ce un challenge qui vous motive ? On voit match après match. Entre nous, on essaye de ne pas se projeter plus loin que Lyon. Si on les bat tant mieux, sinon tant pis. On va tout faire pour les battre, mais on sait très bien que ça va être très dur.