Les Spurs sur le fil

  • A
  • A
Les Spurs sur le fil
Partagez sur :

NBA - Les Spurs se sont imposés dans la douleur face aux Pacers (100-99), grâce à un dunk de Tim Duncan inscrit à la dernière seconde.

San Antonio s'est imposé dans la douleur samedi face à Indiana (100-99). C'est Tim Duncan (19 pts, 16 rebonds), auteur d'un dunk à la dernière seconde, qui a donné la victoire aux Spurs.La victoire des Spurs devant les Pacers (100-99) ne restera pas comme la plus belle des 700 décrochées à la tête de la franchise texane par Gregg Popovich. Mais quand, samedi soir, le célèbre coach de San Antonio a atteint cette barre, ses joueurs lui ont offert un match à rebondissement et du suspense jusqu'au bout puisqu'il aura fallu un dunk de Tim Duncan à 4.6 secondes du buzzer pour que les Spurs arrachent leur cinquième victoire en six matches. Pourtant à l'entame du quatrième quart-temps, ce sont bien les Pacers qui étaient partis pour s'adjuger leur dixième victoire de la saison. Toujours privés de leur ailier all-star Danny Granger, blessé au talon, les joueurs de l'Indiana, après une entame délicate, ont lentement refait surface pour revenir à cinq longueurs à la mi-temps (50-45). Déchainés dans la troisième période, à l'image du géant Roy Hibbert auteur au final de 20 points, 7 rebonds mais surtout 6 contres, les Pacers faisaient voler en éclats une défense texane aux abois, notamment incapable de tenir TJ Ford qui enfilait les paniers comme des perles. Concédant 38 points dans la période, les partenaires de Tony Parker, pour sa part très maladroit (15 points à 4 sur 17 au tir !), pointaient à 13 points de leurs invités du soir à l'attaque des douze dernières minutes. C'est là que Duncan a sorti le grand jeu, compilant 8 points et 7 rebonds (pour un total de 19 et 16) et surtout donc le panier de la victoire. Après avoir capté un rebond sur une tentative manquée de Ford, l'ailier-fort des Iles Vierges a demandé un temps-mort à dix secondes du terme. Sur la remise en jeu, « Dream Tim » s'est d'abord cassé les dents sur la défense d'Hibbert, auteur là de son sixième contre de la nuit, avant de récupérer le ballon et de dunker sur le pivot d'Indiana. Ce 14e succès de San Antonio doit beaucoup à son homme à tout faire. Popovich, devenu le 16e coach de l'histoire de la Ligue (dont sept sont encore en activité) à dépasser la barre des 700 victoires, mais seulement le troisième avec la même équipe, ne le sait que trop bien.