Les Spurs calent sur la fin

  • A
  • A
Les Spurs calent sur la fin
Partagez sur :

Coup d'arrêt pour les Spurs. En visite à Portland pour la première date de leur Rodeo road trip, les leaders de la Ligue ont en effet encaissé leur huitième défaite de la saison. Longtemps au contact, les Texans ont cédé dans la dernière ligne droite pour s'incliner 99-86. La faute, notamment, aux 40 points de LaMarcus Aldridge. Celtics et Lakers l'ont, eux, emporté.

Coup d'arrêt pour les Spurs. En visite à Portland pour la première date de leur Rodeo road trip, les leaders de la Ligue ont en effet encaissé leur huitième défaite de la saison. Longtemps au contact, les Texans ont cédé dans la dernière ligne droite pour s'incliner 99-86. La faute, notamment, aux 40 points de LaMarcus Aldridge. Celtics et Lakers l'ont, eux, emporté. Le match de la nuit Le Rodeo road trip débute mal pour les Spurs. Obligés de jouer 9 matches à la suite loin de San Antonio, la faute à une traditionnelle manifestation de rodéo à l'ATT Center, les Texans ont en effet débuté leur tournée par une défaite. En visite chez les Blazers, les hommes de Greg Popovich sont pourtant longtemps restés au contact, mais la verve de LaMarcus Aldridge a finalement eu raison de leur résistance. Ainsi encore à hauteur à dix minutes de la fin 78-78), les Spurs ont notamment cédé sur un 8-0 initié par la nouvelle star des Blazers. Auteur d'un nouveau record en carrière avec 40 points à 16 sur 23 aux tirs agrémentés de 11 rebonds, l'ailier très fort de Portland a ainsi enchaîné lay-up, tir à mi-distance puis tir avec la planche, les Blazers en profitant pour passer un 12-2 à leurs visiteurs et prendre dix longueurs d'avance (90-80). Le sort de la rencontre était scellé et Aldridge pouvait bien recevoir les félicitations de son entraîneur. Car Nate McMillan ne cachait pas sa satisfaction à l'issue la rencontre. "Cette victoire est un beau résumé de notre saison. Rien n'est facile pour nous mais on s'accroche. Et ce soir, LaMarcus Aldridge a été exceptionnel, il nous a portés tout le match et a fait la différence." commentait ainsi le coach des Blazers. Une performance d'autant plus marquante qu'elle a été réalisée face à Tim Duncan. Un Duncan néanmoins dépassé en défense et trop discret en attaque avec ses 15 points à 6 sur 9 aux tirs. Tony Parker et Manu Ginobili maladroits, l'Argentin terminant certes meilleur marqueur des siens, mais à 6 sur 18 aux tirs, ce ne sont pas les efforts de DeJuan Blair, auteur d'un nouveau double-double avec 14 points et 12 rebonds qui allaient suffire. Les Spurs auraient pourtant préféré préparer autrement le choc de jeudi face aux Lakers... Les Français de la nuit Mauvaise nuit pour les Tricolores. Ainsi dans le choc franco-français entre les Blazers de Nicolas Batum et les Spurs de Tony Parker, il fallait bien un vainqueur, mais ni l'un, ni l'autre n'ont pesé sur la rencontre. Tout du moins dans le bon sens, car le piètre 3 sur 11 aux tirs du meneur texan, TP terminant avec 6 points, 4 passes et 2 rebonds en 32 minutes, a finalement pesé lourd dans la défaite de San Antonio. Mais si les Blazers l'ont emporté 99-86, Batum, qui faisait son retour après s'être tordu le genou jeudi dernier, a été en retrait comparé à ces précédentes sorties puisque l'ancien Manceau a dû se contenter de 8 points à 2 sur 8 aux tirs et 6 rebonds en 35 minutes. Enfin, troisième Bleu sur le pont ce mardi, Kevin Seraphin a, lui, enchaîné un second match suivi du banc. Comme la veille à Dallas, l'intérieur des Wizards n'a en effet pas eu voix au chapitre chez les Hornets, le rookie y assistant à la nouvelle défaite de Washington 97-89. Les chiffres de la nuit 1. Vainqueurs 90-95 à Sacramento, les Celtics n'ont pas manqué l'occasion de conforter leur statut de leader de la Conférence Est. A tel point qu'ils sont désormais assurés de pointer en tête des bilans au 6 février. Aussi, forts de leurs trois victoires d'avance sur le Heat, les joueurs au trèfle permettent à leur entraîneur Doc Rivers d'officier sur le banc de la Conférence Est lors du prochain All-Star Game. Face aux Kings, la victoire a néanmoins été longue à se dessiner, les Californiens profitant notamment d'un 34-18 dans le deuxième quart pour compter neuf longueurs d'avance à la pause. Mais Ray Allen, 22 points, et Rajon Rondo, 17 points-10 rebonds, veillaient et Sacramento n'a pu enchaîner un troisième succès de rang après leurs victoires sur les Lakers et les Hornets... 25. Washington, extérieur nuit ! Le calvaire des Wizards, loin de la capitale fédérale, continue. En visite chez les Hornets, les hommes de Flip Saunders ont en effet concédé leur 25e défaite en 25 matches, s'inclinant cette fois 97-89 malgré les 30 points de Nick Young. Du coup, les Wizards ne sont plus qu'à quatre nouveaux revers du record des Mavericks 1992-93, les Texans ayant alors débuté la saison à l'extérieur par 29 défaites consécutives. 32. Deux jours après avoir passé en vain 40 points aux Celtics, Kobe Bryant a enchaîné en signant 32 points et 11 passes face aux Rockets. Mais cette fois, la victoire a été au rendez-vous. S'il leur a certes fallu en passer par une prolongation, les champions en titre l'ont en effet emporté 114-106, évitant ainsi une troisième défaite consécutive. Et contrairement à leur faillite collective de dimanche, les Californiens ont avancé groupés. Dans le sillage de Bryant, Pau Gasol a ainsi compilé 26 points et 16 rebonds, inscrivant également le panier de la victoire dans la prolongation, et Lamar Odom, réinstallé pour l'occasion dans le cinq de départ, l'a imité avec 20 points et 20 rebonds.