Les Spurs battus d'entrée

  • A
  • A
Les Spurs battus d'entrée
@ Reuters
Partagez sur :

NBA - En playoffs, les Spurs ont débuté leur série face à Dallas par une défaite.

NBA - En playoffs, les Spurs ont débuté leur série face à Dallas par une défaite. Dallas-San Antonio 100-94 Gregg Popovich risque de devoir déjà revoir ses plans. Non que ses Spurs aient bu la tasse pour la manche inaugurale de ce premier tour des playoffs chez les voisins de Dallas, mais les deux principaux paris tentés par Pop n'ont guère fonctionné et les Mavs l'ont finalement emporté 100-94. Car si Tony Parker n'a pas démérité en qualité de sixième homme de luxe, l'ancien Parisien terminant avec 18 points à 7 sur 15 aux tirs en 34 minutes, George Hill, son habituelle doublure, n'a pas répondu aux attentes avec un fanny et 3 maigres rebonds en 18 minutes. Plus problématique encore pour les champions 2007, leur incapacité à ralentir Dirk Nowitzki. S'ils avaient réussi, le printemps dernier, à le freiner en multipliant les prises à deux ou à trois - ses coéquipiers en profitant allègrement, l'Allemand s'est cette fois joué de tous ses défenseurs. Attaquant le cercle quand il avait l'avantage de taille, s'en éloignant face aux intérieurs et se montrant infaillible sur la ligne des lancers avec un 12 sur 12 dans l'exercice, le MVP 2006 a posé un casse-tête insoluble à ses visiteurs. Et avec 36 points et un insolent 12 sur 14 aux tirs, Nowitzki a bien été le premier artisan du succès des Mavs. Pas l'unique comme en atteste la copie d'un Jason Kidd encore tout prêt d'un triple-double avec ses 13 points, 11 passes et 8 rebonds, le vétéran texan profitant notamment des libertés offertes par les visiteurs à longue distance avec un 3 sur 6 à trois points et un tir primé crucial dans les ultimes minutes de la rencontre. Débarqué durant l'hiver en provenance de Washington, Caron Butler a également joué un rôle majeur dans la victoire texane avec 22 points et un 7-0 capital à l'entame de la dernière ligne droite pour permettre aux siens de prendre enfin leurs aises. Car en dépit de la discrétion des seconds couteaux des Spurs –Richard Jefferson ou Matt Bonner ne faisant guère mieux que Hill, San Antonio est longtemps parvenu à rester au contact. Merci Tim Duncan et Manu Ginobili, les deux compères faisant preuve d'une belle productivité avec 27 points-8 rebonds pour l'un et 26 points-6 passes pour l'autre. De quoi autoriser à San Antonio quelques motifs d'espoir avant la deuxième manche, mercredi, toujours à Dallas...