Les Spurs à six mains

  • A
  • A
Les Spurs à six mains
Partagez sur :

Grâce à son trio Richard Jefferson (22 points)-Tony Parker (21 points)-Manu Ginobili (22 points), San Antonio a remporté mercredi son sixième succès de la saison (en sept matches) aux dépens de Clippers bien mal en point, puisque battus pour la huitième fois en neuf rencontres. Dans les autres matches de la soirée, la performance du jour est à mettre au crédit de Michael Beasley avec 42 points pour Minnesota face à Sacramento (98-89). Hormis Parker et Diaw, les Français ont été bien discrets...

Grâce à son trio Richard Jefferson (22 points)-Tony Parker (21 points)-Manu Ginobili (22 points), San Antonio a remporté mercredi son sixième succès de la saison (en sept matches) aux dépens de Los Angeles Clippers bien mal en point, puisque battus pour la huitième fois en neuf rencontres. Dans les autres matches de la soirée, la performance du jour est à mettre au crédit de Michael Beasley avec 42 points pour Minnesota face à Sacramento (98-89), tandis que, hormis Parker et Diaw, les Français ont été bien discrets... Le match de la nuit: San Antonio-L.A. Clippers (107-95) Les Spurs sont décidément la bête noire des Clippers ! En déplacement dans le Texas mercredi soir, les Californiens ont en effet concédé leur 18e défaite de rang face à San Antonio, leur dernière victoire remontant au 1er décembre 2006 ! Certes, les Clippers étaient privés sur blessure de trois de leurs quatre meilleurs marqueurs - Eric Gordon, Baron Davis et Chris Kaman -, mais cette nouvelle défaite ne fait que confirmer que la saison risque d'être bien longue pour eux qui, après neuf matches, ne comptent qu'une seule victoire pour huit revers. Celui de mercredi soir n'a pas fait un pli, l'équipe visiteuse n'ayant jamais semblé en mesure de contrarier les desseins de Spurs qui signent de leur côté leur sixième succès de la saison (en sept matches). Aux baguettes texanes, le trio Richard Jefferson-Tony Parker-Manu Ginobili avec quasiment le même nombre de points pour les trois hommes (22, Parker se "contentant" de 21) et une grosse prestation de la part du premier qui confirme sa bonne forme actuelle, puisqu'il franchit la barre des 20 points pour la troisième fois lors de ses quatre derniers matches. Un bon départ pour Jefferson, qui a signé en début de saison un nouveau contrat de quatre ans, et pour une équipe de San Antonio qui, un an plus tôt, était loin d'être à pareille fête. "Si on regarde la manière dont on a débuté l'année dernière... Nous perdions contre des équipes face auxquelles nous ne devrions pas perdre. Là, ces victoires nous donnent un petit matelas", se félicitait après le match Jefferson. Quant à l'autre star des Spurs, Tim Duncan, affaibli par un état grippal, il a été nettement plus en retrait avec seulement 6 points en 22 minutes, il aura sans doute l'occasion de se rattraper lors de la prochaine venue des Clippers le 1er décembre à San Antonio, où les Clippers n'ont plus gagné depuis... huit ans. Les Français de la nuit Si Tony Parker a fait le travail pour les Spurs avec une ligne de stats dans la lignée de ses précédentes - 21 points à 8 sur 16 au tir, 3 rebonds et 9 passes -, les autres Tricolores sur les parquets de la NBA mercredi n'ont guère flambé. A l'exception de Boris Diaw qui a eu 38 minutes de temps de jeu avec Charlotte pour une victoire 101-96 à Toronto avec 10 points, 3 rebonds et 3 passes, les "Frenchies" se sont en effet contentés de miettes lorsqu'ils ont joué: Johan Petro a optimisé ses 5 minutes avec 2 points et 3 rebonds pour les Nets, vainqueurs 95-87 à Cleveland, Ian Mahinmi rend lui une feuille de stats vierge en 4 minutes avec Dallas, qui s'est imposé 106-91 à Memphis, tandis qu'Alexis Ajnca, une fois de plus, n'a pas joué. Même (mauvais) cas de figure pour Pape Sy avec Atlanta (défaite 91-108 contre Milwaukke), Kevin Séraphin avec Washington (victoire 98-91 sur Houston), Ronny Turiaf, blessé, avec New York, tombé au Madison Square Garden face à Golden State (117-122), et Mickaël Pietrus dont la situation à Orlando ne s'arrange pas puisque, sans lui, le Magic s'est incliné face au Utah Jazz (104-94). La stat: 0 Comme le nombre de points inscrits par Yao Ming mercredi. Certes, le géant chinois, qui ne disputait que son cinquième match de la saison, n'a joué que 6 minutes et 14 secondes (les premières) sur le parquet des Washington Wizards, la faute à une blessure à la jambe gauche. Mais c'est la première fois depuis le 5 novembre 2002 - c'était alors le quatrième match NBA de sa carrière -, que le joueur des Rockets sort d'un match sans marquer le moindre point ! Historique et maheureusement pour Houston synonyme de nouvelle défaite (98-91), la sixième en sept matches cette saison...