Les sportifs "draguent" sur Twitter

  • A
  • A
Les sportifs "draguent" sur Twitter
De Sébastien Chabal à Tiger Woods en passant par Nicolas Anelka ou Serena Williams, les sportifs se servent de Twitter pour soigner leur image.@ Montage Reuters/DR
Partagez sur :

De plus en plus d’athlètes utilisent Twitter pour gérer leur image. Dernier inscrit, Tiger Woods.

Les sportifs 2.0 sont de plus en plus nombreux. Pas une semaine ne passe sans qu’un athlète ne crée le buzz sur son compte Twitter. Mercredi, Tiger Woods a lui aussi décidé de s’y mettre. Un message laconique sur le réseau de micro blogging : "Comment ça va, tout le monde ? Finalement, j'ai décidé d'essayer Twitter !", a écrit le golfeur américain.

Opération séduction

Après la découverte de ses relations extra-conjugales, l’image de Tiger Woods a été considérablement écornée. Pour tenter de se rapprocher de ses fans et de rétablir son image, le sportif le mieux payé de la planète a choisi Twitter. Le concept est simple : envoyer des messages de 140 caractères pour séduire son public.

Dans un deuxième tweet, Tiger Woods glisse un petit message à ses fans : "Yep, c'est moi. Je crois que j'aime bien ce truc là, Twitter. Vous, les gars, vous avez été géniaux. Merci pour tout cet amour." Le charme opère immédiatement : plus de 200.000 personnes s’abonnent au compte du "tigre" en quelques heures.

Lance Amstrong, Serena Williams et les autres

Twitter devient un très bon moyen de communiquer. Plus besoin de journalistes ni de micros tendus pour rassurer le public sur son état de forme actuel. En quelques minutes, rumeurs et démentis sont sur la toile. L’un des premiers à avoir compris la force de ce réseau social est le cycliste américain Lance Amstrong. Il s’est inscrit très rapidement sur le site de micro blogging et rassemble aujourd’hui plus de 2,5 millions de fans.

Depuis son premier tweet, Amstrong n’a pas arrêté de raconter ses moindres faits et gestes en 140 caractères. De son retour sur la grande boucle en 2009 à la naissance de son cinquième enfant, Olivia Marie, Amstrong dit tout.

La tenniswoman Serena Williams, elle aussi, a bien compris le business des réseaux sociaux. Sur sa page Twitter, elle s’affiche en tenue de soirée, elle embrasse ses fans quasiment tous les matins. De temps à autre, la sœur de Vénus donne des nouvelles sur son actualité sportive, mais elle se borne surtout à soigner son image.

Chabal sur Twitter, 930

© DR

Les Français sur la twitosphère

Les athlètes français n’ont pas oublier de se mettre à la page. Ils sont de plus en plus nombreux sur Twitter. Si vous surfez un peu, vous aurez des nouvelles de Tony Parker, Nicolas Anelka, Sébastien Chabal, Thierry Henry, etc.

Après sa main contre l’Irlande en barrages de la Coupe du monde, Thierry Henry avait décidé de se défendre sur le web. L’attaquant des Bleus a fait son mea culpa en direct sur le site de micro blogging : "Je ne suis pas l'arbitre... Mais je suis désolé si j'ai fait du mal à quelqu'un", avait-il plaidé.

Les tweets qui dérangent

Grand fan de Twitter, le rugbyman Sébastien Chabal a, lui aussi, pris l’habitude de raconter sa vie à ses fans. Mais "Caveman" a embarrassé la Fédération française de rugby lors du dernier Tournoi des six nations en annonçant sa blessure avant ses supérieurs.

En grillant la priorité à son encadrement sportif, Sébastien Chabal a provoqué la colère de Jo Maso. Pour prévenir ce genre d’excès, le manager du XV de France a même été jusqu’à édicter une nouvelle règle : "les joueurs devront attendre les communiqués officiels avant de réagir ou de les commenter sur leurs réseaux Twitter ou Facebook".

Le staff de l’équipe de football d’Espagne a choisi la même stratégie pendant le dernier mondial en Afrique du sud. Les joueurs devaient se retenir de tweeter des informations relatives au groupe. Tweeter oui, mais après les matches. Avec une concentration accrue, les footballeurs de la Roja ont remporté la Coupe du Monde.