Les Ravens en rêvent

  • A
  • A
Les Ravens en rêvent
Partagez sur :

Chaque mardi, retrouvez les faits marquants qui ont rythmé le week-end en NFL. A une semaine de la fin de la saison régulière, les Baltimore Ravens ont validé leur billet pour les playoffs. Pour les New York Giants, qui ont subi la loi des Green Bay Packers d'Aaron Rodgers, et les San Diego Chargers, tout est fini.

Chaque mardi, retrouvez les faits marquants qui ont rythmé le week-end en NFL. A une semaine de la fin de la saison régulière, les Baltimore Ravens ont validé leur billet pour les playoffs. Pour les New York Giants, qui ont subi la loi des Green Bay Packers d'Aaron Rodgers, et les San Diego Chargers, tout est fini. LE TOP : Baltimore Ravens Alors que la saison régulière touche à sa fin, et que quelques places pour les playoffs seront encore à distribuer le week-end prochain, les Ravens ont fait le nécessaire pour composter leur billet dès ce week-end, lors de la seizième journée. Opposé aux Cleveland Browns, Baltimore a fait du Baltimore en s'appuyant sur sa défense pour faire la différence (20-10). Les partenaires de Joe Flacco peuvent remercier leur safety All-Pro Ed Reed, qui a bien aidé les siens en subtilisant deux ballons qui font de lui le joueur en activité qui a réussi le plus de matches à deux interceptions ou plus (10). Les Super Bowl XLV, en février prochain à Dallas, pourrait bien se jouer avec eux. LE FLOP : Jacksonville Jaguars Tout ça pour ça ? Alors qu'ils ont longtemps titillé les Colts en tête de la division AFC South, les Jaguars sont en train de craquer. Face aux Washington Redskins, Jacksonville a subi sa deuxième défaite de rang en prolongation (17-20, a.p.), l'interception de Kevin Barnes sur une passe de David Garrard ayant fait basculer la rencontre en faveur de la franchise de la capitale. Les Jags, dont le revers qualifie les New York Jets en position de meilleurs deuxièmes de la conférence, doivent désormais s'imposer face aux Houston Texans le week-end prochain en espérant un faux pas d'Indianapolis contre les Tennessee Titans pour voir les playoffs. Pas évident. LE JOUEUR : Aaron Rodgers (Green Bay Packers) Il n'y aura pas deux franchises de New York en playoffs cette saison. Les Giants ont, en s'inclinant face aux Packers (17-45), cédé leur fauteuil aux Philadelphia Eagles dans la division NFC East. La faute à qui ? A Aaron Rodgers, entre autres. Le quarterback de Green Bay avait le bras en feu dimanche au Lambeau Field, où il a délivré quatre passes de touchdown pour un total de 404 yards, à 25/37. Pas mal pour un joueur qui se remettait tout juste d'une commotion cérébrale. Bien que sacké à deux reprises, il n'a pas subi la moindre interception. Tout le contraire d'Eli Manning, nettement moins en réussite (17/33, 301 yards, 2 TD, 4 int). LA STAT : 335, Sam Bradford (St. Louis Rams) En prenant Sam Bradford au premier choix de la dernière draft NFL, les Rams avaient peu de chance de se tromper. Encore fallait-il que le rookie réponde aux attentes. A une semaine de la fin de la saison régulière, son bilan est très bon, au point qu'il a battu lors du succès face aux San Francisco 49ers (25-17) un record vieux de douze ans, établi par Peyton Manning: celui du plus grand nombre de passes complétées pour un novice (335). "C'est génial, s'est-il félicité. Je suis tout excité par cette victoire. Si vous ne l'êtes pas après un match comme ça, c'est que vous n'êtes pas dans le bon business." Le plus dur reste à faire pour le quarterback de St. Louis: guider les siens en playoffs après cinq ans d'absence. LA PHRASE : "Les mots ne suffisent pas pour expliquer notre déception", Eric Weddle (San Diego Chargers) Habitués à régner sur l'AFC West et annoncés cette année encore comme de sérieux candidats au Super Bowl, les Chargers regarderont cet hiver les playoffs devant leur écran de télévision. Griffé par les Cincinnati Bengals (20-34), San Diego a concédé sa septième défaite, celle qui le condamne pour de bon. "Les mots ne suffisent pas pour expliquer notre déception, a expliqué sur ESPN le safety Eric Weddle. Notre saison est terminée, c'est probablement la pire sensation que vous pouvez ressentir." Même tristesse pour le quarterback Philip Rivers. "C'est vraiment dur d'être éliminé. C'est quelque chose que je n'avais pas encore connu depuis que je suis là." Il y a un début à tout...