Les promesses de Fanni

  • A
  • A
Les promesses de Fanni
Partagez sur :

Bien que les négociations sur son transfert aient joué les prolongations, Rod Fanni s'est rapidement acclimaté à l'environnement marseillais. Trois jours après s'être engagé avec l'OM, l'ex-défenseur de Rennes a livré une copie plus qu'honorable face à Lyon en championnat (1-1), associé en défense centrale à Heinze. Venu pour remplacer Azpilicueta sur le côté droit, Fanni a réussi son entrée.

Bien que les négociations sur son transfert aient joué les prolongations, Rod Fanni s'est rapidement acclimaté à l'environnement marseillais. Trois jours après s'être engagé avec l'OM, l'ex-défenseur de Rennes a livré une copie plus qu'honorable face à Lyon en championnat (1-1), associé en défense centrale à Heinze. Venu pour remplacer Azpilicueta sur le côté droit, Fanni a réussi son entrée. Il n'est pas pour déplaire à José Anigo. Le directeur sportif olympien a un faible pour les joueurs possédant, comme il dit, la fibre marseillaise, et Rod Fanni appartient à ceux-là. L'ex-latéral droit, le même poste occupé habituellement par Fanni, du début de l'ère Tapie ne cachait pas sa satisfaction à l'arrivée du néo-Olympien jeudi dernier en provenance de Rennes. "C'est un Marseillais dans l'âme. Et l'OM peut être un tremplin pour sa carrière car personne ne s'est imposé en équipe de France comme latéral droit, son poste de prédilection", jugeait ainsi Anigo dans les colonnes de La Provence. Un appel du pied à Laurent Blanc, ça ne fait de mal à personne... Rod Fanni, qui compte cinq sélections en équipe de France, a effectivement une sensibilité olympienne, lui le Martégal de naissance. Sa mère, qui réside toujours dans la Venise provençale, était aussi ravie qu'Anigo de la venue de son fils dans la cité phocéenne. Une occasion de le voir plus souvent et surtout dans les medias car entre le Stade Rennais et l'OL, le degré d'impact médiatique est bien différent. C'est aussi cela qui a séduit Rod Fanni alors que Liverpool ou l'Atletico Madrid se trouvaient sur les rangs pour s'attacher ses services, outre la perspective de défendre le titre de champion de France et de disputer les huitièmes de finale de la Ligue des champions. A droite contre Brest ? La petite euphorie liée à son arrivée passée, l'ex-Niçois a dû se mettre très sérieusement au travail dans l'optique du choc contre Lyon dimanche dernier (1-1, 18e j. de Ligue 1). En l'absence de la charnière centrale titulaire, Stéphane Mbia-Souleymane Diawara, Deschamps a choisi Rod Fanni et Gabriel Heinze pour la remplacer. Un duo inédit qui s'en est plutôt bien sorti. "Nous avons été plutôt performants sur ce plan. La charnière centrale n'a pas eu beaucoup de temps pour se préparer. Ce n'était pas facile pour Rod mais il a déjà montré tout son potentiel. Avec le temps, cela va nous permettre d'être plus performant dans ce secteur", s'est réjoui l'entraîneur marseillais en conférence de presse d'après match. Latéral droit de formation, Fanni avait déjà dépanné à ce poste cette saison à Rennes. Mercredi soir à Brest, pour la 19e et dernière journée aller de Ligue 1, il devrait retrouver sa position préférentielle, Stéphane Mbia revenant de suspension. Quoi qu'il en soit, une nouvelle bonne performance de sa part, comme celle de ses coéquipiers, est souhaitée et attendue. Battus lors des deux ultimes matches de l'année en 2008 et 2009 (par Nancy et Auxerre), les Marseillais ont grand intérêt à stopper la série.