Les plus beaux points de l'année 2011

  • A
  • A
Les plus beaux points de l'année 2011
Partagez sur :

La saison 2011 a été riche en émotions et en matches de très haut niveau, comme la demi-finale entre Roger Federer et Novak Djokovic à Roland-Garros. Les échanges incroyables n'ont pas non plus manqué. La rédaction vous propose donc son top 5 des plus beaux points de l'année, avec une mention spéciale pour le n°1 mondial.

La saison 2011 a été riche en émotions et en matches de très haut niveau, comme la demi-finale entre Roger Federer et Novak Djokovic à Roland-Garros. Les échanges incroyables n'ont pas non plus manqué. La rédaction vous propose donc son top 5 des plus beaux points de l'année, avec une mention spéciale pour le n°1 mondial. 1. Djokovic-Nadal, finale, Masters 1000 de Madrid Pour la première fois de la saison, Novak Djokovic et Rafael Nadal s'affrontent sur terre battue, en finale du Masters 1000 de Madrid. L'Espagnol, déjà affecté par ses deux défaites contre le Serbe en finale d'Indian Wells et Miami, cède une nouvelle fois pour son premier revers sur la surface ocre depuis deux ans. Mais il a sans doute réalisé le plus beau point de l'année. Au début du deuxième set, Nadal s'aventure au filet et place une belle amortie. Djokovic, avec ses jambes, parvient à redresser la balle et à lober son adversaire. Et c'est à ce moment-là que le Marjorquin sort un coup de génie: un lob frappé entre les jambes qui cloue sur place le futur n°1 mondial. La Caja Magica de Madrid est en transe, le fameux Vamos de Nadal résonne dans l'enceinte. Mais ce coup fabuleux ne l'empêchera pas de s'incliner (7-5, 6-4). 2. Djokovic/Murray - Youzhny/Stakhovsky, 1er tour, Masters 1000 de Miami Peu de temps après leur finale à l'Open d'Australie, Novak Djokovic et Andy Murray, bons amis sur le circuit, décident de s'associer en double au Masters 1000 de Miami. Les deux hommes affrontent la paire Youzhny-Stakhovsky pour leur entrée en lice. Sur l'un des courts annexes du complexe floridien, où un public nombreux s'est amassé pour voir le match, un point exceptionnel sort de leur raquette. Un point que seule une rencontre de double peut offrir: des volées réflexes, des lobs désespérés, des smashes renvoyés dans les bâches. Tout y passe ! Et c'est Murray qui finit par craquer, sur une volée anodine, peut-être le coup le plus simple à réaliser. L'Ecossais et Djokovic n'iront pas plus loin dans le tableau, battus au super tie break (5-7, 6-3, 10-8). 3. Roddick-Raonic, finale, tournoi de Memphis Un vent de fraîcheur souffle depuis le Canada. Milos Raonic explose au début de la saison et enchaîne les excellents résultats au point d'atteindre les huitièmes de finale à l'Open d'Australie et de remporter son premier titre ATP à San Jose début février. La semaine suivante, il se hisse en finale du tournoi de Memphis où il retrouve Andy Roddick. Le match est accroché, chacun remporte un jeu décisif. Et à la fin du troisième set, Raonic fait face à une balle de match sur son service pour l'Américain. Le jeune Canadien ne se démonte pas et attaque le premier avec ses grands coups à plat, il déborde Roddick côté coup droit. L'ancien n°1 mondial tire alors un passing extraordinaire en se jetant au sol pour remonter la balle. Roddick s'impose en trois manches (7-6, 6-7, 7-5), avec le coude droit qui chauffe... 4. Llodra-Lopez, 1er tour, Masters 1000 de Paris-Bercy Entre deux gauchers, les coups de patte sont forcément à prévoir. Surtout entre deux adeptes du jeu au filet, comme Michaël Llodra et Feliciano Lopez. Au premier tour du Masters 1000 de Paris-Bercy, le Français et l'Espagnol gratifient le public du POPB d'un point splendide, au cours duquel tous les coups du tennis ont leur place. Derrière sa première balle, Lopez monte au filet, Llodra réplique et prend le jeu à son compte, balade son adversaire avec des amorties et des coups croisés, puis place un lob judicieux. L'Espagnol fonce vers sa ligne de fond de court et lâche un passing de revers long de ligne, sans voir où se trouve Llodra. Lopez, demi-finaliste à Shanghai quelques semaines auparavant, s'imposera en deux manches (7-6, 6-3). 5. Djokovic-Murray, finale, Open d'Australie C'est sans doute le point qui caractérise le mieux toute la ténacité de Djokovic dans l'échange. Lors de la finale de l'Open d'Australie en début d'année contre Andy Murray, le Serbe fait admirer une nouvelle fois sa couverture de terrain incroyable en ramenant des balles des quatre coins du court grâce à une souplesse inégalable. L'Ecossais, adepte des coups croisés, ne parvient pas à le déborder et, au bout de plusieurs coups de raquette, se décide à monter au filet. En bout de course, côté revers, Djokovic sort alors un passing long de ligne imparable. L'un des nombreux points impressionnants que le n°1 mondial a réussi en 2011, une année exceptionnelle pour lui.