Les petits nouveaux de la F1

  • A
  • A
Les petits nouveaux de la F1
@ Reuters
Partagez sur :

F1 - Les trois nouvelles écuries seront l'une des attractions de la saison 2010.

F1 - Les trois nouvelles écuries seront l'une des attractions de la saison 2010. Les pilotes rongent leur frein... L'édition 2010 du championnat du monde de F1 débute ce week-end à l'occasion du Grand Prix de Bahreïn (du 12 au 14 mars, à suivre en direct sur notre site). Avant le début de la saison, europe1.fr vous offre un tour d'horizon des différentes forces en présence. Parmi les nouveautés dans les paddocks, trois nouvelles écuries font leur apparition au sein du plateau. Lotus Racing: Retour à l'apprentissage Des trois nouveaux visages sur la grille de départ cette saison, Lotus Racing recueille le plus de crédit. L'équipe se distingue d'entrée par son nom mythique. Après 15 ans d'absence, la légendaire écurie de Norwich, qui connut ses plus belles heures de gloire dans les années 1960 et 1970, retrouve la discipline reine sous la houlette de l'homme d'affaire malaisien Tony Fernandes. La conception de la T127, confiée à Mike Gascoyne, directeur technique expérimenté, a été réalisée dans l'urgence, en seulement cinq mois. "Inévitablement, nous avons dû faire des compromis parce que tout doit commencer à fonctionner facilement", reconnaît volontiers l'ingénieur britannique. La phase de tests sur piste a confirmé ses dires, la monoplace vert et or, d'allure aérodynamique classique, ayant trusté les dernières places lors des essais hivernaux. Porté par une paire de pilotes expérimentés, l'Italien Jarno Trulli et le Finlandais Heikki Kovalainen, Lotus devrait disposer des bonnes armes pour jouer les premiers rôles... en fond de grille. Pilotes : Jarno Trulli (ITA)- Heikki Kovalainen (FIN) Virgin Racing: Le test grandeur réelle "Deux écuries arrivent clopin-clopant en début de Championnat". C'est par cette apostrophe peu flatteuse que Ferrari, très mécontente de l'arrivée de nouvelles écuries au développement douteux, a souligné l'entrée en lice de Virgin Racing. Au crédit de l'écurie au cheval cabré, force est de constater que l'équipe de Richard Branson est loin d'apporter toutes les assurances. Avec un budget de 45 millions d'euros, la formation britannique a opté pour un choix résolument novateur : celui d'une conception et d'un développement tout virtuel. Entendez par là que les ingénieurs et notamment le directeur technique, Nick Wirth, ont fait l'impasse sur les traditionnels tests en soufflerie pour se concentrer exclusivement sur une conception assistée par ordinateur (CAO) basée sur la mécanique des fluides numérique (MFN). "Avec des ressources limitées, les habitudes vont devenir trop coûteuses et la nécessité va être au centre de l'innovation. Je crois vraiment en ce processus entièrement digital", avait déclaré Nick Wirth à la BBC. Un pari un peu fou. Les quelques essais sur piste de la VR-01 laissent entrevoir une saison compliquée pour les deux pilotes titulaires l'Allemand Timo Glock et le Brésilien Lucas di Grassi qui effectuera ses premiers tours de roues en F1 en 2010. Pilotes : Timo Glock (ALL)-Lucas di Grassi (BRE) Hispania Racing: Un départ à l'aveuglette Le flou le plus complet règne autour de l'écurie espagnole jusqu'à sa participation à la saison 2010 qui n'a été "officialisée" que très récemment... Campos Meta F1 Team, rebaptisée Hispania Racing Team F1 le 2 mars dernier, n'a guère eu le temps nécessaire pour se concentrer sur l'aspect sportif de son projet. La monoplace, conçue par le constructeur italien Dallara et motorisée par Cosworth, occupera bien sa place sur la grille de départ. Mais à quel prix ? "Ce sera très difficile mais nous allons réussir. Nous aurons des monoplaces pour le début de la saison à Bahreïn et ce sera pour nous un véritable exploit", confie Collin Kolles, directeur technique de l'écurie. Hispania Racing ne doit son salut qu'à son rachat tardif par l'homme d'affaire espagnol José Ramon Carabante le 19 février dernier. Une quête d'investisseurs qui aura privé ses deux pilotes novices, l'Indien Karun Chandhok et le Brésilien Bruno Senna, neveu d'Ayrton, de véritables essais. La piste de Barheïn sera donc le théâtre de leur baptême de feu au volant d'une F1. Pilotes : Karun Chandhok (IND)-Bruno Senna (BRE) En attendant de les voir évoluer en piste, la Fédération internationale de l'automobile a pris les devants et rappeler leurs obligations aux nouveaux arrivants. "Chaque équipe immatriculée pour le championnat a l'obligation de participer à toutes les épreuves, une seule non participation à une course constituant une infraction", a précisé, dans un communiqué, l'instance internationale. Les voilà avertis.