Les notes: Van Persie, c'est le bouquet

  • A
  • A
Les notes: Van Persie, c'est le bouquet
Partagez sur :

Privés de ballon pendant l'intégralité de la rencontre, les Gunners d'Arsenal se sont appliqués à défendre, dans le sillage de leur international suisse Johan Djourou. Mais un geste trop facile de Cesc Fabregas et l'expulsion idiote de Robin van Persie ont complètement annihilé le travail de leurs coéquipiers et l'énorme partie de Manuel Almunia, entré en cours de jeu. Offensivement, les Londoniens n'ont jamais frappé au but.

Privés de ballon pendant l'intégralité de la rencontre, les Gunners d'Arsenal se sont appliqués à défendre, dans le sillage de leur international suisse Johan Djourou. Mais un geste trop facile de Cesc Fabregas et l'expulsion idiote de Robin van Persie ont complètement annihilé le travail de leurs coéquipiers et la partie énorme de Manuel Almunia, entré en cours de jeu. Offensivement, les Londoniens n'ont jamais frappé au but. Robin VAN PERSIE : 3 Titularisé à la pointe de l'attaque à la surprise générale, neuf jours après sa distension du ligament du genou droit, l'attaquant néerlandais n'a pas eu l'occasion de se montrer en évidence lors du premier acte. Agacé par cette constante, maîtrisé par Abidal, il a fait basculer la rencontre en prenant un deuxième jaune stupide, synonyme de carton rouge, pour avoir continué son action (57e). Arsenal ne s'en est jamais remis. ------------------------------------- Wojciech SZCZESNY : Non noté Parfait sur un coup franc vicieux de Dani Alves, le nouveau portier des Gunners s'est blessé au doigt sur l'action (19e) et a été remplacé dans la foulée par Manuel ALMUNIA (6,5), sauvé par son poteau (35e). L'Espagnol a ensuite été aux premières loges pour admirer le chef d'oeuvre de Messi (47e) sans pouvoir faire grand-chose. Décisif devant Villa (53e, 57e, 66e), il doit s'incliner deux fois par la suite avant de sauver la baraque. Bacary SAGNA : 4,5 Averti assez rapidement (29e), l'international français s'est contenté de défendre un couloir droit déserté par les Catalans, notamment Villa. On l'a ainsi beaucoup vu dans l'axe comme troisième défenseur central pour combler les vides. Il dévie malencontreusement le tir de Xavi qui trompe Almunia sur le deuxième but barcelonais (69e). Johan DJOUROU : 6 Fébrile balle au pied, il a d'abord donné des sueurs froides à sa formation par la qualité très moyenne de ses relances. Mais le stoppeur suisse s'est vite rattrapé par la propreté de ses interventions défensives, sauvant notamment le coup devant Messi (31e, 34e). Pris ensuite dans la furia blaugrana en seconde période, il a souvent été pris de vitesse par le jeu en mouvement des petits gabarits adverses. Laurent KOSCIELNY : 5 Logiquement averti à la 16e minute pour une obstruction sur Pedro, le défenseur français a dû freiner ses ardeurs pour ne pas commettre l'irréparable. Ses gestes défensifs s'en sont alors fait sentir même s'il a bien tenu son poste pendant 70 minutes. Il est ensuite sanctionné pour une faute sur Pedro qui amène le penalty et le troisième but de Barcelone. Gaël CLICHY : 5 Sa première charge sur Xavi a donné le ton de son match où il s'est d'abord montré tranchant en phase défensive sur son flanc gauche. Le joueur formé à Cannes a eu beaucoup plus de travail que son compatriote Sagna, devant se coltiner les dédoublements de l'ultra-offensif Alves. Il ne s'en est pas trop mal sorti même si l'on attendait plus de lui en phase d'attaque. Tomáš ROSICKY : 4 Préféré à Emmanuel Eboué pour animer le couloir droit, l'international tchèque a été complètement transparent pendant plus d'une heure, ne montrant que par intermittence sa qualité technique. Remplacé par Andrei ARSHAVIN (74e), clairement entré sur le terrain pour mettre des coups alors que le score était de 3 buts à 1 pour Barcelone. Jack WILSHERE : 5,5 Étincelant au match aller, le chien fou anglais a encore donné de sa personne pour presser les milieux adverses et haranguer ses partenaires. Son carton jaune (37e) ne l'a pas empêché de continuer son harcèlement défensif jusqu'au troisième but catalan. Seul bémol, contrairement à Londres, on ne l'a pas beaucoup vu balle au pied où sa vista et son pouvoir d'accélération ont manqué aux Gunners. Cesc FABREGAS : 3 Sa talonnade ratée juste avant la pause, qui amène le but de Messi (45+3e), trottera certainement un bon moment dans sa tête puisqu'elle débloque une partie qu'Arsenal maîtrisait plus ou moins. Ce geste, teinté de facilité, est le symbole d'une prestation complètement ratée face à son ancien club formateur. Remplacé par Nicklas BENDTNER sous les sifflets (78e), le Danois manquant le but de la qualification après un contrôle trop long (87e). Abou DIABY : 4,5 Pas vraiment performant depuis son retour à la compétition, il a encore livré une partie sans relief avec quelques récupérations dans les pieds adverses mais aucune vraie intention offensive. Ses qualités de perforateur n'ont jamais été mises en valeur au cours d'une partie où il a beaucoup défendu. Samir NASRI : 6 L'ancien minot marseillais a été bizarrement beaucoup plus en vue pour ses efforts défensifs où il s'est chargé du cas toujours épineux de Daniel Alves. Du coup, il a souvent dézoné en phase offensive pour toucher plus de ballons, sans grande réussite. Il a le mérite de provoquer et de tirer le corner du but de l'égalisation et de s'être battu jusqu'au bout.