Les notes-Lyon: Malgré un bon Lloris...

  • A
  • A
Les notes-Lyon: Malgré un bon Lloris...
Partagez sur :

Comme trop souvent quand l'OL est en difficulté, Hugo Lloris a été le joueur lyonnais le plus en vue, retardant d'abord l'échéance avant de longuement maintenir son équipe en vie par la classe de ses parades. Outre le portier des Bleus, Cesar Delgado a surnagé une période avant d'accuser le coup physiquement, alors que la charnière centrale rhodanienne et Yoann Gourcuff ont souffert de la comparaison face à leurs homologues madrilènes.

Comme trop souvent quand l'OL est en difficulté, Hugo Lloris a été le joueur lyonnais le plus en vue, retardant d'abord l'échéance avant de longuement maintenir son équipe en vie par la classe de ses parades. Outre le portier des Bleus, Cesar Delgado a surnagé une période avant d'accuser le coup physiquement, alors que la charnière centrale rhodanienne et Yoann Gourcuff ont souffert de la comparaison face à leurs homologues madrilènes. Hugo LLORIS: 7 Le meilleur lyonnais. Il a pris le jus d'entrée de jeu, mis sous pression par la furia madrilène. Un échauffement grandeur nature qui l'a plongé dans le bain pour sortir le grand jeu devant Ronaldo (26e) ou Benzema (41e). Battu à bout portant sur le but de Marcelo, où il ne peut que freiner la balle (37e). Le gardien des Bleus a ensuite longtemps tenu l'OL dans le match par la propreté de ses interventions avant de perdre ses duels avec Benzema (65e) et Di Maria (76e). ------------------------------------- Anthony REVEILLERE: 4 En souffrance sur son flanc droit, où il n'a pas vraiment été aidé par Jimmy Briand, il a tenté de sauver les meubles devant Marcelo, Ronaldo et Benzema, qui se sont souvent retrouvés sur son côté, et parfois tous en même temps. Même loin de son but, il entraîne le deuxième but merengue en perdant la sphère, par manque de solutions. CRIS: 4 Absent depuis le match à Lille le 27 février dernier, il s'est d'abord troué sur une première intervention ratée (4e) avant de se ressaisir et de jaillir à bon escient devant Benzema. Pris par le dribble de Marcelo sur le but madrilène, il a souvent accusé le poids des années devant la vivacité des attaquants espagnols. Comme sur le but de l'international français où il met des plombes à se retourner. Dejan LOVREN: 4 Même s'il a montré par intermittences quelques gestes de classe, comme sur ce retour impeccable devant Di Maria (22e), le jeune défenseur croate a fait preuve d'un manqué d'expérience flagrant. Une tare, à ce niveau, symbolisée par le but de Marcelo, où il rate sa relance puis se fait effacer comme un débutant, et sur la réalisation de Benzema où sa mésentente avec Cris laisse le champ libre au Français. Il paraît que l'on apprend de ses erreurs. Aly CISSOKHO: 5,5 Le latéral gauche, forfait à Sochaux à cause d'une contracture, n'a pas hésité à apporter son soutien offensif, distillant quelques centres bien précis. Du jus à revendre, donc, mais également beaucoup de duels gagnés face à Di Maria et les joueurs qui se sont aventurés sur son côté. Du coup, le Real a attaqué de l'autre côté et on ne l'a plus beaucoup vu. Jérémy TOULALAN: 4 Beaucoup mieux physiquement depuis plusieurs semaines, il est retombé dans ses travers en perdant plusieurs ballons faciles, souffrant de la comparaison avec les milieux adverses dans la première relance. La sentinelle rhodanienne a multiplié les kilomètres mais elle a beaucoup couru dans le vide, ne grattant que finalement peu de ballons. Dans le coup du troisième but madrilène. Kim KALLSTROM: 4,5 Une première période assez insipide où il a fait le minimum niveau prise de risques, avec une propension à jouer trop long au lieu de trouver ses coéquipiers en première intention. Trop en retrait pour faire le liant entre la défense et l'attaque, il avait le fondement entre deux chaises, comme freiné dans ses ardeurs offensives par le schéma de Puel. Yoann GOURCUFF: 3,5 Il n'était pas dans le rythme. En balance avec Miralem Pjanic pour le poste de meneur de jeu, l'ancien Bordelais a souhaité se mettre immédiatement en confiance, en participant à la construction du jeu lyonnais. Une intention louable mais qui n'a pas vraiment eu l'effet escompté, la faute à des mauvais choix et un trop grand déchet technique. Des coups de pied arrêtés encore mal ajustés, une vilaine habitude à corriger. Remplacé par Pied (69e) quand c'était déjà top tard. Jimmy BRIAND: 3 Préféré à Bafétimbi Gomis pour bloquer les montées de Marcelo, il a joué à l'envers pendant 45 minutes où il a perdu la quasi-totalité de ses ballons et laissé filer régulièrement l'arrière brésilien. Logiquement remplacé à la pause par le Stéphanois (5,5), qui s'est placé à la pointe de l'attaque, trouvant les gants de Casillas sur deux bonne frappes (71e, 82e). Pourquoi ne pas l'avoir fait joué d'entrée ? Cesar DELGADO: 5,5 Un joueur indispensable dans le dispositif de Claude Puel par sa sobriété, sa faculté à conserver le ballon et son abnégation dans les tâches défensives. Un bon tir enroulé qui oblige Casillas à sortir de son sommeil (21e). Dommage que son changement de côté, opéré à la pause, l'ait complètement fait sortir de la circulation alors que Lyon avait besoin de sa justesse technique. Lisandro LOPEZ: 4 On attendait clairement mieux de lui. Sonné par un coup de genou assassin de Pepe (20e), il a mis de longues minutes à reprendre ses esprits alors qu'il avait été utile dans son jeu en pivot et ses prises d'intervalles. Du mieux en début de seconde période où son repositionnement côté gauche lui a permis d'être à la construction des actions lyonnaises. Mais ce soubresaut n'a pas duré longtemps. Décevant.