Les notes: Ibrahimovic transparent

  • A
  • A
Les notes: Ibrahimovic transparent
Partagez sur :

Le leader de la Serie A n'ira pas plus loin que les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Battu à l'aller à San Siro (0-1), l'AC Milan n'a pas réussi à renverser la situation mercredi à White Hart Lane malgré une copieuse domination au milieu de terrain tenu de main de maître par Seedorf. La faute notamment à la discrétion d'Ibrahimovic qui n'a pas pesé sur la défense londonienne.

Le leader de la Serie A n'ira pas plus loin que les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Battu à l'aller à San Siro (0-1), l'AC Milan n'a pas réussi à renverser la situation mercredi à White Hart Lane malgré une copieuse domination au milieu de terrain tenu de main de maître par Seedorf. La faute notamment à la discrétion d'Ibrahimovic qui n'a pas pesé sur la défense londonienne. Zlatan IBRAHIMOVIC: 4 Sa position d'avant-centre, soutenu par les Brésiliens Pato et Robinho, et sa qualité technique en faisaient le principal atout de l'AC Milan à White Hart Lane pour renverser la situation. Il n'aura frappé qu'à une seule occasion sur un coup franc dangereux bien sorti par le gardien adverse (16e). Pour le reste, le Suédois a promené sa nonchalance sur le terrain, ne faisant jamais le moindre effort défensif pour couper la relance des Spurs. Sur une belle remise en première intention dans le temps additionnel pour Robinho, il aurait pu sauver son match (90e+1). Mais le Brésilien ne lui a pas offert cette rédemption en ratant le cadre. L'ancien Barcelonais, transparent, comme trop souvent en Ligue des champions, ne le méritait pas. -------------------------------------------------------------- Christian ABBIATI: 5 Peu, voire pas, mis en danger en première période, le gardien milanais, attentif sur une remise de Crouch pour Van der Vaart en début de match, s'est réchauffé sur une frappe déviée de Van der Vaart avant la pause (37e). Pas plus de travail en seconde période, ses défenseurs étant vigilants sur les déviations de la tête de Crouch. Une soirée tranquille. Ignazio ABATE: 6 Sans Gareth Bale, sur le banc au coup d'envoi, dans son couloir, il a passé une soirée plutôt agréable. Le latéral droit milanais a pris le dessus défensivement sur son adversaire direct, le Sud-Africain Steven Pienaar. Offensivement, il s'est proposé à plusieurs reprises, délivrant un ou deux centres dangereux. Un bon match que l'entrée du Gallois n'a pas altéré. Alessandro NESTA: 5,5 Moins impressionnant physiquement que son compère de la charnière, l'Italien, marqué par le poids des ans, a compensé par sa science du placement. Parfois pris de vitesse, il s'est reposé sur son coéquipier mais a joué tout le match son rôle de patron de la défense en la commandant sans fausse note. THIAGO SILVA: 6,5 Avec le géant Peter Crouch (2m01) dans sa zone, le « petit » Brésilien (1m83) avait un drôle de match à disputer ce mercredi soir à White Hart Lane. S'il a perdu à peu près tous les ballons aériens proposés pour l'Anglais, le défenseur central de l'AC Milan a globalement remporté son duel. Toujours bien placé, il a considérablement gêné, parfois à la limite, l'international anglais. Présent sur les seconds ballons, il a également fait valoir son sens du jeu par ses anticipations et ses relances. Marek JANKULOVSKI: 5 Plutôt à son avantage en première période, impression gâchée par plusieurs centres complètement raté, le Tchèque a vite baissé de pied au retour des vestiaires, dépassé par la vitesse de Lennon. Son entraîneur a vite compris la nécessité de le remplacer par Luca Antonini (70e), lequel a bouché son couloir défensivement mais n'a pas été plus inspiré offensivement. Mathieu FLAMINI: 5 Titulaire en l'absence de Pirlo et Ambrosini, blessés, mais aussi Van Bommel, non qualifié, et surtout Gattuso, suspendu, le Français, conspué par le public de White Hart Lane, autant pour sa qualité d'ancien Gunner que pour son agression sur Corluka à l'aller, a beaucoup couru. Toujours aussi précieux à la récupération, l'ancien Marseillais n'a pas eu le rendement attendu avec le ballon. Nerveux, parfois à la limite dans ses interventions, il a logiquement été averti (63e). Remplacé en fin de match par Rodney Strasser (87e) qui n'a pas eu le temps de se mettre en évidence. Clarence SEEDORF: 7 Placé en piston devant la défense, un rôle qu'occupe habituellement Pirlo, le Néerlandais a réussi un match plein, tant à la récupération qu'à la relance. A 34 ans, le capitaine des Rossoneri a tenu le milieu de terrain d'une main de maître, permettant à son équipe de jouer la plupart du temps dans le camp adverse. Sa vision du jeu et la qualité de sa passe ont été les premières rampes de lancement de son équipe. Dommage finalement qu'il n'ait pas eu l'occasion de jouer plus près de ses attaquants... Kevin-Prince BOATENG: 5 Le Ghanéen a commencé la rencontre pied au plancher mais a peu à peu disparu de la circulation. Très actif défensivement, il n'a pas été en mesure d'imposer avec succès sa vitesse et sa puissance sur les phases offensives de l'équipe lombarde. Il a cédé sa place à un quart d'heure du coup de sifflet final à Alexander Merkel (76e). ROBINHO: 5 Peut-être la plus belle occasion de la rencontre, dans le temps additionnel sur une remise d'Ibrahimovic (90e+1). Mais le Brésilien a raté le coche, en ne trouvant pas le cadre. Une occasion gâchée, comme en première période sur ce centre en retrait de Pato (26e). Une frappe dangereuse au retour des vestiaires (66e) mais l'ancien Madrilène n'a globalement pas été inspiré avec le ballon. Alexandre PATO: 5,5 Un peu pataud en début de match sur un contrôle qui aurait pu lui ouvrir le chemin du but (23e), le Brésilien a offert, sur un centre en retrait, la première occasion du match à Robinho qui aurait pu marquer, avec beaucoup de chance, sans le sauvetage de William Gallas (26e). Il a finalement été l'attaquant milanais le plus actif en première période, offrant de bons appels dans le dos de la défense londonienne, l'un d'eux lui permettant de tenter sa chance (32e). Une belle frappe au coeur de la seconde période qui n'était pas loin du cadre (77e).