Les notes: Gallas en costaud

  • A
  • A
Les notes: Gallas en costaud
Partagez sur :

Devenu titulaire indiscutable au sein de la défense des Spurs, William Gallas a confirmé son statut mercredi soir face à l'AC Milan en huitièmes de finale retour de la Ligue des champions (0-0), sauvant notamment son camp sur la plus grosse occasion d'un match où Aaron Lennon aura, lui aussi, particulièrement brillé côté londonien.

Devenu titulaire indiscutable au sein de la défense des Spurs, William Gallas a confirmé son statut mercredi soir face à l'AC Milan en huitièmes de finale retour de la Ligue des champions (0-0), sauvant notamment son camp sur la plus grosse occasion d'un match où Aaron Lennon aura, lui aussi, particulièrement brillé côté londonien. William GALLAS: 6.5 S'il a parfois été mis en difficulté, le défenseur tricolore a toujours compensé par sa grande expérience, comme sur la plus grosse opportunité milanaise de la première période, où il laisse partir Pato avant de se rattraper magnifiquement en sauvant sur sa ligne une tentative déviée de Robinho (26e), ou cette intervention sur Pato avant de lancer la contre-attaque (43e). Une prestation qui confirme son retour au premier plan. ------------------------------------- Heurelho GOMES: 6 Héroïque à l'aller, le portier brésilien s'est montré assez inégal dans ses prises de balle et ses relances, sans jamais craquer. Une belle parade sur un coup franc puissant d'Ibrahimovic pour lancer son match (16e) et un double-arrêt peu académique sur une tentative en deux temps de Robinho (66e). Vedran CORLUKA: 5 Victime d'un tacle appuyé de Flamini à l'aller, le latéral droit croate aura livré une prestation relativement anonyme lors de ce match retour, expédiant les affaires courantes et relançant directement sur Lennon lorsqu'il en avait l'occasion. Michael DAWSON: 6,5 Pointé du doigt, au même titre que ses coéquipiers de la défense, lors des dernières sorties des Spurs, le capitaine londonien a répondu présent, avec la manière. Souverain dans les airs, il n'a jamais laissé Ibrahimovic s'exprimer. Solide. Benoît ASSOU-EKOTTO: 5,5 Sans forcément briller, le défenseur formé à Lens a réussi à contenir la plupart des assauts milanais. A l'image de Corluka, il s'est rarement aventuré dans le camp adverse, sauf sur une frappe puissante non cadrée dans le temps additionnel de la première période. SANDRO Ranieri: 6,5 Révélation du match aller, il a confirmé qu'il pourrait bien s'installer durablement dans le onze de départ d'Harry Redknapp. Le milieu de terrain brésilien a bien colmaté les brèches, malgré quelques oublis, s'offrant également de - trop - rares montées. Luka MODRIC: 5,5 Le créateur croate a surtout été cantonné à un rôle défensif, peinant à se montrer décisif dans la partie de terrain milanaise malgré quelques incursions et des passes inspirées pour Lennon ou Crouch. Steven PIENAAR: 6 Très actif, le Sud-Africain des Spurs a bien combiné avec Van der Vaart et Modric, servant également de rampe de lancement pour Crouch. A quelque peu levé le pied après le repos, avant d'être remplacé par Jermaine Jenas (71e). Aaron LENNON: 7 Régulièrement victime de prise à deux, le lutin, passeur décisif à l'aller, a fait souffrir le martyr à Jankulovski, logiquement averti dès la reprise sur une contre-attaque initiée par le n°7 londonien. De nombreux débordements et centres bien sentis, qui n'ont finalement pas trouvé preneur. Une menace permanente. Rafael VAN DER VAART: 6 Premier en action lors de cette rencontre (2e, 4e), le Néerlandais a fait preuve d'une belle volonté pour son retour après trois semaines d'absence, avant de s'éteindre progressivement. Auteur d'un coup franc lointain et vicieux juste au-dessus du but d'Abbiati (31e), il cède sa place après l'heure de jeu à Gareth Bale, qui n'est pas parvenu à faire la différence, même s'il n'a rien perdu de son coup de reins. Peter CROUCH: 6 Toujours utile dans son rôle de remiseur, l'unique buteur du match aller s'est par contre montré trop altruiste par moments, comme sur cette énorme opportunité facilement captée par Abbiati (46e). Trop de fautes inutiles dans les duels. Remplacé par Roman Pavlyuchenko (83e).