Les notes: Crouch, le maillon faible

  • A
  • A
Les notes: Crouch, le maillon faible
Partagez sur :

S'il avait grandement contribué à la qualification des Spurs face à l'AC Milan au tour précédent, Peter Crouch n'a pas eu la même réussite à Santiago-Bernabeu en quart de finale aller de la Ligue des champions. Expulsé pour deux cartons jaunes après un quart d'heure de jeu, le géant anglais a grandement pénalisé une équipe qui n'aura jamais réussi à relever la tête et s'incline au final 4-0 face au Real Madrid.

S'il avait grandement contribué à la qualification des Spurs face à l'AC Milan au tour précédent, Peter Crouch n'a pas eu la même réussite à Santiago-Bernabeu en quart de finale aller de la Ligue des champions. Expulsé pour deux cartons jaunes après un quart d'heure de jeu, le géant anglais a grandement pénalisé une équipe qui n'aura jamais réussi à relever la tête et s'incline au final 4-0 face au Real Madrid. Peter CROUCH: Non noté Quel gâchis... Décisif à Milan en huitièmes de finale, le géant, expulsé au quart d'heure de jeu, aura cette fois considérablement handicapé son équipe. Averti pour un tacle appuyé sur Ramos qui aurait pu valoir à lui seul une expulsion (9e), il voit rouge quelques minutes plus tard après une intervention évitable et surtout inutile sur Marcelo (15e), même s'il ne touche pas le Brésilien. Sa sortie a complètement bouleversé les données d'une rencontre qu'on aurait aimé voir se terminer à onze contre onze. ------------------------------------- Heurelho GOMES: 4.5 Un sentiment d'abandon. Voilà ce qu'a dû ressentir le portier brésilien des Spurs au cours d'une rencontre où il aura été littéralement assailli par les assauts adverses, avec près de 35 tirs madrilènes, dont 21 cadrés ! Autant dire que l'ancien du PSV Eindhoven, souvent critiqué pour sa relance, a fait ce qu'il a pu mardi soir, même s'il n'est pas exempt de tout reproche, notamment sur l'ouverture du score d'Adebayor. Vedran CORLUKA: 3.5 Alan Hutton out jusqu'à la fin de saison, le Croate aligne actuellement les matches, et ça se sent. Solide et refusant de se livrer, il aura au final beaucoup trop reculé face à Di Maria et Marcelo, qui ont pu enchaîner centre et pénétrations. De plus en souffrance au fil des minutes et victime de crampes, il cède sa place à Bassong en fin de match (79e). Michael DAWSON: 4.5 Le capitaine des Spurs, en remplacement de l'éternel blessé Ledley King, a bien failli passer au travers de son match à Santiago Bernabeu. Peu inspiré, il n'a pas rassuré son bloc défensif, multipliant les approximations, avant de se reprendre par la suite. L'international anglais aurait même pu concéder un penalty en contrant de la main une reprise de Di Maria (42e). William GALLAS: 3.5 On attendait l'ancien Messin Sébastien Bassong, mais William Gallas a finalement pu tenir sa place au sein de la charnière centrale londonienne, malgré des douleurs aux adducteurs. Souvent brillant lors des grandes soirées européennes, l'homme aux 84 sélections en équipe de France n'a cette fois rien pu faire face au déferlement de vagues madrilènes. Il a notamment souffert le martyr dans les airs face à Emmanuel Adebayor. Benoît ASSOU-EKOTTO: 4 Le Franco-Camerounais aura bien pu être le défenseur des Spurs le moins à la peine mardi soir. Mais sa passivité sur le troisième but madrilène et ses quelques pertes de balles douteuses auront plombé une soirée pourtant bien entamée, comme sur ce duel décisif remporté en un-contre-un face à Di Maria (24e). A l'image de ses coéquipiers, il a baissé de pied après le repos. Sandro RANIERI: 3 Après avoir crevé l'écran face à l'AC Milan à San Siro, le jeune Brésilien a eu du mal à confirmer dans l'antre du Real. Il a lui aussi beaucoup trop reculé et cruellement manqué d'impact dans l'entrejeu, où son compatriote Marcelo lui a plusieurs fois grillé la politesse, alors qu'il n'aura jamais réussi à stopper Ozil. Une soirée à oublier pour lui aussi. Luka MODRIC: 5 On l'avait vu brillant techniquement au Stade de France face aux Bleus. Le stratège croate a, là encore, fait admirer sa maîtrise, mais uniquement par bribes. Souvent à terre, il aura été l'un des rares joueurs de Tottenham à surnager, sans toutefois parvenir à terminer ses actions. Une soirée frustrante. Mais lui, au moins, aura essayé... Gareth BALE: 5.5 Ecarté des terrains depuis le 19 mars après une blessure aux adducteurs contractée lors de la trêve internationale, le virevoltant gallois n'est pas immédiatement rentré dans son match. Mais une fois repositionné sur son aile gauche, il a d'abord distillé un caviar pour Van der Vaart (29e), avant de se procurer deux occasions franches dans la foulée, prouvant, par séquences, qu'il n'est pas convoité par hasard par les plus grands clubs européens. Victime de crampes et d'un marquage serré de Sergio Ramos et Ricardo Carvalho, il a peu à peu disparu de la circulation. Jermaine JENAS: 3.5 C'était la grosse surprise de la composition de départ d'Harry Redknapp. Aaron Lennon malade et forfait quelques minutes avant le coup d'envoi, Jermaine Jenas l'a remplacé au pied levé, dans une position bien moins avancée. L'ancien espoir du football anglais aura traversé cette rencontre comme une ombre, souffrant grandement de la comparaison avec ses homologues du Real. Rafael VAN DER VAART: 4 Ancien de la Casa Blanca, il attendait beaucoup de ce retour dans un stade Santiago-Bernabeu qu'il n'avait toutefois pas quitté en mauvais termes. Cette envie s'est vite transformée en frustration, notamment après l'expulsion de Crouch, qui l'a contraint à évoluer seul en pointe. Une bonne occasion manquée à bout portant sur un service de Bale (29e). Remplacé par Jermain Defoe à la pause, qui hormis une accélération face à Ramos (56e) et un carton pour une faute sur Carvalho (74e), n'aura pas réussi à avoir un impact.