Les ministres libanais sur le terrain

  • A
  • A
Les ministres libanais sur le terrain
@ Reuters
Partagez sur :

FOOTBALL - Ils ont joué un match pour marquer le 35e anniversaire de la guerre du Liban.

FOOTBALL - Ils ont joué un match pour marquer le 35e anniversaire de la guerre du Liban. Le football comme symbole de réconciliation et de paix. Ministres et députés libanais ont marqué, à leur manière, le 35e anniversaire, jour pour jour, du début de la guerre civile - qui a ravagé leur pays entre 1975 et 1990 - en disputant un match de football, mardi, rapporte le quotidien libanais L'Orient du Jour, cité par Courrier International. Dans le stade Camille Chamoun de Beyrouth, interdit au public pour des raisons de sécurité, la classe politique libanaise s'était ainsi réunie sous le même solgan "Nous appartenons tous à une même équipe" sur une idée de la commission parlementaire de la Jeunesse des Sports. Ministres et députés, divisés en deux équipes habillées de rouge et blanc aux couleurs du drapeau nationale, ont participé à une rencontre de trente minutes, retransmise en direct à la télévision, sous les yeux du président de la République, Michel Sleiman présent dans les tribunes. Découvrez des images de la rencontre: Les quelques journalistes et officiels invités sur l'évènement et les téléspectateurs ont ainsi pu voir s'affronter sur la pelouse le Premier ministre Saad Hariri, capitaine des "Rouges", et le très controversé, député du Hezbollah, Ali Ammar, à la tête des "Blancs". La rivalité sportive a ainsi pris le pas sur la rivalité politique dans une ambiance bon enfant, ce qui n'a pas empêché quelques attaques gentiment déguisées en fin de match. "La victoire des Rouges prouve que Ali Ammar n'a aucune stratégie de défense", a ainsi lancé Samy Gemayel, député libanais, auteur des deux buts victorieux des "Rouges". "Si j'ai joué de la sorte, c'est pour permettre au gouvernement de préserver sa position sur le terrain", a alors répliqué le parlementaire hezbollahi. Au terme de la rencontre, ce sont sur des accolades que parlementaires et ministres se sont quittés...