Les McLaren en embuscade

  • A
  • A
Les McLaren en embuscade
Partagez sur :

Auteur du meilleur temps lors de la séance de qualifications devant les deux McLaren de Lewis Hamilton et de Jenson Button, Sebastian Vettel s'est donné, pour la quatorzième fois cette saison de bonnes chances de l'emporter dimanche sur la piste de Yas Marina. Qui pourra le battre ? Dans quelles circonstances ? La nuit sera-t-elle déterminante dans le choix des stratégies? Voici, en quelques points, les enjeux de ce Grand Prix d'Abu Dhabi, 18e manche du championnat du monde de F1.

Auteur du meilleur temps lors de la séance de qualifications devant les deux McLaren de Lewis Hamilton et de Jenson Button, Sebastian Vettel s'est donné, pour la quatorzième fois cette saison de bonnes chances de l'emporter dimanche sur la piste de Yas Marina. Qui pourra le battre ? Dans quelles circonstances ? La nuit sera-t-elle déterminante dans le choix des stratégies? Voici, en quelques points, les enjeux de ce Grand Prix d'Abu Dhabi, 18e manche du championnat du monde de F1. Le départ: Avec un premier virage à angle droit (90°), le peloton des 24 monoplaces devra être attentif dès les premiers mètres de course pour éviter un carambolage dès le premier freinage. (En GP 2, les touchettes ont été nombreuses durant la course de samedi.) Sebastian Vettel, le poleman, devra avoir les yeux dans ses rétroviseurs car les deux pilotes de l'écurie McLaren, positionnés en 2e et 3e position sur la grille de départ devront jouer, une fois de plus, leur va-tout, dès les premiers mètres de course. La stratégie des pneus: Habituellement, la différence de performances entre les pneus les plus tendres et les pneus plus durs se situe autour d'une seconde de mieux au bénéfice des pneus tendres. En s'élançant dès le départ avec les gommes qui ont servi à la qualification (les plus tendres), les pilotes seront contraints de rouler équipés de ces gommes au moment où la piste les détériore le plus. En conséquence, il ne serait pas surprenant de voir le premier ballet des arrêts aux stands intervenir assez tôt en course pour les leaders, pour immédiatement passer le train des gommes dites "dures". En 2010, les pilotes n'avaient effectué qu'un seul changement de gomme, conséquence de la relative fraîcheur qui s'empare de la piste au moment de la nuit. L'horaire: Particularité de la course d'Abu Dhabi, son horaire. Disputée à la fin du jour (le sunset), entre chien et loup, puis totalement de nuit dans la dernière heure de course, le Grand Prix d'Abu Dhabi joue avec la nervosité des pilotes et les réglages des machines. Sebastian Vettel, pourtant auteur d'une pole position époustouflante reconnaît que ce changement de luminosité et de température influe sur les performances des machines : "Cet après-midi (samedi, ndlr), la voiture se comportait mieux. Une fois que le soir arrive, le soleil tombe et la piste se rafraîchit, ce qui améliore notoirement les performances de la voiture". En sera-t-il de même en course ? Les dépassements: Franchement critiquée la saison dernière en raison du manque de dépassement entre les voitures, la course 2001 du Grand Prix d'Abu Dhabi devrait être nettement plus animée cette année. C'est en résumé ce que pense le directeur de course de la FIA, Charlie Whiting qui voit les choses évoluer grâce notamment aux DRS et aux pneus Pirelli. "Il y a ici deux zones où l'on peut activer son aileron ajustable cette année et il y a deux points de détection différents, cela devrait faire une différence significative", martelait-il avant les premiers tours de roues vendredi. De plus, Charlie Whiting a indiqué aux pilotes que toute tentative de couper les chicanes du circuit de Yas Marina serait immédiatement transmise aux commissaires de course. Les virages n°6, 9 et 12 seront particulièrement surveillés.