Les larmes d'Isinbayeva

  • A
  • A
Les larmes d'Isinbayeva
Partagez sur :

Grande favorite du concours à la perche des Mondiaux de Berlin, Elena Isinbayeva s'est complètement manquée lundi. La championne olympique n'a pas réussi un seul saut, après un essai à 4,75 m et deux à 4,80 m, alors qu'elle est détentrice du record du monde (5,05 m).

Grande favorite du concours à la perche des Mondiaux de Berlin, Elena Isinbayeva s'est complètement manquée lundi. La championne olympique n'a pas réussi un seul saut, après un essai à 4,75 m et deux à 4,80 m, alors qu'elle est détentrice du record du monde (5,05 m).Sans rivale l'an dernier à Pékin, la femme la plus "haute" du monde n'a cette fois pas survolé Berlin. Elena Isinbayeva, habituée à grignoter ses multiples records du monde centimètre après centimètre, a complètement manqué son concours de saut à la perche, ce lundi soir. Elle était pourtant éminemment favorite de la discipline. Comme toujours. Mais la tsarine est redescendue sur terre de manière brutale.Les médisants diront qu'elle s'est elle-même tirée une balle dans le pied. Comment ? En choisissant d'entamer le concours avec une barre à 4,75 mètres. Une hauteur que la Polonaise Anna Rogowska a franchie pour remporter la médaille d'or. La Russe, elle, ne saute pas dans la même catégorie. Là où les autres culminent, elle s'entraîne. D'habitude. Sauf que là, la machine s'est enrayée de manière presque inexplicable.A tel point que Sergueï Bubka, son semblable chez les messieurs lorsqu'il franchissait 6 mètres haut la main, en est resté bouché bée. "J'étais moi-même un peu surpris qu'elle commence à 4,75 m, ça veut dire qu'elle s'attendait à faire un bon résultat", a expliqué l'ancien roi des sautoirs au micro de France Télévisions. Après un premier essai manqué, à 4,75 m donc, la championne olympique alors décidé qu'il fallait qu'elle monte d'un cran. A 4,80 m. Mais deux tentatives plus tard, là encore loupées contre toute attente, elle n'a eu plus qu'à constater les dégâts.La Jamaïcaine Fraser titrée sur 100 m"Je ne comprends, mon cerveau ne réagit pas, a-t-elle admis, en sanglots, en quittant la piste allemande, avant de se justifier sur cette prise de risques alors qu'une barre d'attaque plus basse lui aurait certainement permis de prendre ses marques. Je savais que 4,65 mètres n'auraient pas été suffisants pour remporter la victoire." Un zéro pointé non plus. La Russe a donc cédé son trône à Anna Rogowska, sacrée devant Monika Pyrek et Chelsea Johnson. Et même si ce n'est que le temps d'une compétition, c'est une vraie sensation.L'autre sensation de la soirée chez les dames, c'est la victoire de Shelly-Ann Fraser sur la distance reine. Au lendemain du sacre d'Usain Bolt en 9"58, la Jamaïquaine a remporté la finale du 100 mètres en 10"73 devant sa compatriote Kerron Stewart (10"75) et l'Américaine Carmelita Jeter (10"90). La sprinteuse, championne olympique l'an dernier à Pékin, a jailli des starting-blocks puis a contrôlé ses adversaires. "Je n'étais pas très contente de mes départs jusqu'à présent mais mon coach m'a dit que je pouvais le faire. Et j'ai réussi !", a-t-elle déclaré après la course.