Les Lakers se vengent

  • A
  • A
Les Lakers se vengent
Partagez sur :

Remake des dernières Finales, le choc majuscule entre Celtics et Lakers a tourné à l'avantage des Californiens. Dix jours après avoir vu Boston venir leur donner la leçon à L.A., les champions en titre se sont en effet rattrapés en s'imposant 86-92 dans le Massachusetts. De quoi gâcher la soirée de Ray Allen, nouveau recordman à trois points avec 2 562 tirs primés en carrière. Avec 42 points de Carmelo Anthony, les Nuggets se sont, eux, offert les Mavs.

Remake des dernières Finales, le choc majuscule entre Celtics et Lakers a tourné à l'avantage des Californiens. Dix jours après avoir vu Boston venir leur donner la leçon à L.A., les champions en titre se sont en effet rattrapés en s'imposant 86-92 dans le Massachusetts. De quoi gâcher la soirée de Ray Allen, nouveau recordman à trois points avec 2 562 tirs primés en carrière. Avec 42 points de Carmelo Anthony, les Nuggets se sont, eux, offert les Mavs. Le match de la nuit Ray Allen avait sans doute imaginé meilleure issue pour cette soirée historique. Les félicitations de sa maman, présente dans les tribunes pour l'occasion, n'y changeront rien: il restera forcément un goût d'inachevé pour l'ancien Sonic. S'il est entré dans l'histoire de la Ligue avec le record de panier à trois points en carrière, la soirée a été quelque peu gâchée par la défaite de ses Celtics. Et ce d'autant plus qu'elle a été concédée face aux Lakers, leurs meilleurs ennemis... Pour autant, l'artificier en chef de Boston ne pouvait bouder son plaisir: avec trois nouveaux tirs primés enquillés, Ray Allen a donc fait mieux que Reggie Miller pour devenir le joueur le plus prolifique de l'histoire de la Ligue derrière l'arc avec 2 562 trois points réussis contre 2 560 pour l'ancienne icône des Pacers. "Je suis un peu gêné car toute l'attention était sur moi et on parle plus, ce soir, de ce record que de la défaite. Mais c'est vraiment pour moi un très grand moment et je m'en souviendrai pour le reste de ma vie", pouvait ainsi expliquer le héros de la soirée à l'issue de la rencontre. Un quart-temps aura suffi à Ray Allen pour effacer Miller des tablettes. Le temps d'inscrire deux de ses tirs primés et de signer 12 points sur la période. La soirée semblait alors lancée sous les meilleurs auspices, les Celtics en profitant pour compter jusqu'à 15 points d'avance dans le deuxième acte. Mais c'était sans compter sur le réveil des Lakers en général et de Kobe Bryant en particulier. Avec 20 de ses 23 points inscrits après la pause, le MVP des dernières Finales a en effet permis aux Lakers de renverser leurs hôtes, Bryant profitant alors à plein des problèmes de faute d'Allen. Bryant n'a toutefois pas été le seul Laker à se distinguer. Alors que les hommes de Doc Rivers devaient à nouveau faire sans leurs deux O'Neal, les intérieurs californiens ont également été à leur aise. Dominateurs au rebond, avec 47 prises contre 35 pour Boston, les champions en titre ont ainsi pu s'appuyer sur les 20 points-10 rebonds de Pau Gasol ou les 16 points-9 rebonds d'Andrew Bynum, Lamar Odom ajoutant un double-double avec 10 points et 12 rebonds. C'en était trop pour des Celtics en panne d'adresse, à l'image du 4 sur 13 rendu par Kevin Garnett. La flambée initiale de Ray Allen ne pouvait suffire... Le Français de la nuit Jeudi oblige, trois matches seulement étaient au programme de la nuit et seul Mickael Pietrus était sur le pont avec la réception, à Phoenix, de ses anciens coéquipiers de Golden State. Et force est de constater que la soirée a été des plus réussies pour les Suns puisqu'ils l'ont aisément emporté 112-88, faisant la différence avant la pause atteinte avec 23 points d'avance. Alvin Gentry a pu faire tourner et le Guadeloupéen en a profité pour jouer 24 minutes. Hélas, Pietrus n'en a pas affolé les compteurs pour autant, se contentant de 8 points à 3 sur 5 aux tirs et 3 rebonds. Les chiffres de la nuit 90.39 Ray Allen n'est pas le seul artificier à être entré dans l'histoire. Steve Nash est en effet en passe de le rejoindre. Fort d'un parfait 3 sur 3 sur la ligne des lancers, le meneur canadien a en effet dépassé Mark Price au classement des joueurs les plus adroits aux lancers. Le meneur canadien affiche en effet désormais une moyenne de 90,391 sur la ligne contre 90,389 pour l'ancienne gloire des Cavaliers. Charge au vétéran des Suns - il a fêté ses 37 ans il y a trois jours - d'entretenir cette moyenne record. 42 A Carmelo Anthony le carton de la nuit ! Avec 42 points à 17 sur 25 aux tirs, la star des Nuggets a confirmé sa forme du moment et, surtout, permis à Denver de tomber les Mavs sur le fil 121-120. Et ce alors que les troupes de Mark Cuban restaient sur une série de dix victoires consécutives. Surtout, après avoir été menés de 18 points dans le deuxième quart, les Texans semblaient avoir renversé leurs hôtes, comptant 9 longueurs d'avance avec à peine plus de deux minutes à joueur. Si Melo a été le plus prolifique, c'est en revanche son partenaire Arron Affalo qui a été le plus décisif en inscrivant notamment le panier de la victoire au buzzer. 23 Une page se tourne chez les Jazz. Après 26 ans de très bons et très loyaux services sur le banc d'Utah, Jerry Sloan a en effet décidé de se retirer. "Le temps est venu de passer la main. Aujourd'hui est un nouveau jour et j'ai fait mon temps", a ainsi expliqué l'entraîneur des Jazz. En 23 saisons à la tête de la franchise mormone, Jerry Sloan aura notamment mené les Jazz jusqu'aux Finales NBA en 1997 et 1998, le tandem historique Karl Malone-John Stockton échouant à deux reprises face aux Bulls.