Les Lakers en patron

  • A
  • A
Les Lakers en patron
Partagez sur :

Double champions en titre, les Lakers font honneur à leur rang en ce début de saison. Face aux Grizzlies, les Californiens ont ainsi décoché leur quatrième victoire de rang, s'imposant en toute facilité 124-105 à l'issue d'une rencontre maîtrisée de bout en bout sur es épaules de son tandem Kobe Bryant-Pau Gasol.

Double champions en titre, les Lakers font honneur à leur rang en ce début de saison. Face aux Grizzlies, les Californiens ont ainsi décoché leur quatrième victoire de rang, s'imposant en toute facilité 124-105 à l'issue d'une rencontre maîtrisée de bout en bout sur es épaules de son tandem Kobe Bryant-Pau Gasol. Les Lakers ont donc commencé la saison comme ils avaient terminé la précédente: en gagnant. Et après un match d'ouverture somme toute compliqué face aux Rockets, les Californiens profitent à plein d'un calendrier il est vrai favorable: à l'instar de leur partition dominicale face aux Warriors, les troupes de Phil Jackson ont en effet donné la leçon aux Grizzlies, autres mauvais élèves de la Ligue. En atteste d'ailleurs la démonstration de force offerte jusqu'à la pause, atteinte avec 27 longueurs d'avance après avoir passé 39 points à leurs visiteurs dans le seul deuxième acte. Et le ton de la rencontre avait été donné dès l'entame du match, quelques minutes suffisant à Kobe Bryant and Co pour créer un premier écart de dix points... En bon leader, Kobe Bryant n'a d'ailleurs pas manqué de montrer l'exemple, inscrivant ainsi ses 23 points avant la pause, le MVP des dernières Finals terminant avec un 7 sur 13 aux tirs en 26 minutes. "La victoire a été facile car on se l'est rendue facile. On a bien débuté et ça nous a permis de rapidement faire la différence. C'est un bon départ, mais ce n'est que le début de la saison." pouvait sobrement commenter la star californienne. Son compère Pau Gasol, auteur d'un nouveau double-double avec 21 points et 13 rebonds, avait forcément plus de choses à dire après avoir donné la leçon à son frère Marc, limité à 11 points et 8 rebonds et souffre-douleur de son aîné sur un reverse dunk spectaculaire. «C'est toujours un match particulier quand je joue contre mon ancienne équipe et contre mon frère, expliqua ainsi l'intérieur esagnol avant de préciser au sujet du dunk c'était une belle action, mais j'ai déjà passé ce dunk quelques fois sur d'autres bons joueurs.»«Il n'y avait rien de personnel.» pouvait-il s'esclaffer avant de rejoindre son cadet pour aller dîner ensemble, assurant «on ne parlera pas de basket.» Mais la domination des champions en titre ne s'est pas arrêtée à celle de son intérieur espagnol, Lamar Odom ajoutant notamment 17 points à 6 sur 7 aux tirs, 8 rebonds et 6 passes tandis que Matt Barnes sortait du banc pour compiler 16 points et 14 rebonds en 24 minutes. Aussi, Rudy Gay pouvait bien terminer meilleur marqueur de la rencontre en rendant 30 points à 12 sur 18 aux tirs, il en aurait fallu bien plus aux Grizzlies -désormais deux victoires pour deux défaites au compteur - pour leur permettre de rivaliser avec la référence NBA. Limité à seulement 8 points avec un vilain 3 sur 11 aux tirs, le meneur OJ Mayo avait sans doute trouvé la bonne formule en affirmant au sujet de ces Lakers: "C'est aussi dur que de grimper au sommet de l'Everest."