Les Lakers en champion

  • A
  • A
Les Lakers en champion
Partagez sur :

Une fois n'est pas coutume, les champions en titre ont fait honneur à leur statut. Le plus souvent poussifs ces dernières semaines, les Lakers ont offert une démonstration face aux Jazz, l'emportant 120-91 à l'issue d'un match à sens unique. Les cadors ont tenu leur rang puisque Dallas et Boston l'ont également emporté.

Une fois n'est pas coutume, les champions en titre ont fait honneur à leur statut. Le plus souvent poussifs ces dernières semaines, les Lakers ont offert une démonstration face aux Jazz, l'emportant 120-91 à l'issue d'un match à sens unique. Les cadors ont tenu leur rang puisque Dallas et Boston l'ont également emporté. Le match de la nuit Les champions vont mieux, merci pour eux. Poussifs lors de leurs dernières sorties, les Lakers ont remis les choses dans l'ordre contre le Jazz (120-91), mardi soir au Staples Center, en signant une septième victoire de rang à domicile. Le tout sans forcer. L'addition aurait même pu être plus lourde pour cette pauvre équipe d'Utah, défaite pour la cinquième fois de rang, qui a accusé jusqu'à quarante points de retard. "On se concentre surtout sur notre défense, a réagi l'ailier californien Lamar Odom après la rencontre. On essaie de faire correctement ces petites choses qui font la différence. Pas seulement ce soir, mais à l'entraînement aussi. C'est comme ça qu'on va s'améliorer et ça commence à se voir." Très nettement, même, puisque infliger une telle claque aux partenaires de Deron Williams (17 points, 8 passes) passe difficilement inaperçu. Le pire, c'est que les joueurs de Phil Jackson n'ont pas eu besoin de forcer, à l'image d'un Kobe Bryant auteur de 21 points en trois quart-temps seulement ou d'un Pau Gasol qui a suivi avec 20 points, 7 rebonds et 5 passes. Seul Andrew Bynum s'est finalement distingué avec un double-double à 19 points et 11 rebonds. "On a vraiment travaillé dur ces deux derniers jours et on est resté très concentré en défense", a commenté "KB24". De quoi donner des migraines au coach du Jazz, Jerry Sloan: "C'était l'un de ces soirs où rien ne fonctionnait normalement. (Les Lakers) ont bien shooté, ils se sont bien passé le ballon. Ils étaient juste bien plus vivants que nous." Les Français de la nuit Nuit sans relief pour la diaspora bleue. Si deux des trois représentants tricolores en faction ce mardi ont goûté à la victoire, aucun n'a attiré la lumière. Ainsi à Dallas, tandis que les Mavs renversaient la situation après la pause pour se défaire des Clippers 112-105, Ian Mahinmi faisait ce qu'il pouvait avec neuf minutes de jeu c'est-à-dire 1 rebond, 1 tir manqué, 1 interception et 3 fautes et 3 pertes de balle... Guère plus de réussite, hélas, pour Boris Diaw avec les Bobcats. Charlotte l'a pourtant emporté à Sacramento 89-94, mais le capitaine tricolore n'a pas affolé les compteurs avec ses 6 points à 2 sur 5 aux tirs, 5 rebonds et 2 passes. La faute, notamment, aux...fautes, l'ancien Palois devant en effet se contenter de 23 minutes de jeu. Enfin, à Washington, rien de nouveau pour Kevin Seraphin. Les Wizards en ont été quittes, en effet, pour une nouvelle défaite, cette fois, 109-120 face aux Nuggets et le Français a une fois encore dû se contenter d'un rôle de figurant avec 9 minutes de jeu pour deux tirs manqués, 1 rebond pris et 1 perte de balle. Au moins a-t-il mis, ce mardi, son short à l'endroit... Les chiffres de la nuit 4. Soirée faste pour l'attaque des Mavericks. Profitant de la visite de Clippers privés de leur artificier vedette Eric Gordon, Dallas a en effet signé sa meilleure marque de la saison, l'emportant 112-105 après avoir compté jusqu'à 15 points de débours dès le deuxième acte. Et force est de constater que cette performance offensive a été collective puisqu'ils sont quatre à avoir inscrit au moins 20 points, une première à Dallas depuis près de deux ans. Si Dirk Nowitzki n'a fait que le minimum syndical avec ses 20 points à 6 sur 15, Jason Terry et Tyson Chandler en ont profité pour signer deux nouveaux records deux points pour la saison, avec respectivement 28 et 21 points, l'intérieur étant reçu 5 sur 5 aux tirs et ajoutant un parfait 11 sur 11 aux lancers en seulement 17 minutes. Enfin, JJ Barea a complété le tableau avec 25 points. 7. Trois jours après leur revers surprise à Washington, les Celtics ont, cette fois, assuré le coup face aux Cavs, prenant leurs aises dès les premières minutes pour finalement l'emporter 112-95 sans la moindre frayeur. Et si Paul Pierce et Ray Allen ont mené l'attaque avec 24 et 18 points, le héros de la soirée est un revenant. Plus de sept mois après sa blessure au genou lors du match 6 des Finals NBA face aux Lakers, Kendrick Perkins a fait son grand retour dans la raquette des Celtics. Un retour avancé de quelques jours en raison des absences des deux O'Neal et conclu par 7 points et 6 rebonds en 16 minutes en plus d'une douleur à la nuque. «ça fait du bien d'être de retour sur les parquets. Ce n'était qu'un début et je sais que je peux faire mieux, mais je suis vraiment content de retrouver l'équipe.» pouvait savourer le géant vert. 18. Et un qui fait 18: sans surprise, la série noire de Cleveland continue. Et après leur revers concédé sur le fil, la veille, chez les Nets, les Cavaliers n'ont donc pas pesé bien lourd chez les Celtics pour ce qui constitue désormais leur 18e défaite consécutive. En attestent les 24 points de débours accusés dès le deuxième quart, Boston se contentant de dérouler au retour des vestiaires. Désormais, les Cavs millésime 2011 ne sont plus qu'à une défaite du record du genre de la franchise de l'Ohio: les 19 revers concédés à la suite lors de la saison 1981-82. En cas de nouveau revers, face aux Nuggets, il sera alors temps de songer au record absolu des 23 matches perdus à la suite par une franchise NBA...