Les Lakers chassent le doute

  • A
  • A
Les Lakers chassent le doute
Partagez sur :

Les Lakers ont réagi en champions, la nuit dernière sur le parquet de Dallas, en l'emportant (96-91) deux jours après leur revers à Miami. Grâce à une grosse performance d'Andrew Bynum (22 points, 15 rebonds), les Californiens comptent désormais le même nombre de victoires que les Mavericks. Côté français, Joakim Noah et Tony Parker ont passé une soirée tranquille et plutôt fructueuse.

Les Lakers ont réagi en champions, la nuit dernière sur le parquet de Dallas, en l'emportant (96-91) deux jours après leur revers à Miami. Grâce à une grosse performance d'Andrew Bynum (22 points, 15 rebonds), les Californiens comptent désormais le même nombre de victoires que les Mavericks. Côté français, Joakim Noah et Tony Parker ont passé une soirée tranquille et plutôt fructueuse. Le match de la nuit Quand Bryant et Gasol ont un petit coup de moins bien, Andrew Bynum est là. Le pivot des Lakers a été déterminant lors du succès des doubles champions en titre lors du choc de la conférence Ouest, à Dallas (96-91). Deux jours après leur revers sur le parquet de Miami, les hommes de Phil Jackson ont parfaitement réagi, avec donc un double-double pour Bynum, auteur de 22 points et 15 rebonds. Quant aux deux stars des Lakers, leur match n'a pas non plus été mauvais, loin s'en faut. Bryant s'en tire quand même avec un médiocre 6/20 au shoot, pour 16 points au total, mais "Black Mamba" a été touché à la cheville dans le troisième quart-temps. Sorti avant de revenir pour disputer la fin du match, Bryant a eu peur. Et son coach aussi, puisque Jackson a parlé d'un "incident grave" dans les colonnes du Los Angeles Times. Incertain pour le match de lundi face à Orlando, le guide des Lakers devrait s'en sortir sans trop de casse. Gasol a quand même fait sa part du travail, en inscrivant 18 points. En face, les Mavs n'ont pas démérité, mais les efforts de Shawn Marion et Dirk Nowitzki n'ont pas vraiment été suivis. Les deux joueurs ont chacun inscrit un double-double, avec 25 points et 10 rebonds pour l'Allemand, 25 points et 12 rebonds pour son compère. Bynum, lui, a été soutenu, et Phil Jackson (interrogé sur le site de la NBA) ne tarissait pas d'éloges sur la performance de son joueur, en qui il avait visiblement placé toute sa confiance: "On savait que Drew allait être efficace ce soir. Il a montré qu'il pouvait contourner ce que les Mavericks avaient mis en place." Jackson peut être rassuré, lui qui est devenu à Dallas le cinquième coach de l'histoire à atteindre les 600 victoires avec une seule équipe (en compagnie de Sloan, Auerbach, Popovich et Holzman). Avec Chicago, le boss des Lakers n'avait remporté "que" 545 matches entre 1989 et 1998. Chez les Mavs, toutes ces considérations statistiques sont bien lointaines, même si les Texans gardent leur deuxième place à l'Ouest, pour une petite défaite en moins. "C'est une défaite difficile, admettait le coach des Mavericks, Rick Carlisle, sur le site de la NBA. Evidemment, ce match était important. Je suis déçu du résultat, mais pas de la manière." En même temps, difficile de stopper les Lakers en ce moment, hormis pour un Heat sous pression. Depuis le All-Star break, les pensionnaires du Staples Center restent sur neuf victoires et une défaite. Les Français de la nuit Les deux piliers espérés de l'équipe de France à l'Euro, Tony Parker et Joakim Noah, ont fait le boulot la nuit dernière. Les Spurs l'ont emporté à Houston (115-107), mais se sont fait peur puisque les Rockets avaient repris l'avantage au terme du troisième quart-temps. Un 34-25 dans la dernière période a suffi à San Antonio, qui a pu compter sur un TP en forme, puisque le meneur français a terminé meilleur marqueur du match avec 21 points, auxquels viennent s'ajouter 6 passes. Les Bulls ont connu une soirée plus tranquille, face à Utah (118-100). Noah n'est pas passé loin d'un nouveau double-double, auteur de 16 points et 9 rebonds en 31 minutes de jeu. Petit à petit, le pivot de Chicago continue de se remettre très sérieusement dans le rythme en vue des play-offs. D'autres joueurs tricolores étaient de sortie sur les parquets de NBA, sans vraiment connaître la même réussite. Ainsi, Kevin Seraphin n'a pas vraiment aidé les Wizards à sortir de l'ornière, à domicile face aux Clippers (101-122), avec trois rebonds, trois fautes et pas le moindre point inscrit en 20 minutes de jeu. Chez les Mavericks, Rodrigue Beaubois a joué 14 minutes contre les Lakers (91-96), avec un bilan mitigé de 6 rebonds et 2 points. Enfin, Nicolas Batum est lui aussi resté très discret lors de la défaite des Trail Blazers à Atlanta (82-91), avec 5 points et 2 rebonds en 17 minutes. Le chiffre de la nuit 11. Deux jours après sa victoire du renouveau face aux Lakers (94-88), Miami a confirmé dans sa salle face à Memphis (118-85). Une large et bien belle victoire pour le Heat, face à une formation très imprévisible et qui a déjà causé des problèmes à beaucoup de gros bras, dont le Heat lors du premier match entre les deux équipes (victoire des Grizzlies 97-95, le 20 novembre). Pour l'occasion, la franchise floridienne est restée en mode agressif - dans le bon sens du terme - avec notamment 11 contres, soit son plus important total de la saison sur un match. Chris Bosh, revigoré contre les Lakers après avoir réclamé plus de temps de jeu, continue de joindre les actes aux paroles, puisque l'ancienne star des Raptors a inscrit 18 points (avec un bon 7/11 au shoot) et capté 10 rebonds. Dwyane Wade est lui aussi passé tout près du double-double, mais a quand même sorti un de ses matches les plus complets de la saison: 28 points à 9/15 au tir, 9 passes, 5 rebonds et 5 contres. Du travail bien fait.